A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 27 Mai 2017 13:00

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2
Auteur Message
Message Publié : 09 Juil 2008 12:43 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Avr 2002 17:08
Message(s) : 2158
Localisation : Paris
Vient de paraître chez Larousse:

Image

_________________
"Il est plus beau d'éclairer que de briller" (Thomas d'Aquin).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Août 2008 4:45 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Août 2008 2:02
Message(s) : 13
Localisation : Aquitaine
Je me permets d'ajouter à cette liste "Les Slaves" de Francis Conte, ouvrage qui me semble indispensable pour connaître et comprendre les origines de la Russie, de la Pologne ou des pays des Balkans.

Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Mars 2009 7:55 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Pièce jointe :
9782213014371-G.jpg
9782213014371-G.jpg [ 17.67 Kio | Consulté 3806 fois ]

Pierre le Grand
Robert K. Massie

Date de Parution : 20/11/1985
Collection : Biographies Historiques
Prix public TTC : 32,00 €
Code ISBN / EAN : 9782213014371 / hachette : 3572146

Nombre de pages : 864

PRESENTATION DE L'EDITEUR
Outre sa taille (près de deux mètres), ses appétits, son extraordinaire puissance de travail et sa prodigieuse soif de connaître, Pierre Ier Alexéevitch avait une passion : les bâteaux — et c'est grâce à cette passion que la Russie devait, à l'aube du XVIIIe siècle, sortir tout à la fois de son isolement et de sa " barbarie ". Dès le début de son règne, en effet, Pierre décida de doter son pays d'une marine digne de ce nom, et, pour se familiariser avec les arcanes de la construction navale, entreprit une véritable tournée européenne, la célèbre " grande ambassade ", qui dura deux ans et dont il ramena suffisamment d'idées pour faire basculer la Russie du Moyen Age dans les Temps modernes. Mais s'il avait acquis la technique, il lui manquait l'essentiel: un accès à la Baltique — et, si possible, à la mer Noire. Ce fut là l'argument de la " grande guerre du nord ", qui l'opposa pendant vingt ans à son cousin Charles XII de Suède et apprit aux cours européennes qu'elles auraient désormais à compter avec une nouvelle — et formidable — puissance militaire. Vainqueur, Pierre put se consacrer à sa seconde passion, Saint-Pétersbourg, la vile qu'au prix d'innombrables vies humaines et grâce à une volonté tenace, il parvint à faire surgir des marais glacés de la Néva.
A ce personnage hors du commun, Robert K. Massie a consacré une biographie hors du commun, dont on ne sait ce qu'il faut admirer le plus, du souffle épique ou de l'érudition.
Robert K. Massie est né en 1929 dans le Kentucky. Historien, spécialiste de l'Europe moderne, il a publié un premier ouvrage sur Nicolas et Alexandra, et a obtenu le Prix Pulitzer pour Pierre le Grand.

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Mars 2009 8:07 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Pièce jointe :
9782213022970-G.jpg
9782213022970-G.jpg [ 16.6 Kio | Consulté 3804 fois ]

Histoire de l'Empire des Habsbourg (1273-1918)
Jean Bérenger

Date de Parution : 05/09/1990
Collection : Biographies Historiques
Prix public TTC : 32,00 €
Code ISBN / EAN : 9782213022970 / hachette : 3580693

Nombre de pages : 818

PRESENTATION DE L'EDITEUR

Originaires de Suisse alémanique, les Habsbourg ont élargi leurs possessions au Bassin danubien dès la fin du XIIIe siècle, avant d'affirmer, au XVe siècle, leur destin européen (en obtenant pour de nombreuses générations la dignité impériale) voire, avec Charles Quint, leurs prétentions à la monarchie universelle grâce à l'Espagne et à ses possessions puis de demeurer jusqu'en 1918 (avec des hauts et des bas) une puissance de premier plan (notamment en jouant pour l'Occident le rôle de bouclier face à la menace ottomane).

Les Habsbourg d'Autriche régnèrent toujours, en Europe centrale et orientale, sur des nations déjà existantes, la hongroise, la polonaise ou la bohême, ou bien gouvernèrent des Etats qui n'étaient que des fragments d'une nation plus vaste (Naples et Milan pour la nation italienne, la Styrie, le Tyrol ou la Basse-Autriche pour l'allemande). Indifférents au concept d'Etat-nation, ils lui ont préféré celui de monarchie supranationale dans laquelle la fidélité au souverain constituait le lien fondamental entre les peuples et tenait lieu de patriotisme.

Ce concept, rétrograde en apparence, avait l'avantage de ne les identifier à aucune culture ni à aucune nation privilégiée. Il leur permit, au contraire, de respecter les langues vernaculaires, les cultures, souvent les religions, les autonomies des peuples qui s'étaient plus ou moins volontairement placés sous leur tutelle. C'était la meilleure garantie de ce que l'on peut appeler le " droit à la différence " des minorités.

L'autre secret de l'" archimaison " fut de savoir collaborer avec les forces sociales dominantes _ Eglise et noblesses puis grande bourgeoisie d'affaires _ tout en créant progressivement une classe d'hommes nouveaux _ fonctionnaires et officiers _ en attendant de s'accommoder du suffrage universel et des sociaux-démocrates acquis à son maintien à condition qu'elle accorde plus d'autonomie aux divers groupes ethno-linguistiques.

Cette histoire d'une maison souveraine se veut tout autant politique et sociale que culturelle et économique. Elle permet de comprendre comment cette construction originale a fonctionné, contribué à l'équilibre européen, facilité l'évolution de plusieurs nations et aussi pourquoi, sans avoir démérité, elle a été condamnée en 1918 par des vainqueurs incapables de lui substituer un système plus juste et plus efficace...

Professeur à la Sorbonne, Jean Bérenger est spécialiste d'histoire militaire et des pays d'Europe centrale et orientale à l'époque moderne. Parmi ses ouvrages récents, il faut citer son Turenne (1987).

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 20 Avr 2009 9:22 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 11 Juin 2008 14:10
Message(s) : 115
http://www.editions-beauchesne.com/product_info.php?cPath=60_110&products_id=769

CETTE EUROPE QU’ON DIT CENTRALE. Des Hasbourg à l’intégration européenne 1815-2004

Auteur(s) : Catherine HOREL
Collection : Bibliothèque historique et littéraire
ISBN : 978-2-7010-1543-9
Prix TTC : 43,00 €

Résumé :

Quelle est la place des pays d’Europe centrale désormais intégrés à l’Union européenne ? À l’heure où se pose la question des frontières d’une Europe unie et des limites de son ambition, l’Europe centrale se trouve une fois de plus placée dans une situation périphérique. Notre perception actuelle demeure marquée par la guerre froide qui a fait disparaître l’Europe centrale du paysage européen, où elle était bien présente, notamment du point de vue français.Malgré les aspirations occidentales de ce qui fut relégué dans une marge globalisée par le terme d’« Europe de l’Est », l’histoire de la région et son appartenance à l’empire des Habsbourg en font un espace intermédiaire, aux frontières elles aussi mouvantes, entre deux puissances, sinon menaçantes, du moins dangereuses – quels qu’aient pu être leurs régimes politiques.
L’Europe centrale est-elle destinée à demeurer une réalité pour ses seuls intellectuels,
les historiens qui y trouvent leur objet d’étude et les touristes ?
Un univers mental fait de la conscience de ses nations d’être mortelles et une entité où la culture joue un rôle surévalué ? Elle a pourtant la prétention de devenir « normale », ainsi que l’ont affirmé ses dirigeants au moment de l’adhésion de 2004, c’est-à-dire de s’inscrire dans une durée longue, caractéristique des grandes nations occidentales. Mais malgré cette nouvelle conscience de soi dont jouissent ses peuples aujourd’hui inclus dans un système de sécurité et, il faut l’espérer, de prospérité, l’Europe centrale ne peut se défaire de son histoire et de ses repères à jamais communs. Elle reste une région inscrite dans les mentalités et les souvenirs, un monde de cultures et de sensibilités différent, et, à ce titre, un espace à part entière de l’Europe qu’elle doit contribuer à enrichir en lui rappelant sans cesse par sa présence de ne pas oublier son passé.
Catherine Horel, directrice de recherche au CNRS (IRICE, Université de Paris-I) est spécialiste de l’Europe centrale contemporaine. Membre de plusieurs organisations et équipes de recherche internationales, elle a enseigné à Strasbourg-III (Centre d’études germaniques), à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (Institut d’études européennes), à l’Université de Vienne ainsi qu’à Paris-I. Elle est l’auteur, entre autres, de Histoire de Budapest, Paris, Fayard, 1999 ; La restitution des biens juifs et le renouveau juif en Europe centrale (Hongrie, Slovaquie, République tchèque),Wiener Osteuropa Studien, Peter Lang, Berne, 2002 ; De l’exotisme à la modernité. Un siècle de voyage français en Hongrie (1818-1910), Budapest, ELTE (Új és Jelenkori Egyetemes Történeti Tanszék), 2004 ; Soldaten zwischen nationalen Fronten. Die Auflösung derMilitärgrenze und die Entwicklung der königlich-ungarischen Landwehr (Honvéd) in Kroatien-Slawonien 1868-1914, Vienne, Académie des sciences (Commission d’histoire de la monarchie des Habsbourg), 2009.


Table des matières :

Avant-propos
Cartes

PREMIÈRE PARTIE - L’évolution historique de l’Europe centrale. Centre et périphéries
1. Des Lumières au Printemps des peuples (1789-1848)
La géographie politique de l’Europe centrale après le congrès de Vienne
1848 ou l’invention de la nation
2. La tentation orientale, 1866-1918
L’évolution de l’Europe centrale dans les relations internationales
La question des nationalités
Unité et diversité de l’Europe centrale
3. Du centre vers la périphérie, 1919-1947
La nouvelle carte de l’Europe centrale
Des projets d’union pour l’Europe centrale et orientale
4. « L’Europe de l’Est », 1948-1989
La renaissance de l’Autriche
La soviétisation de l’Europe centrale
La contestation : un phénomène centre-européen
5. La renaissance de l’Europe centrale, 1989-2004
La Hongrie à la pointe de la transition démocratique
La Tchécoslovaquie : une transition à deux vitesses
Slovénie et Croatie : le retour en Europe centrale

DEUXIÈME PARTIE - Les représentations de l’Europe centrale
1. L’Europe centrale vue de l’intérieur
« Une nostalgie incurable de l’Occident »
Un Orient rejeté
La haine de soi
La place et l’image de l’Autriche
Les transferts culturels
Frontières et représentations du territoire
Les stéréotypes nationaux
2. L’Europe centrale vue de l’extérieur
L’européanité de l’Europe centrale
Mitteleuropa : vision allemande ou autrichienne ?
La vision russe : panslavisme et slavophilie
La vision française
La vision italienne
La vision des historiens

TROISIÈME PARTIE - Les cultures politiques de l’Europe centrale
1. Libéralisme national ou nationalisme libéral ?
2. Le mythe du fédéralisme
Les précurseurs de 1848
Le fédéralisme au secours de l’empire des Habsbourg
Le fédéralisme après 1914
Redessiner l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres
Cette Europe qu’on dit centrale
Le fédéralisme entre les deux totalitarismes
La social-démocratie et l’austromarxisme
Le socialisme agraire
Le christianisme social
Les fascismes spécifiques de l’Europe centrale
Un autre mythe : « la troisième voie »
Le rôle de la dissidence et la redécouverte de l’Europe centrale

Conclusion
Bibliographie
Index des noms


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2009 13:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Pièce jointe :
Catherine II.jpg
Catherine II.jpg [ 34.14 Kio | Consulté 3629 fois ]

Hélène Carrère d'Encausse
De l'Académie française
Catherine II
Editions Fayard
ISBN : 2-213-61355-9
35-65-1555-8/01
Prix éditeur : 25 €


PRESENTATION

En 1762, un coup d'Etat transforme une petite princesse allemande en impératrice de Russie : Catherine II. Le règne des femmes n'est pas une nouveauté dans ce pays, quatre femmes l'ont précédée sur le trône depuis Pierre le Grand. Mais elle est la première décidée à gouverner par elle-même, y consacrant une énergie et des dons exceptionnels, comme Marie-Thérèse d'Autriche. Elle est aussi une disciple des Lumières et de la culture française, acharnée à exercer une royauté de l'esprit et à faire de son pays un véritable centre culturel européen.

Mais quel règne agité : épidémies, soulèvements, guerres en chaîne. Au vu d'un tel bilan on pourrait imaginer qu'elle légua à son successeur un pays dévasté et à genoux. Or l'héritage est tout autre : une population accrue, un espace étendu à l'ouest et au sud, et l'installation de la Russie sur la scène internationale.

Pourtant, que de malentendus autour de la "Grande Catherine" ! De cette vie où la légèreté et la volonté de bonheur tinrent tant de place, nombre de biographes ont conclu que son règne se réduisait à celui de ses favoris. Pouchkine la premier aura marqué cette ambiguïté, traitant Catherine de "Tartuffe en jupons" tout en saluant sa grandeur.

L'ambition de ce livre est de retrouver, dans le dédale des faits, des archives, des jugements contraires, le vrai visage et surtout le véritable apport de Catherine II à la Russie.

Historienne de la Russie, Hélène Carrère d'Encausse, membre depuis 1991 de l'Académie française, dont elle a été élue secrétaire perpétuel, a notamment publié aux éditions Fayard La gloire des Nations, Victorieuse Russie, Le malheur russe, Nicolas II, Lénine, La Russie inachevée.

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Août 2009 14:04 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Sep 2008 16:42
Message(s) : 1357
Localisation : Seine et Marne
Pièce jointe :
Marie-Thérèse.jpg
Marie-Thérèse.jpg [ 19.2 Kio | Consulté 3622 fois ]

Marie-Thérèse d'Autriche
Jean-Paul Bled

Editions Fayard
Date de Parution : 19/09/2001
Collection : Biographies Historiques
Prix public TTC : 25,00 €
Code ISBN / EAN : 9782213609973 / hachette : 3511979
Format (135 x 215)
Nombre de pages : 500


PRESENTATION

Impératrice d'Autriche (1740-1780), reine de Hongrie en 1741 et de Bohême en 1743, Marie-Thérèse a été considérée de son vivant comme "la mère de l'Autriche". D'une part, parce qu'elle donne le jour, entre 1737 et 1756, à seize enfants parmi lesquels deux futurs empereurs - Joseph II et Léopold II - et la future Marie-Antoinette. Mais surtout parce que cette despote éclairée invente un art de gouverner conciliant tradition et modernité, elle procède avec pragmatisme et fait confiance à son intuition. Sa foi catholique va de pair avec une politique inspirée des Lumières. Tout en assouplissant les règles austères qui régissent la cour des Habsbourg, elle pose les fondements de l'Etat moderne et mène à bien de nombreuses réformes pour affirmer l'autorité de l'Etat sur les particularismes locaux : elle institue un Conseil d'Etat qui traite des grandes affaires de l'Empire, unifie la législation et ouvre plusieurs instituts pour former des fonctionnaires civils et militaires.

Dans le même temps, il lui faut se battre à l'extérieur. Dès les débuts de son règne, elle a dû faire face à la coalition des grands Etats européens qui, la France en tête, menacèrent son héritage quand son père mourut (guerre de succession d'Autriche). En fin de compte, Frédéric II lui enlève la Silésie, mais elle consolide la position de l'Autriche par l'acquisition d'autres territoires, tout en nouant de savants mariages pour ses enfants.

Jean-Paul Bled, auteur de François Joseph (Fayard, 1987) et d'Histoire de Vienne (Fayard, 1998), est professeur à Paris-IV et directeur du Centre d'études danubiennes à l'université de Strasbourg.

--------------------------------------------------------------------------------

_________________
"L'Angleterre attend que chaque homme fasse son devoir" (message de l'amiral Nelson à Trafalgar)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Avr 2010 18:47 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 28 Juil 2009 1:01
Message(s) : 26
bonjour, je cherche un livre, qu'il soit en anglais ou en français, retraçant la fin de la Yougoslavie (de la mort de Tito à l'indépendance du Kosovo). un livre le plus sérieux possible. s'il évoque aussi les débuts du pays et du royaume de Serbie, ce serait un énorme plus.

à part celui-ci (http://www.amazon.fr/Histoire-Balkans-X ... 074&sr=8-1) un peu trop daté pour évoquer la dernière guerre et celui-là (http://www.amazon.fr/Death-Yugoslavia-A ... 161&sr=8-1 - la version papier du fameux documentaire) qui n'évoque pas la fin du communisme, difficile de trouver quoi que ce soit de valeur.
http://www.amazon.fr/Balkan-Ghosts-Jour ... 325&sr=8-1 <--raillé par la critique.
http://www.amazon.fr/Balkans-Mark-Mazow ... 440&sr=1-3 <--un peu trop court à mon goût

quelqu'un aurait-il une idée ?
merci d'avance:)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Avr 2010 17:43 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Image

Le catalogue de cette magnifique et passionnante exposition mérite d'être cité. Pour sa taille (plus de 700 pages pour 4,2 kg...), ses 49 euros ne semblent pas excessifs.

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 23 Avr 2010 11:18 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 23 Avr 2010 10:35
Message(s) : 1
Pour la question yougoslave :

De belles synthèses de l’histoire serbe sont : Sima Cirkovic, The Serbs (Oxford : Blackwell, 2004 - http://www.amazon.com/Serbs-Peoples-Eur ... 0631204717) et Dusan T. Batakovic (éd.), Histoire du peuple serbe (L’Age d’homme, 2005 - http://www.amazon.fr/Histoire-peuple-se ... 282511958X).

La bibliographie sur la dissolution yougoslave est exaustive. Le plus instructif est de consulter John Lampe, Yugoslavia : twice there was a country (Cambridge University Press, 2000 - http://www.amazon.fr/Yugoslavia-As-Hist ... -1-catcorr) et

Susan Woodward, Balkan Tragedy : Chaos and Dissolution after the Cold War (Brookings institution, 1994 - http://www.amazon.fr/Balkan-Tragedy-Cha ... 780&sr=1-4).

Il me semble très utile de recommender un article de sociologue serbe Aleksa Djilas (fils du grand dissident Milovan Djilas) concernant l’écriture académique sur ce sujet :

http://www.djilas.rs/Tekstovi/The_acade ... n_test.pdf


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Mai 2010 23:39 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 28 Juil 2009 1:01
Message(s) : 26
comme je ne trouve pas de rubrique satisfaisante pour évoquer ce bouquin, je le poste ici (le Caucase partageant de nombreuses problématiques avec les Balkans notamment) :
http://www.amazon.fr/Ghost-Freedom-History-Caucasus/dp/0195392396/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=english-books&qid=1273789460&sr=8-1

un livre d'une neutralité appréciable et qui n'hésite pas à utiliser la littérature et le cinéma (russes et locaux, n'oublions pas que le cinéma Géorgien est un des plus riches au monde et Sergei Paradjanov, Arménien né à Tbilisi, pour nous faire comprendre cette partie du monde, l'une des plus complexes au kilomètre carré.
attention, la période pré-russe est évoquée de façon succincte (quoique intéressante et informative) et tout commence véritablement avec Catherine II. le point de vue n'a pourtant rien de russophile mais les sources russes sont plus largement utilisées (plus accessibles que les sources perses, ottomanes et locales). d'ailleurs, la bibliographie est extrêmement bien conçue car au lieu d'une liste classique de titres permettant d'explorer plus avant le sujet, l'auteur explique comment il a procédé pour écrire chaque chapitre, à partir de quel matériel.

une excellente introduction au Caucase multiple. une introduction fournie, claire et relativement analytique. le risque était grand de se retrouver perdu dans un méli-mélo de dates et d'événements sans ligne directrice. risque étouffé.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Août 2010 15:24 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 31 Août 2007 14:37
Message(s) : 18
Une Histoire de la Pologne chez Perrin dans la collection "Pour l'Histoire" :


Image


Puissance autrefois dominante du Centre et de l'Est européens, la Pologne, fondée au Xe siècle, a connu une histoire riche et dramatique. Théâtre d'une remarquable expérience de politique consensuelle à l'intérieur d'un périmètre recouvrant non seulement ses frontières actuelles, mais aussi la Lituanie, l'Ukraine et la Biélorussie, elle est effacée de la carte en 1795 par ses voisines : la Russie, l'Autriche et la Prusse. Pourtant elle parvient, grâce à Napoléon, à renaître sous la forme embryonnaire du grand-duché de Varsovie. Reniée par le congrès de Vienne, mais incarnant la cause des nationalités au XIXe siècle, la Pologne ressuscite en 1918 avant d'être de nouveau morcelée pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors que le pays survit en pays satellite de l'Union soviétique, un renouveau s'opère dans les années 1980 : la Pologne ouvre la voie du rejet du communisme et se réapproprie enfin son héritage chrétien et européen.

Jerzy Lukowski est chargé d'enseignement en histoire de la Pologne à l'université de Birmingham. Hubert Zawadzki enseigne l'histoire à Abingdon School, dans l'Oxfordshire.

_________________
"Il n'y a que deux grands courants dans l'histoire de l'humanité : la bassesse qui fait les conservateurs et l'envie qui fait les révolutionnaires."

Edmond et Jules de Goncourt


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 10 Sep 2011 5:37 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 09 Jan 2009 12:05
Message(s) : 14
Localisation : Rouen
Image

Citer :
éditions Non Lieu
2010, 447 p.

Collection : Essais
Vingt ans après la proclamation de son indépendance, la République moldave est toujours là, son maintien ne manquant pas de désavouer ses détracteurs. L’État moldave, devrait-on plutôt dire en parlant de ce pays de quatre millions d’habitants enclavé entre l’Ukraine et la Roumanie, puisque la nation moldave continue à être traversée de tendances contradictoires et à faire l’objet d’âpres controverses. Pourtant, la moldavité a été promue tous azimuts, surtout par les dirigeants du Parti des communistes de Moldavie au pouvoir entre 2001 et 2009.

La sortie d’empire entamée à la faveur de l’implosion du système soviétique a soulevé de nombreux problèmes, ajoutant au malaise créé par les retrouvailles ratées avec la Roumanie voisine. Confins de l’Empire ottoman, convoités au cours de l’histoire par les Autrichiens et les Russes (ces derniers ayant administré la région pendant plus d’un siècle), province roumaine pendant l’entre-deux-guerres, rattachée à l’Union soviétique, la Bessarabie d’antan doit aujourd’hui puiser dans cet héritage paradoxal pour trouver sa voie dans le monde moderne.

Matei Cazacu revient sur l’histoire longue de ce pays. Pour sa part, Nicolas Trifon scrute les processus identitaires et politiques à l’œuvre de nos jours, au travers notamment de l’élément qui cristallise toutes les haines : la langue.


Bien que l'étude s'intéresse beaucoup à la période 1988-2009, une partie non négligeable s'attaque à une brève histoire de la Bessarabie (ou Moldavie orientale) du XVe siècle (date de l'expansion ottomane) jusqu'en 1944, dernière année de ce territoire sous le giron roumain.

Les livres en langue française étant quasiment inexistant sur cette région/État, je me suis permis d'en faire la proposition ici.

_________________
"Aucun ordre moral ne peut être obtenu par la force et par violence, car toute violence engendre inévitablement la violence. Dès que vous avez recours aux armes, vous créez un nouveau despotisme. Au lieu de le détruire, vous le perpétuez." Léon Tolstoï


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB