A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 23 Nov 2017 17:29

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : La migration des Bantous
Message Publié : 15 Avr 2007 18:56 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1741
Localisation : Nanterre
La migration des Bantous est un événement qui a profondément influencé l'Afrique, peut-être autant que les Grandes Invasions en Europe.

Connait-on le nombre de migrants ? Leur armement ? Et les conséquences de leurs invasions chez les peuples qui les ont rencontrés ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 12:58 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Il me semble que cette migration bantou s'est effectuée en plusieurs vagues et s'est étalée sur de nombreux siècles.

La première vague est sans doute due à l'acquisition des techniques agricoles. Une autre vague serait liée au début de la métallurgie. La dernière migration serait celle qui a vu arriver les zoulous et apparentés en Afrique du sud (et ce seulement quelques siècles avant la venue des européens).

Quant aux conséquences de leurs invasions sur les peuples rencontrés... il me semble qu'une bonne partie de l'Afrique était peuplée de pygmée et de bushmen qui ont fini par disparaître de nombreuses régions. L'on ne trouve plus les bushmen que dans le désert du kalahari. Au nord et à l'Est de cette région ils auront été reflués par les bantous tandis qu'au sud ce sont les européens qui s'en seront occupés. Les bushmen du Cap ont été victimes de la varioles, syphillis et autres maladies tout comme les amérindiens. Ils furent ainsi décimés en très grand nombre... et les bantous occupèrent alors de nouvelles terres en partie vide... en partie car les européens étaient là et les conflits ne tardèrent pas à se déclarer.

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 13:07 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Skipp a écrit :
Il me semble que cette migration bantou s'est effectuée en plusieurs vagues et s'est étalée sur de nombreux siècles.

La première vague est sans doute due à l'acquisition des techniques agricoles. Une autre vague serait liée au début de la métallurgie. La dernière migration serait celle qui a vu arriver les zoulous et apparentés en Afrique du sud (et ce seulement quelques siècles avant la venue des européens).

Dans cet exemple j'ai parlé de 3 vagues mais il y'en a eû d'autres.

Voici une carte de ces migrations (non détaillées):
Image

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 17:54 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1741
Localisation : Nanterre
On peut toujours compter sur vous, Skipp, pour des informations précises et intéressantes !

Sait-on pourquoi ils ont choisi le sud et l'est plutôt que les autres directions ?

En quoi l'acquisition de techniques agricoles a-t-elle pu déclencher les migrations de la première vague ? Peut-on faire l'hypothèse que cela a déclenché une surpopulation dans le bassin du Niger, et donc l'envie pour plusieurs groupes d'aller voir si ailleurs l'herbe est plus verte ?

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 18:58 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Nebuchadnezar a écrit :
On peut toujours compter sur vous, Skipp, pour des informations précises et intéressantes !

... mais pas toujours avec les sources qui devraient aller avec... :roll:

Nebuchadnezar a écrit :
Sait-on pourquoi ils ont choisi le sud et l'est plutôt que les autres directions ? En quoi l'acquisition de techniques agricoles a-t-elle pu déclencher les migrations de la première vague ? Peut-on faire l'hypothèse que cela a déclenché une surpopulation dans le bassin du Niger, et donc l'envie pour plusieurs groupes d'aller voir si ailleurs l'herbe est plus verte ?

Voilà, je pense que celà doit être l'une des causes de la 1ère expansion. Les populations d'Afrique de l'Ouest ont due acquérir les techniques agricoles... ce qui provoque toujours une augmentation de la densité de population et la recherche de nouvelles terres libres. Et dans cette recherche, l'on va au plus facile... c'est à dire là où les conflits seront minimes donc sur le territoire des chasseurs-cueilleurs. Je pense que dans une certaine mesure l'on peut rapprocher l'expansion bantou de l'expansion indoeuropéenne.

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 21:18 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1741
Localisation : Nanterre
Bizarrement, sur Wikipedia, il est dit que les dates des migrations Bantous sont :
  • -2000 : forêt équatoriale d'Afrique Centrale
  • +1000 : Est
  • XVIe - XVIIe siècle : Sud

Y en aurait-il eu plus de trois ?

La dernière, très récente, est attribuée à la poussée des Masaïs, qui sont éléveurs nomades, alors que les Bantous sont agriculteurs - donc sédentaires, sauf quand ils trouvent d'autres territoires à conquérir !

Cette dernière migration a dû ressembler à celle des Germains fuyant devant les Huns. A ceci près qu'ils ont conquis leurs nouveaux territoires sur des chasseurs-cueilleurs Khoïsan et Bochiman.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 21:29 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Nebuchadnezar a écrit :
Bizarrement, sur Wikipedia, il est dit que les dates des migrations Bantous sont :
  • -2000 : forêt équatoriale d'Afrique Centrale
  • +1000 : Est
  • XVIe - XVIIe siècle : Sud
Y en aurait-il eu plus de trois ?

Et le problème est que la littérature française est rare sur le sujet...

Nebuchadnezar a écrit :
ils ont conquis leurs nouveaux territoires sur des chasseurs-cueilleurs Khoïsan et Bochiman.

Khoïsan et Bushmen occupaient autrefois une vaste aire... de nos jours leur survie est bien compromise. :?

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 22:50 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
On peut donc dire que les guerres "zouloues" sont la rencontre de deux expansions? (Blanche et Noire), ou je confonds?

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 23:09 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 09 Mai 2006 21:43
Message(s) : 914
Dans son Histoire de l'Afrique (édition 1997 chez Aubier),
John Illife a écrit :
« C’est depuis la forêt orientale et ses marges que les peuples parlant des langues bantoues s’avancèrent peu à peu à travers toute la moitié sud de l’Afrique. [...] Ce fut l'une des plus grandes migrations de toute l'histoire de l'humanité. [...]
La langue bantoue ancestrale possède des mots pour désigner l'igname et l'huile de palme, mais non les céréales. L'analyse linguistique montre que ses locuteurs ont commencé à se diviser il y a près de 5000 ans. Certains groupes s'avancèrent lentement vers l'est en suivant la frontière nord de la forêt équatoriale, en direction des grands lacs d'Afrique orientale. D'autres s'installèrent dans les prairies du Cameroun actuel. [...] À partir de 1000 av. J.-C. environ, [...] ces peuples plus occidentaux menèrent leur culture jusqu'au nord du Gabon actuel et, le long de la bordure ouest de la forêt, jusqu'aux sources du fleuve Congo [...]. Ces peuples devaient ensuite poursuivre leur chemin plus au sud, jusqu'au nord de la Namibie actuelle, où les franges arides du désert du Kalahari les dissuadèrent sans doute d'aller plus loin. En chemin, certains de ces pionniers se dirigèrent vers l'est, remontèrent les vallées rivières pour traverser la forêt équatoriale, et introduisirent leur langue et leur culture d'outils de pierre très loin dans l'intérieur des terres, à savoir la frontière sud-ouest du Soudan moderne, le rivage ouest du lac Tanganyka, et le moyen Zambèse. [...]
Ce ne fut pourtant que la première phrase de l'expansion bantoue. La plupart des langues bantoues actuelles de l'est et du sud de l'Afrique ne sont pas dérivées des groupes de l'ouest, mais de ceux qui s'étaient dirigés vers les grands lacs, où ils parvinrent, selon les témoignages archéologiques, vers 1000 av. J.-C. [...] C'est probablement là aussi que les bantous s'initièrent à une autre compétence : le travail du fer. [...]

Il poursuit plus loin : ce qui est sûr, « c’est que les forgerons des grands lacs parlaient des langues bantoues. […] Les Bantous avaient ajouté à leur agriculture sylvestre une gamme d’activités productrices de nourriture adapté à la savane. Une telle combinaison aurait pu permettre une croissance de la population, et pourrait expliquer pourquoi les bantouophones l’emportèrent finalement sur les locuteurs de langues saharo-nilotiques, auprès desquels ils avaient probablement acquis ces compétences agricoles et pastorales. ». Par là, « l’agriculture, la métallurgie, l’élevage et les langues bantoues se diffusèrent depuis les grands lacs jusqu’à la quasi-totalité de l’Afrique de l’est et du sud. […] [Mais tout cela ne se réduit] pas à une simple migration de masse de Bantous conquérants et supérieurs par leur culture ; souvent des traits particuliers de cette culture parvinrent dans une région donnée à des dates différentes. »
Dans ces conditions, « on peut supposer que de véritables mouvements de populations ont eu lieu, sans doute par petits groupes épars. À cette époque, les colons bantouophones n’étaient pas des fermiers qui étendaient lentement leurs cultures en mordant sur les franges de la brousse, mais des pionniers itinérants qui, probablement, dépendaient encore fortement de la chasse et de la cueillette, et ne choisissaient que les terres les mieux adaptées à leurs techniques agricoles, évitant les plaines arides au profit de sols mieux arrosés qu’ils abandonnaient sans remords après les avoir épuisés. »

John Illife a écrit :
La forêt équatoriale, où il y a peu à manger ou à chasser, était difficile à pénétrer, plus encore à défricher ; les cultivateurs bantous en abandonnèrent la plus grande partie aux groupes pygmées avec qui ils nouèrent des liens d’échange et de clientélisme. [...]
À mesure que les groupes s’adaptaient à des environnements spécifiques, la culture et la langue des bantous de l’ouest se différencièrent peu à peu et formèrent différents groupes ethniques… […] Bien que les Bantous occidentaux se soient très largement répandus, ils laissaient derrière eux beaucoup de terres inoccupées. Au siècle dernier, une bonne part des hautes terres situées à l’est de la province du Kivu étaient encore vides. […] Les Bantous de l’ouest vivaient donc dans des villages séparés par de vastes étendues inhabitées. La plupart d’entre eux étaient situés à la frontière de la savane et de la forêt… […] C’est là que les premières structures politiques importantes allaient prendre forme après l’an 1000. [...]
Dans le centre du continent, les bantouophones étaient extrêmement dispersés au milieu des chasseurs-cueilleurs khoisan. [...]
La transmission héréditaire du pouvoir, la ferme comme unité sociale, et la prédominance du bétail devinrent les caractéristiques culturelles communes des peuples bantous d’Afrique australe.

Dans ses Civilisations africaines (PUF, collection « Que sais-je ? », édition de 1993), Anne Stamm ajoutait que la migration bantoue avait été fort lente car les bantous n'avaient pas encore atteint l’Afrique australe quand les premiers Européens s'installèrent au Cap (milieu du XVIIe siècle).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 16 Avr 2007 23:14 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 09 Mai 2006 21:43
Message(s) : 914
Alfred Teckel a écrit :
On peut donc dire que les guerres "zouloues" sont la rencontre de deux expansions? (Blanche et Noire), ou je confonds?

Voilà ce que j'ai compris de ce qu'expliquent Catherine Coquery-Vidrovitch et Henri Moniot dans la 3e édition (1992) de L'Afrique noire de 1800 à nos jours.

Il semble que cela soit la pression démographique qui pousse les zoulous à s’étendre. Entre la fin du XVIIIe siècle et 1818, le roi zoulou Dingiswayo réussit à construire une armée exemplaire et à imposer son autorité. Mais c'est son successeur, Shaka (1818-1826), qui fonde véritablement la nation Zoulou ; il ravage le Natal. Cependant, certains chefs fuient son autorité — certaines formations remontent de plus de 3000 km vers le nord. Et son despotisme aboutit à son assassinat.

L’arrivée des Boers en 1837 déclenche une guerre que seule l’intervention britannique permet de calmer ; elle aboutit à la fondation de la colonie du Natal (1843). Les Zoulous montrent encore leur force en se révoltant à la fin des années 1870, mais leurs conceptions militaires conservatrices leur causent de lourdes pertes. Britanniques et Zoulous recherchent alors la paix, qui aboutit à la division du pays en treize chefferies, devenu protectorat britannique en 1887. Mais l’autonomie est détruite en 1906 après la répression d’un dernier mouvement de résistance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Avr 2007 8:26 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Je viens de trouver quelques articles sur le Net:

http://lesla.univ-lyon2.fr/IMG/pdf/doc-280.pdf

http://www.ohll.ish-lyon.cnrs.fr/pdf/Vanderveen.pdf

https://openaccess.leidenuniv.nl/dspace/bitstream/1887/8803/1/5_1234891_017.pdf

http://www.clist.eu/Textes/2006_cnrs_clist.pdf

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Avr 2007 13:25 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1741
Localisation : Nanterre
Donc, comme les Indo-Européens, la migration des Bantous est une théorie linguistique ?

Les Bantous en tant qu'agriculteurs, se déplaçaient lentement : ils fondaient une petite communauté, puis l'abandonnaient quand ils en avaient épuisé le sol. Une sorte de sédentarisme itinérant en quelque sorte.

Alfred Teckel a écrit :
On peut donc dire que les guerres "zouloues" sont la rencontre de deux expansions? (Blanche et Noire), ou je confonds ?
Difficile de manipuler les termes "Noirs" et "Blancs" dans ces circonstances.
Les Zoulous sont un groupe Bantou. Par leur organisation performante - on en parle ici, Ils s'étendent sur les territoires des autres tribus, donc d'autres Bantous, des Khoisan et peut-être des Bochimans, s'ils n'ont pas déjà été refoulés. Les tribus bantoues du nord, refoulées vers le nord, sèment la terreur sur leur passage car elles ont adoptées les techniques guerrières zouloues.
Au sud, les Hollandais fondent les premières colonies. Fuyant devant la conquête britannique, ils émigrent vers le Nord (le Grand Trek) et là se heurtent aux Zoulous. Les Britanniques vont les rattraper, défaire les Zoulous avant de se retourner contre eux.
On a donc affaire à au moins quatre expansionnismes.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Dernière édition par Nebuchadnezar le 19 Avr 2007 22:19, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Avr 2007 13:42 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Nov 2006 17:43
Message(s) : 4115
Localisation : Lorrain en exil à Paris
Hum, d'accord, je comprends mieux. J'avais été surpris quand on m'avait appris qu'à l'arrivée des Hollandais en Afrique du Sud, ce pays était quasiment vierge, et que la rencontre avec les Zoulous ne s'est faite que bien plus tard.

J'avais utilisé les termes Blancs et Noirs de façon très schématique en effet, mais c'était volontaire, connaissant trop mal cette région du monde, je voulais éviter des erreurs dans les dénominations, origines et appartenances de certains peuples :?

_________________
"[Il] conpissa tous mes louviaus"

"Les bijoux du tanuki se balancent
Pourtant il n'y a pas le moindre vent."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 19 Avr 2007 21:58 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3317
Alfred Teckel a écrit :
J'avais été surpris quand on m'avait appris qu'à l'arrivée des Hollandais en Afrique du Sud, ce pays était quasiment vierge, et que la rencontre avec les Zoulous ne s'est faite que bien plus tard.

Il me semble qu'à l'arrivée des hollandais l'Afrique du sud dans la région du Cap n'était peuplée que de "bushmen"... les migrations bantous n'ayant pas eû le temps d'atteindre l'extrême sud du continent. La rencontre entre européens et "bushmen" sera fatals à ces derniers... Les européens auront apportés avec eux des maladies pour lesquels les organismes des chasseurs-cueilleurs "bushmen" n'étaient pas préparés... contrairement aux bantous.

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 20 Avr 2007 10:21 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Mars 2005 10:34
Message(s) : 1741
Localisation : Nanterre
Skipp, est-on sûr que le grand responsable du refoulement des Bushmen fut un choc microbien ?

Même pacifique, la rencontre entre des agriculteurs et des chasseurs-cueilleurs est en général néfaste à ces derniers. En effet, les agriculteurs défrichent les forêts, réduisant d'autant le domaine des chasseurs-cueilleurs. Parfois, ils chassent également les mêmes ressources (je pense notamment à la pêche). De plus, ils apportent aux chasseurs-cueilleurs des denrées qu'ils ne connaissent pas, et peuvent leur nuire : en découvrant le sucre, les mangeurs de viande découvrent aussi les caries ; sans parler de l'alcool... Ils développent également des relations commerciales avec les chasseurs-cueilleurs qui sont amenés, pour y répondre, à exploiter leurs ressources limitées au-delà du raisonnable, ce qui entraîne la disparition ou la raréfaction du gibier : les agriculteurs vendent leur surplus, les chasseurs-cueilleurs paient avec leurs ressources propres !

C'est un phénomène similaire qui est arrivé aux Amérindiens face aux Occidentaux.

_________________
Qui contrôle le passé contrôle l'avenir.
George Orwell


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 25 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB