Nous sommes actuellement le 19 Juil 2019 17:17

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 151 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 11  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Déc 2007 19:07 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 18 Juin 2007 16:26
Message(s) : 76
Un ouvrage passionnant, qui vous sera sans doute utile :
DELUMEAU (Jean), La civilisation de la Renaissance. :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 22 Déc 2007 19:15 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2005 21:13
Message(s) : 1829
Localisation : Metz
C'était au programme de l'agreg au temps où je la passais. Il y a donc pas mal de synthèse. Celle que j'avais préférée était celle de Gérald Chaix, éditions CNED/SEDES.

_________________
«L'humanité est comme un paysan ivre à cheval: quand on la relève d'un côté, elle tombe de l'autre.»
(Martin Luther)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 24 Déc 2007 17:58 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 10 Juil 2007 10:55
Message(s) : 2
Merci pour vos conseils


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 25 Fév 2008 18:21 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Jan 2007 20:12
Message(s) : 576
Localisation : Région parisienne
Qui déborde un peu le cadre strictement chronologique de la Renaissance, puisqu'il court de la fin du XVe au début du XVIIe siècle, Le Pouvoir contesté. Souveraines d'Europe à la Renaissance, de Thierry Wanegffelen.

Citer :
Elles sont trente-trois. Trente-trois reines, princesses et régentes qui ont bravé les conventions masculines de leur temps et gouverné dans les États d'Europe les plus unifiés et les mieux structurés - France, Navarre, Angleterre, Écosse, Espagne, Pays-Bas - entre le milieu du XVe et le début du XVIIesiècle. Elles se nomment Anne de Bretagne, Louise de Savoie, Catherine et Marie de Médicis, Jeanne d'Albret, Marie Tudor, Élisabeth Ier, Marie Stuart, Isabelle de Castille, Marie de Hongrie, Marguerite d'Autriche... À travers leurs exemples, ce livre d'histoire comparée traite de la spécificité de l'exercice féminin du pouvoir à la Renaissance, de son acceptation et des limites qui lui sont assignées, ainsi que de l'émergence d'une identité féminine, dans une Europe où les contraintes collectives pèsent de plus en plus fortement sur les femmes, plus que jamais reléguées dans la sphère privée. Comment s'exerce ce pouvoir au féminin ? Quel regard la société masculine, et particulièrement les élites qui les entourent, dominées par de séculaires préjugés phallocrates, porte-t-elle sur ces souveraines ? Comment elles-mêmes se perçoivent-elles et adaptent-elles leur discours, leur image et leur gestuelle à cet univers largement misogyne ? Sont-elles femmes encore, et dans quelle mesure ? Existe-t-il un art de gouverner typiquement féminin qui irait, selon l'exemple symbolique d'Élisabeth Ier, à la fois reine et roi d'Angleterre, jusqu'à retourner les codes en vigueur ?
Thierry Wanegffelen pose ici des questions majeures d'histoire politique, des mentalités et des représentations qui trouvent un écho troublant dans notre monde actuel, où de plus en plus de femmes président à la destinée de leur pays.


Mon avis personnel : il ne s'agit pas d'un nouveau livre descriptif sur la situation des femmes dans l'époque Moderne, notamment des reines, princesses et favorites, comme c'était le cas avec les livres de Bennassar et d'une universitaire italienne (Craveri, il me semble). C'est une réflexion sur l'exercice du pouvoir dans la Renaissance (au sens large), qui prend pour centre d'étude des femmes qui l'ont exercé de fait, de droit, ou étaient censées l'exercer.
Et à travers le "cas limite" (expression de l'auteur dans son introduction) des souveraines, T Wanegffelen se penche ainsi sur la construction des genres féminin et masculin comme identités "naturelles" propre à chacun des sexes, au début de l'époque moderne, genres dont nous ne sommes pas encore vraiment sortis.
Cette réflexion centrée sur les femmes au pouvoir éclaire autant l'histoire de la construction du sujet féminin que celle du sujet masculin.
C'est dense, agréable à lire et lisible au-delà du cercle des spécialistes, ce qui ne veut pas dire que c'est de l'histoire au rabais, bien au contraire !
En bref, j'en conseille la lecture :)

_________________
Ne parlez jamais sèchement à un Numide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Fév 2008 19:40 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2064
Localisation : Paris
Puisque l'on est dans le thème des femmes de pouvoir, je signaler la parution d'un très bon ouvrage sur l'action artistique des grandes dames de la Renaissance française.

Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, études réunies par Kathleen Wilson-Chevalier, publications de l'université de Saint-Etienne, 2007

Il s'agit d'un ensemble de 25 articles rédigés par autant d'universitaires internationaux. Le thème est celui de la relation entre l'art et le pouvoir et le rôle des femmes :

Voici la liste des dames traitées individuellement :
- Anne de Beaujeu
- Anne de Bretagne (3 articles)
- Louise de Savoie
- Eléonore d'Autriche
- Marguerite de Navarre (2 articles)
- Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise (2 articles)
- Diane de Poitiers
- Catherine de Médicis (7 articles)
- Anne d'Este et la Montpensier

On y apprend beaucoup de choses. L'ouvrage a le mérite de souligner les carences historiographiques et les oublis de l'histoire. Pour prendre un exemple, on voit renaître, avec quelques illustrations à l'appui, le somptueux hôtel de la reine édifiée par Catherine de Médicis à Paris.

Je fut content de lire qu'il manque aujourd'hui sérieusement d'une biographie sur Anne d'Este, d'une autre sur la terrible duchesse de Montpensier, ou encore sur la duchesse de Nevers, toutes femmes de pouvoir dont l'influence n'est pas encore suffisamment reconnue par les historiens.

Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Ligue et la mort de Henri III
Message Publié : 01 Avr 2008 0:04 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
j ´ai découvert l´ existence de ce livre grâce à Ebay et j'ai découvert un exmeplaire gratuit

http://books.google.com/books?id=vWEOAA ... iQHcsOD2Aw

ne l´ayant pas encore lu j´ignore la qualité du livre

Enjoy !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Mai 2008 16:41 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Jan 2007 20:12
Message(s) : 576
Localisation : Région parisienne
Un article d'Olivier Christin paru dans le monde des livres du 25 avril, à propos du dernier livre de T.Wanegffelen, Le Pouvoir contesté, dont j'avais parlé un peu plus haut, et que j'avais beaucoup aimé :

Olivier Christin a écrit :
"Seigneur ! La reine est une femme !" La stupéfaction qu'exprime, au début des années 1590, une habitante de Londres apercevant pour la première fois, lors d'une cérémonie officielle, la reine Elisabeth, qui occupe pourtant le trône depuis 1558, en dit long. Elle n'est, en effet, ni une plaisanterie mal venue sur une souveraine qui, plus que tout autre, a contribué à faire de l'érotisation de la politique et des jeux de la séduction l'un des ressorts du gouvernement, ni une marque d'ignorance à propos d'une reine dont d'innombrables écrits et portraits célèbrent les vertus et la beauté. Elle révèle, en fait, à propos de ce cas exemplaire, la force des représentations qui tendent, à l'époque moderne, dans la pensée savante comme dans le sens commun, à ne concevoir le pouvoir souverain qu'exercé par un homme.

A travers les trajectoires de trente-trois reines, régentes et princesses confrontées, entre la fin du Moyen Age et le milieu du XVIIe siècle, à l'exercice difficile d'un pouvoir qu'on leur contestait précisément en raison de leur sexe, Thierry Wanegffelen peut ainsi retracer, avec passion, l'histoire de ces préjugés et leur progressif alourdissement. Car loin de la galerie de portraits, de la juxtaposition d'histoires sans relations entre elles, de la chronique amusante, son livre dégage trois processus à l'oeuvre dans la première modernité, par-delà les frontières politiques, les particularismes juridiques, comme la loi salique, ou les différences confessionnelles.

Il décrit, tout d'abord, l'omniprésence des mécanismes politiques et institutionnels qui tiennent les femmes en marge du pouvoir souverain ou ne leur en concède la jouissance qu'au nom d'un homme, par exemple lors des régences en cas de minorité ou d'absence du roi. En refusant de se marier, et tirant en cela les leçons politiques des destins tragiques de Jeanne la Folle ou de Marie Stuart écartées par leurs époux, Elisabeth, la reine vierge en l'honneur de laquelle on baptise la Virginie, fait ainsi le choix de ne pas être soumise à un roi qui prendrait le pas sur elle.

Ce constat conduit Wanegffelen à souligner une deuxième réalité du pouvoir des souveraines, qui "est sans cesse sommé de se justifier compte tenu des préjugés misogynes". Inquiétant et par là inquiété, refusé parfois et souvent minimisé par celles à qui il échoit, ce pouvoir au féminin s'exerce donc sous contrainte : il oblige celles qui le détiennent à inventer des stratégies de légitimation permanentes, des manières particulières de construction des fidélités, des formes originales de simulation et de dissimulation. Ainsi de Catherine de Médicis qui préfère traiter les affaires dans ses jardins et ses appartements privés plutôt que dans les lieux les plus solennels du pouvoir.


CONTRAINTES CONTRADICTOIRES

L'auteur évacue donc par là toute définition essentialiste d'un pouvoir féminin spécifique en rappelant qu'il n'y a que des conditions singulières d'exercice du pouvoir par les femmes. Celles-ci ne sont donc pas naturellement portées à la paix, à la séduction politique par l'image ou à l'intrigue : elles peuvent, dans certaines circonstances, trouver dans ces choix politiques des manières de desserrer l'étau des contraintes contradictoires qui les entravent et se ménager un véritable espace d'action.

Ces stratégies, pourtant, ne peuvent rien contre le dernier processus qu'identifie l'auteur, celui d'une transformation des Etats de la première modernité qui s'édifie sur l'exclusion croissante des femmes. Fort des indices accumulés dans l'évolution du droit, dans la littérature, dans l'histoire religieuse et surtout dans le destin même des trente-trois souveraines qu'il suit pas à pas, Wanegffelen peut donc conclure cette enquête qui allie rigueur et chaleur en prenant ses distances avec le "mâle Moyen Age" de Duby, mais plus encore avec les célébrations enchantées de la libération de l'individu et de l'individualisme au XVIe siècle : "Patriarcale et misogyne, telle est bien la Renaissance." L'humanisme a peut-être bien confondu humanité et masculinité.


Le lien : http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/04/24/les-reines-dans-l-arene_1037842_3260.html?xtor=RSS-3260

_________________
Ne parlez jamais sèchement à un Numide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mai 2008 19:09 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 21 Juin 2007 20:57
Message(s) : 2
Bonjour

En ce moment, je lis des biographies. J'ai lu la biographie d'Elisabeth 1ère par Michel Duchein qui est vraiment passionnante.

Puis, j'ai lu l'excellente biographie d'Henri VIII par Bernard Cottret. Attention, c'est un livre qui n'est plus réédité chez Payot
Je viens d'acquérir un livre sur François 1er, écrit par R. Knecht.
De très bons ouvrages.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : La Saint-Barthélemy
Message Publié : 06 Juin 2008 21:48 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
Je cherche depuis un certain temps le récit de Varamundus (cad anaonyme) de De Furoribus Gallicis.... Je n´ai pas encore trouvé le texte Latin à l´ internet mais j'ai trouvé la trduction en anglais du manuscrit de 1573.

Attention tous les exemplaires chez Google Books manquent les 3 premières pages du texte sont absets ça devrait commncer p 431, mais la première page présente est le 434

http://books.google.com/books?id=wfKL0p ... ry_s&cad=0

http://books.google.com/books?id=wfKL0p ... #PPA434,M1


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 03 Juil 2008 14:44 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
Autre source pour destextes rares eg l histoire de de Thou, la France et la Levant de Charrière etc

http://www.archive.org/details/texts

Des textes électroniques très beaux - en couleurs!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Juil 2008 10:13 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Jan 2005 17:22
Message(s) : 535
Sorti en février Le pouvoir contesté : Souveraines d'Europe de la Renaissance de Thierry Wanegffelen

Image

Elles sont trente-trois. Trente-trois reines, princesses et régentes qui ont bravé les conventions masculines de leur temps et gouverné dans les États d'Europe les plus unifiés et les mieux structurés - France, Navarre, Angleterre, Écosse, Espagne, Pays-Bas - entre le milieu du XVe et le début du XVIIesiècle. Elles se nomment Anne de Bretagne, Louise de Savoie, Catherine et Marie de Médicis, Jeanne d'Albret, Marie Tudor, Élisabeth Ier, Marie Stuart, Isabelle de Castille, Marie de Hongrie, Marguerite d'Autriche... À travers leurs exemples, ce livre d'histoire comparée traite de la spécificité de l'exercice féminin du pouvoir à la Renaissance, de son acceptation et des limites qui lui sont assignées, ainsi que de l'émergence d'une identité féminine, dans une Europe où les contraintes collectives pèsent de plus en plus fortement sur les femmes, plus que jamais reléguées dans la sphère privée. Comment s'exerce ce pouvoir au féminin ? Quel regard la société masculine, et particulièrement les élites qui les entourent, dominées par de séculaires préjugés phallocrates, porte-t-elle sur ces souveraines ? Comment elles-mêmes se perçoivent-elles et adaptent-elles leur discours, leur image et leur gestuelle à cet univers largement misogyne ? Sont-elles femmes encore, et dans quelle mesure ? Existe-t-il un art de gouverner typiquement féminin qui irait, selon l'exemple symbolique d'Élisabeth Ier, à la fois reine et roi d'Angleterre, jusqu'à retourner les codes en vigueur ? Thierry Wanegffelen pose ici des questions majeures d'histoire politique, des mentalités et des représentations qui trouvent un écho troublant dans notre monde actuel, où de plus en plus de femmes président à la destinée de leur pays.

Un ouvrage qui me semble fort interessant :wink:


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Persée - c´est chouette
Message Publié : 03 Nov 2008 23:53 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nuit_de_la ... %C3%A9lemy
regardez les liens sur cette page pour découvrir Persée et les articles de Bourgeon et Diefendorf - archi-superbe !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Renée de France
Message Publié : 09 Nov 2008 0:26 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
quelquún aurait t´il une opinion sur les livre de Anne Puaux sur Renée ?

http://www.abebooks.com/servlet/BookDet ... D0%26y%3D0

merci et cordialement


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Jan 2009 20:39 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2064
Localisation : Paris
Bonjour à tous.

Je voudrais vous faire part de l'existence d'un site web sur les portraits de la Renaissance, qu'il me semble important de faire découvrir à tous les passionnés de la Renaissance et aux membres de la communauté scientifique de Clio.

Il s'agit d'un site récent mais déjà de référence qui doit sa qualité scientifique à l''historienne de l'art Alexandra Zvereva. Vous y trouverez les actualités sur le sujet, les publications de l'historienne, une bibliographie, etc.

:arrow: Le portrait de la Renaissance française

Vous remarquerez également la qualité esthétique du site qui se présente sous la forme d'une galerie de portraits comme on en trouvait à l'époque (voir le château de Beauregard).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2009 20:55 
Hors-ligne
Salluste
Salluste
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 03 Juil 2007 3:41
Message(s) : 249
Un autre site superbe avec plusieurs textes gratuits
http://cour-de-france.fr/


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 151 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 ... 11  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB