Nous sommes actuellement le 22 Sep 2019 15:00

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 176 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 ... 12  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : Re:
Message Publié : 19 Nov 2010 14:32 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Juin 2008 8:11
Message(s) : 2726
Localisation : 中国
Je reviens sur notre ami Talleyrand.
Sans nier sa vénalité et son esprit de trahison, il est remarquable de constater à quel point il a été fidèle à ses idées politiques et à sa conception du pouvoir. Il était l'homme de la paix, de l'équilibre (tant intérieur - un pouvoir contrôlé par les chambres, les corps intermédiaires - qu'extérieur - équilibre des puissances avec existence d'États tampons entre elles), de la modération. Il est adversaire du pouvoir fort, de l'homme providentiel, de l'hégémonie, de l'impérialisme et de l'unilatéralisme. Mais il a vécu à une époque de fureur, la plus troublée de l'histoire de France sur le plan politique et institutionnel. Il a connu la monarchie absolue, la monarchie constitutionnelle, la république, le directoire, le consulat, l'empire, la première restauration, le retour de Napoléon, la deuxième restauration, la révolution de 1830, Louis-Philippe et la branche orléaniste. La France allait d'un extrême à l'autre, d'un bord à l'autre, comme une balle de flipper. Pour un homme cherchant l'équilibre et le juste milieu, ce n'était pas exactement la période idéale. Ce qui explique, en partie, ses multiples trahisons.
Adversaire de la monarchie absolue et du pouvoir autocratique, il soutient la Révolution dont il est l'une des premières grandes figures. Puis, la Révolution tombant dans les dérives que l'on connaît (violence, terreur...), il s'en écarte et cherche un homme capable d'arrêter l'effusion de sang. Ce sera Bonaparte, que Talleyrand a aidé plus qu'on ne le croit lors du Coup du 18 Brumaire. Et bis repetita: ça commence bien, Bonaparte stabilisant effectivement le pays. Puis Bonaparte devient Napoléon et part à la conquête de l'Europe (pouvoir autocratique et impérialisme, tout ce que Talleyrand détestait) et l'homme du Périgord s'en écarte. Vient la restauration, dont il est l'une des principales figures et l'un des plus chauds partisans de Louis XVIII. Mais dans l'entourage de ce dernier, les Ultras font du bruit et poussent à un retour à l'avant-1789, ce que ne peut accepter Talleyrand, d'où une nouvelle prise de distance (un peu forcée également). Bref, on pourrait continuer comme ça longtemps... Constance dans ses idées politiques, trahison des régimes qui trahissaient leurs (ses?) aspirations premières. Vient à l'esprit son "Je n'ai jamais trahi de prince qui ne s'était pas lui-même déjà trahi".


Même si c'est un vieux message, il y a quand même des choses que...
Roy-Henry a écrit :
Encore un point sur lequel insister: Talleyrand n'était pas un grand diplomate !
Son oeuvre est-elle plus considérable au service des Bourbons ? Il n'a rien obtenu des Alliés. Ceux-ci exigeaient le retour aux frontières de 1792 et l'ont imposé à Louis XVIII sans que Talleyrand obtienne la moindre concession.

Il a obtenu que la France ne paye pas de réparations, ne soit pas occupée par les armées alliées et revienne effectivement à ses frontières de 1792 (et non 1789). Pas mal quand son pays vient de se faire écraser militairement par l'Europe entière.


Citer :
A la seconde Restauration, Talleyrand a dû consentir aux nouveaux empiètements des Alliés: il s'est révélé incapable de les convaincre de renoncer à de nouvelles annexions. Pourtant, il était facile de démontrer que ces nouvelles pertes amenuiseraient encore le prestige des Bourbons !

C'est plutôt normal, Napoléon étant revenu de son exil, mettant à bas les efforts du premier traité de paix.

Bref, il faut être de mauvaise foi pour accuser Talleyrand d'avoir été un piètre diplomate en 1814 et 1815. C'est déjà un "exploit" que la France ait été présente lors des négociations, et c'est Talleyrand qui a un peu forcé la porte.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Talleyrand.
Message Publié : 23 Nov 2010 9:10 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 19 Nov 2010 10:56
Message(s) : 46
Sans pouvoir me défendre d'une certaine fascination pour un cerveau si bien organisé, je trouve votre image de Talleyrand quelque peu idyllique. Reprenons.
Il s'écarte, dites vous, de la Révolution lorsque celle-ci devient sanguinaire. Pas tout à fait. Il se fait confier une mission à Londres en 1792, bien avant le début de la Terreur et de là passe en Amérique.
Il a contribué plus qu'on ne croit au 18 Brumaire. Il a certes aidé Bonaparte de ses conseils et agit pour obtenir la démission de Barras (tout en conservant pour lui une partie des sommes destinées à acheter cette démission), mais tout au long du 19 Brumaire il reste prudemment à l'écart.
Il est l'un de ceux qui a le plus poussé Napoléon à intervenir en Espagne pour ensuite critiquer cette même intervention et s'il se sépare de l'Empereur à partir de 1809 (ses tractations avec le Tsar et le baron Vincent à Erfurt) c'est d'abord parce que Napoléon l'a éloigné quand il a appris que son ministre complotait pour le remplacer par Murat).
Tout cela est véniel, le reste l'est moins. En 1814 Russes et Autrichiens ne sont ni opposés à ce que la France conserve la rive gauche du Rhin, du moins en partie, ni favorables au retour des Bourbons. Seule parmis les grands vainqueurs (en 1814 la Prusse compte peu), l'Angleterre exige le retour aux frontières de 1789 et celui de Louis XVIII sur le trône. Obsédé par l'alliance avec l'Angleterre (une des rares positions sur laquelle il n'a jamais varié) Talleyrand fera tout ce qui est en son pouvoir pour que la Restauration ait lieu et proposera de lui même l'abandon de la rive gauche du Rhin. Résultats : la France vivra quinze années durant sous un régime collaborationiste qui lui fera prendre 30 ans de retard et porte l'entière responsabilité de notre instabilité politique durant presque tout le XIXeme siècle, mais surtout, grace à lui, la Prusse va s'installer sur le Rhin, recouvrer toute sa puissance perdue en 1806 avec les conséquences qui s'appellent Sadowa, Sedan, Verdun et Hitler.
Enfin, pour l'anecdote, au lendemain de la seconde restauration il ne s'éloigne pas du trône parce que la politique réactionnaire de celui-ci le heurte (ce n'est qu'en 1820 après l'assassinat du duc de Berry qu'elle prednra toute sa dimension) mais parce que Louis XVIII, sous la pression des Ultras et de son frère, il est vrai, le chasse du pouvoir.
Tout ceci est un peu supperficilel et caricatural, j'en conviens, et demande à être approfondi, mais je pense que Talleyrand, belle intelligence gachée ne mérité ni l'ecès d'honneur de ses partisans, ni l'excès d'indignité dont le couvrent ses adversaires.

_________________
Tout le monde a été, est, ou sera gaulliste (Charles de Gaulle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 16:54 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1019
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
Comment expliquer la réussite de Talleyrand qui a pu survivre à tous les régimes et se maintenir au sommet pendant des années ?
Quels étaient ses secrets pour obtenir de tels succès ?

_________________
"Dire que ce qu'on voit sous nos yeux s'appellera de l'histoire ". Marquise de Sévigné

"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 18:15 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2531
Romeo a écrit :
Comment expliquer la réussite de Talleyrand qui a pu survivre à tous les régimes et se maintenir au sommet pendant des années ?
Quels étaient ses secrets pour obtenir de tels succès ?


Je vous recommande la lecture de la remarquable biographie de Talleyrand par Emmanuel de Waresquiel. Sans donner de "secret", il donne quelques pistes : une grande lucidité - confinant au cynisme - qui lui permet de très bien saisir les rapports de force; Il comprends très vite que l'ancien régime est fini, qu'il faut émigrer en 1792, que l'heure de Bonaparte est arrivé puis que la Restauration est la solution la plus raisonnable. Evidemment il s'est parfois trompé : il n'a pas vu venir la république et a surestimé sa capacité à orienter Napoléon.

Cette lucidité a sans doute été acquise très tôt en fréquentant très jeune la Cour du Roi et les cercles dirigeants du clergé (qui mêlaient politique et religion).

Un autre aspect est sa modération politique : partisan d'une monarchie parlementaire à l'anglaise, attaché à la liberté de la presse et à la tolérance religieuse, il peut passer facilement du centre droit (monarchie tempérée) au centre gauche (République modérée) tout en conservant une (relative) crédibilité.

Il faut ajouter le prestige de son nom : issu d'une des premières familles de la noblesse, il représente une "proie" de valeur pour les Révolutionnaires comme pour l'Empereur - sans que son milieu d'origine (sauf exceptions) le renie définitivement. En avril 1814 Louis XVIII accepte de "causer" avec lui - ce qu'il n'aurait accepté d'aucun autre ministre de Napoléon.

Mais il y aussi une face noire : Talleyrand était non seulement corrompu - mais aussi corrupteur et amateur d'espionnage :il "tenait" beaucoup de monde ...Et il prenait soin de ne sa fâcher avec personne - en 1789 il était proche du comte d'Artois ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 18:41 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Romeo a écrit :
Comment expliquer la réussite de Talleyrand qui a pu survivre à tous les régimes et se maintenir au sommet pendant des années ?
Quels étaient ses secrets pour obtenir de tels succès ?

Une intelligence indéniable, une capacité d'adaptation incroyable. On peut ne pas apprécier l'homme mais mieux vaut avoir le personnage de son côté.
Si Fouché a toujours inspiré de la défiance à Napoléon, ce ne fut pas le cas de Talleyrand.
Ce n'est pas parce-que des politique(s) partent en "sucette" que l'on se doit de suivre le flot. Pour ce qui me concerne, Talleyrand a suivi l'Empereur tant que celui-ci oeuvrait pour le bien public, disons... Lorsque l'homme projette une dynastie, Talleyrand dévisse et reste égal à lui-même : il négocie en sous-main pour la France.
Comme il le dira lui-même à Napoléon : il n'a jamais trahi qui ne se soit trahi lui-même.
Talleyrand au Congrès de Vienne, avec son tissu relationnel évitera à la France bien des mesures de rétorsion et le chemin d'une Restauration se fera doucement.
La politique de Fouché (ils sont fréquemment comparés) est une politique bureaucratique non une politique qui se projette. C'est assez pour ceci que je trouve les deux hommes complémentaires pour tout changement de régime.
On l'accuse de trahison... Maintenant, on dirait qu'il "surfe sur la vague" : il faut tout remettre dans le contexte !
Des traitres comme lui, la Vème république en possède des placards entiers...

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 19:19 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2531
Qui a lu le nouveau livre de Waresquiel ?

Le blog de l'histoire en parle ainsi :

"Après l’immense succès de son Talleyrand, Emmanuel de Waresquiel prolonge sa réflexion sur cette figure fascinante, amorale et géniale, en une série d’études nourries de sources nouvelles et inédites que l’on lira comme le complément indispensable à la biographie de l’homme d’État. Grand seigneur corrompu, cynique absolu, charmeur irrésistible, multiple, paradoxal et successif, ce diplomate au long cours, l’homme aux treize serments et le ministre d’un demi-siècle a tout négocié : la Révolution, l’Empire, les Bourbons, la paix, l’Europe, son mariage, sa fortune et jusqu’à sa mort.

Emmanuel de Waresquiel nous rappelle qu’au-delà des trahisons et des reniements, l’évêque défroqué fut un fils des Lumières, un libéral convaincu habité par l’idée que la raison devait toujours l’emporter sur les sentiments, et le calcul des possibles sur l’utopie. Il nous montre le diplomate en action, le manoeuvrier et le visionnaire, le négociateur de Presbourg, Erfurt, Tilsit, Paris et Vienne, le théoricien et l’inventeur du principe de légitimité. Il nous montre aussi l’homme d’affaires aux prises avec son « immense fortune ». Il nous montre le formidable metteur en scène de son propre personnage, l’homme tapi dans son ombre, l’étiquette et les convenances comme l’intimité et l’abandon, le savoir-faire et le savoir-vivre.

L’homme de fer, l’homme à la volonté absolue qu’a été Talleyrand, apparaît derrière les masques, la pudeur et les secrets, derrière la légèreté et la douceur de vivre. Un homme qui aura laissé la France moderne en héritage."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 20:19 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Aigle a écrit :
Qui a lu le nouveau livre de Waresquiel ?
Le blog de l'histoire en parle ainsi :
"Après l’immense succès de son Talleyrand, Emmanuel de Waresquiel prolonge sa réflexion sur cette figure fascinante, amorale et géniale, en une série d’études nourries de sources nouvelles et inédites que l’on lira comme le complément indispensable à la biographie de l’homme d’État. Grand seigneur corrompu, cynique absolu, charmeur irrésistible, multiple, paradoxal et successif, ce diplomate au long cours, l’homme aux treize serments et le ministre d’un demi-siècle a tout négocié : la Révolution, l’Empire, les Bourbons, la paix, l’Europe, son mariage, sa fortune et jusqu’à sa mort.

Le livre doit être fascinant lorsque l'on sait que le dernier traité de Talleyrand, fut lu, repris, relu. Après accord des deux parties difficile à trouver, Talleyrand de s'adresser à l'Abbé Dupanloup :
"Monsieur l'Abbé, je suis très satisfait, voulez-vous me laisser ce papier : je désire le relire encore une fois"
le 17 mai 1838, dix heures avant que d'expirer, après rétractation portant sur le serment à la constitution civile du Clergé et le scandale de son mariage effacé : Rome étant bien disposée... après une dernière lecture faite "avec lenteur et gravité" par Mme de Dino, sa nièce, Talleyrand traça cinq mots sur le document : Charles-Maurice, Prince de Talleyrand... B)
Citer :
Emmanuel de Waresquiel nous rappelle qu’au-delà des trahisons et des reniements, l’évêque défroqué fut un fils des Lumières, un libéral convaincu habité par l’idée que la raison devait toujours l’emporter sur les sentiments, et le calcul des possibles sur l’utopie. Il nous montre le diplomate en action, le manoeuvrier et le visionnaire, le négociateur de Presbourg, Erfurt, Tilsit, Paris et Vienne, le théoricien et l’inventeur du principe de légitimité.

Je vais illico acheter ce livre !
Que voici une belle et bonne analyse du personnage ce me semble ! %1 ;)

De plus, pour l'anecdote : le demi-frère de Napoléon III (par Hortense, sa mère) a comme grand-père... Talleyrand (père de Flahaud)... lol

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 21:06 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2531
gaete59 a écrit :
De plus, pour l'anecdote : le demi-frère de Napoléon III (par Hortense, sa mère) a comme grand-père... Talleyrand (père de Flahaud)... lol


et selon certains esprits malveillants Flahaut aurait aussi été le père du petit Louis Napoléon (ce que pourrait confirmer la ressemblance physique entre Morny et Napoléon III) ... de sorte que Talleyrand aurait été le grand-père naturel du second empereur des Français ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 10 Sep 2011 22:07 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Aigle a écrit :
gaete59 a écrit :
De plus, pour l'anecdote : le demi-frère de Napoléon III (par Hortense, sa mère) a comme grand-père... Talleyrand (père de Flahaut)... lol

Citer :
et selon certains esprits malveillants Flahaut aurait aussi été le père du petit Louis Napoléon (ce que pourrait confirmer la ressemblance physique entre Morny et Napoléon III) ... de sorte que Talleyrand aurait été le grand-père naturel du second empereur des Français ...

Alors là, vous me la baillez bonne ! Il est vrai que Morny... et il est vrai que Napoléon III n'a pas tellement les traits "Bonaparte", mais bon, comme vous dites : ce ne peut être que des esprits, malveillants de surcroit ! 8-| :mrgreen:

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 4:17 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 17 Nov 2011 1:19
Message(s) : 8
Une petite rectification je crois a apporter sur les conditions de son séjour en Angleterre.Sentant que le mauvais vent de la révolution va tourner en règlement de comptes entres les diverses factions,il part en Angleterre mais il n'émigre pas avec ce que cela comportait (liste des émigrés,confiscation des biens........) car je crois qu'il disposait d'un passport en bonne et due forme avec une mission de représentation diplomatique.une fois de plus on saisit bien la le genie de l'homme qui ménage toujours ses arrières et prévoit son futur.De la meme facon il n'a pas voté lors du procés du roi car tout simplement il s'est arrangé pour etre absent ce jour la.le refus de sa part de voter la mort du roi l'aurait gravement compromis au yeux des Montagnards et s'il avait voté pour la mort ,il n'aurait pas pu etre l'homme de la Restauration , du congrés de Vienne,et de l'apres napoléon.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 13:37 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 07 Sep 2008 15:55
Message(s) : 2531
levicomte a écrit :
Une petite rectification je crois a apporter sur les conditions de son séjour en Angleterre.Sentant que le mauvais vent de la révolution va tourner en règlement de comptes entres les diverses factions,il part en Angleterre mais il n'émigre pas avec ce que cela comportait (liste des émigrés,confiscation des biens........) car je crois qu'il disposait d'un passport en bonne et due forme avec une mission de représentation diplomatique.une fois de plus on saisit bien la le genie de l'homme qui ménage toujours ses arrières et prévoit son futur.De la meme facon il n'a pas voté lors du procés du roi car tout simplement il s'est arrangé pour etre absent ce jour la.le refus de sa part de voter la mort du roi l'aurait gravement compromis au yeux des Montagnards et s'il avait voté pour la mort ,il n'aurait pas pu etre l'homme de la Restauration , du congrés de Vienne,et de l'apres napoléon.


Ce que vous dites est intéressant mais certains détails me semblent faux : Charles Maurice n'a pu voter la mort du Roi (en janvier 1793) car sauf erreur de ma part il n'était pas élu à la convention et avait quitté la France en septembre 1792.

Il était certes prudent mais aussi habile : par exemple il a réussi à faire oublier son rôle de "pousse au crime" dans les affaires du duc d'Enghien et de la guerre d'Espagne - où il semble bien qu'il est dangereusement conseillé napoléon. Pour le duc d'Enghien il a réussi à charger ce pauvre Caulaincourt qui n'y était pour rien ...

En 1814, il a profité de la position de président du gouvernement provisoire (1 mois) pour "purger" les archives des affaires étrangères de nombreuses notes compromettantes.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 19:44 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Pour une fois que j'ai une certitude : Talleyrand était à Londres depuis 1792 (je crois) et grâce à Danton. B)
Il reviendra grâce à Chénier intercédant pour son retour à l'assemblée en 95. :P
Il est à noter qu'il "revient de loin" (sous le coup d'un décret d'accusation qui sera levé). 8-|
Sa seule "grosse erreur", avoir un peu poussé pour Enghien. >:)

C'est étrange ce que Talleyrand que je trouve si fascinant peut engendrer de réactions épidermiques, passionnées et toujours être le "méchant traître" de service. Je m'use à me faire l'avocat du diable manifestement. %1 ;)
Il est d'une intelligence qui me laisse pantoise, je passe le sens politique etc.
Heureusement qu'on avait "le pourri de service" pour le Congrès de Vienne sinon... Pauvre France ! ;)

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 22:22 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Et puis, ne nous cachons pas que les dirigeants ont besoin de personnes qualifiées possédant de l'expérience et disposant d'un réseau. Les "traitres" ont l'art de se rendre indispensables. Ils apportent des informations inédites et leurs conseils sont toujours très recherchés.
Mettre de la morale partout et notamment dans l'histoire n'a aucun sens. Les "traitres" sont des passeurs. Ils sont indispensables dans les transitions.
IL faut ne rien comprendre à la gestion des sociétés pour s'étonner que des fonctionnaires par exemple servent tous les régimes et ouvrent les dossiers au nouveau pouvoir. C'est leur rôle.
Talleyrand a cru certainement servir l'intérêt de son pays, tout en assurant son avenir. il a évité le pire à son pays.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 23:46 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Ah, grand merci... Je me sens moins seule ! ;)
Et puis, comme il le disait à l'Empereur avant d'être limogé :
"...Je n'ai trahi personne qui ne se soit trahi le premier et je n'ai jamais eu qu'une maîtresse, la France..." B)

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: .Les secrets de Talleyrand
Message Publié : 17 Nov 2011 23:58 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Juil 2011 14:39
Message(s) : 1623
Localisation : Armorique
Romeo a écrit :
Comment expliquer la réussite de Talleyrand qui a pu survivre à tous les régimes et se maintenir au sommet pendant des années ?
Quels étaient ses secrets pour obtenir de tels succès ?

Une grande intelligence et une grande capacité d'adaptation.
Vénal, il l'était. Corrompu, non ! Il y a une sensible différence.
L'argent n'a jamais été un moteur pour lui et lorqu'il "en a croqué" ce fut au vu et au su de tout un chacun.
Idem pour sa vie privée.
Par la main gauche, il n'est guère loin de Napoléon Ier.
Il eut un batârd, Flahaud qui fit un fils à Hortense de Beauharnais (donc un demi-frère à Napoléon III), le duc de Morny.
Il est donc le grand-père du demi-frère du neveu de Napoléon Ier...(et de mauvaises langues de véhiculer que le futur Napoléon Ier ressemblait plus à Flahaut, qu'à Louis Bonaparte...) :mrgreen:

Mirabeau, Danton, Fouché étaient corrompus...
Quant "aux dossiers". Talleyrand n'en avait pas besoin tout comme Fouché n'a jamais eu prise sur lui car il ne cachait rien de son amoralité.
A contrario, il se servira de Fouché et l'amènera à Louis XVIII... avec les fameux "dossiers".
Napoléon lui-même avouera avoir eu confiance en Talleyrand et toujours s'être "défié" de Fouché.

_________________
"... Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé." (Sophocle)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 176 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 ... 12  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB