A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 25 Sep 2017 9:06

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 14 Mai 2015 15:26 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3292
Bonjour,

Dernièrement, j'ai participé à une discussion où il était question de la terreur qu'inspirait les tirailleurs sénégalais aux allemands. Cette peur aurait eu, entre autres, pour origine la peur de se voir couper une oreille en guise de trophée. Pour certains, cette histoire ne serait qu'une rumeur infondée venant essentiellement de la propagande allemande. Pourtant les trophées de guerre, sous une forme ou une autre, ont toujours existés (du scalp des indiens d'Amérique du nord ou des celtes aux mains coupées par les armées de Pharaon pour dénombrer les ennemis morts lors des batailles).

J'ai fait une première recherche sur internet. Les avis sont partagés mais il semblerait que si la coûtume n'ai pas été si fréquente que cela ai bien une origine fondée sur des faits réels. Un ouvrage a même été écrit par Julien FARGETTAS "Les Tirailleurs sénégalais. Les soldats noirs entre légendes et réalités 1939-1945",Tallandier,2012, où l'on parle de ces colliers d'oreilles.

Lorsque l'on parle des "tirailleurs sénégalais" l'on parle en fait de soldats d'Afrique noire provenant de diverses colonies françaises et donc pas seulement du Sénégal. Il est également probable que cette coûtume de couper l'oreille de son ennemi en guise de trophée proviennent seulement de certaines tribus ou groupes ethniques.

D'après certains, il pourrait également s'agir d'une protection car selon les croyances de certaines populations l'âme d'un ennemi ne peut se "réincarner" pour venir se venger si le corps à la mort est incomplet...

Bref, quel est votre avis sur le sujet ? Avez vous des infos sur ce sujet ?

Image

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2015 19:33 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 311
Localisation : Isère
Je pense qu'il s'agit de rumeurs visant à les faire passer pour des "sauvages"... Peut être il y eut certains cas isolés, (en conditions précises) mais, comme souvent, à partir d'un fait isolé, on en fait une norme.
La rumeur s'est propagée de soldats entre soldats (?)
Mais ce que je vous dit là est pure conjecture et j'en suis désolé : ), en tout cas c'est ce qui me viens directement à l'esprit

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2015 20:18 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 27 Oct 2011 21:49
Message(s) : 39
Côté français une rumeur n'a-t'elle pas courue sur le fait que les allemands coupaient les mains des petits enfants ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mai 2015 21:49 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2450
J'ai vu des photos publiées en France après la guerre 1914/1918,et tout le monde côté français semblait s'en vanter jusqu'en 1945.Il me semble me souvenir d' avoir vu quelque chose de similaire côté britannique chez certaines troupes indiennes et aussi photographié ......


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2015 10:40 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mai 2015 14:12
Message(s) : 311
Localisation : Isère
Ce sont des histoire, presque de propagande, voyez l'image, amplement diffusée par le cinéma allemand du "violeur russe" !
Je rejoins Antonnet...

_________________
Þat skal at minnum manna
meðan menn lifa


Cela restera dans la mémoire des hommes
tant qu'ils vivront (pierre de Runby, Upland)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2015 11:59 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 15378
Localisation : Alsace, Colmar
Champollion a écrit :
Ce sont des histoire, presque de propagande, voyez l'image, amplement diffusée par le cinéma allemand du "violeur russe" !
Je rejoins Antonnet...


En fait, dans de nombreux cas, il semble qu'il y a bien des faits réels à la base. Ensuite, la propagande brode dessus. Mais, dans le cas des violeurs russes (si on parle bien du phénomène qui a eu lieu durant la SGM), des historiens montrent qu'il y a vraiment eu un phénomène de grande ampleur qui a été nié dans un premier temps par les autorités allemandes : les femmes allemandes se plaignant de trop se faisaient rembarrer, elles n'avaient qu'à se taire et si ça se trouve, elles y avaient trouvé du plaisir. Puis, dans un second temps, il a été mis en avant par une certaine propagande. Actuellement, il y a plusieurs travaux d'historiens qui tentent de remettre les choses dans leur conteste, et ce n'est pas facile. Entre les victimes qui peinent à parler après ces décennies de silence, les chiffres des autorités minimisés dans un premier temps, puis maximisés. Et en plus, on découvre qu'à coté du violeur russe, il y a le violeur américain et le violeur français ... Pour l'instant, il semblerait qu'il n'y ai que les anglais qui aient eu un comportement correct à ce sujet.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Mai 2015 20:16 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1775
Bonjour

Il n'y a pas que les "Sénégalais" !!!!

C'est une pratique qui existe depuis (presque) toujours et qui existe encore à ce jour.

Du site : http://www.slate.fr/story/30479/mutilat ... %A9-guerre

Les agissements d'une poignée de soldats américains en Afghanistan ne sont que les derniers de la longue histoire des pratiques de découpe et de prélèvement de corps.

Jeremy Morlock, un des soldats accusés du meurtre de trois civils afghans, a été condamné mercredi 23 mars à 24 ans de prison après avoir plaidé coupable. Il devient le premier des cinq soldats jugés par un tribunal militaire à être condamné, quelques jours après la publication par le journal allemand Der Spiegel de photos des accusés posant avec une de leurs victimes. Cet article revient sur la longue histoire des mutilations en temps de guerre et les raisons qui poussent les soldats à commettre de tels actes.

***

Der Spiegel a publié dans son édition parue lundi 21 mars des photos de deux soldats américains en Afghanistan posant avec le corps d’un civil afghan qu’ils sont suspectés d’avoir tué. Les documents font partie d’un lot de plusieurs centaines de photos utilisées dans le procès de 12 soldats accusés de meurtre et de mutilation de cadavres ou encore d’avoir conservé des doigts, des os de jambe, un crâne et des dents prélevés sur des corps afghans comme des trophées de guerre en Afghanistan en 2010.



De tels actes peuvent paraître difficiles à croire venant de soldats d'une armée moderne et encadrée, mais ils ne sont pas l’apanage des soldats américains, et n'ont rien de nouveau. En fait, les découpes et autres prélèvements de parties de corps humain en temps de guerre sont aussi vieilles que la guerre elle-même, et on en retrouve des traces dans les sociétés préhistoriques.

Dans les caves d’Ofnet, en Bavière, des archéologues ont retrouvé 34 crânes, sans leurs corps, disposés en cercle, datant du mésolithique, donc d’au moins 4.000 à 5.000 ans. Ils ont tous été fracturés par un objet, et sont la preuve de l’existence de «violences interpersonnelles et de conduites guerrières».

L’anthropologue Lawrence Keeley écrit ainsi:

«Tous les témoignages confirment la pratique de l’homicide depuis l’apparition de l’homme moderne et les traces de l’activité guerrière sont archéologiquement décelables partout depuis dix mille ans».

Il estime que la guerre dans les sociétés primitives était plus fréquente, plus destructrice et plus violente que la guerre moderne, contrairement à ce que l’on a longtemps cru. La pratique de prise de scalp, qui est souvent associée aux Indiens d’Amérique, a même été évoquée par l’historien grec Hérodote à propos des Scythes en 440 avant JC.

La décapitation a quant à elle été pratiquée sur tous les continents à des périodes différentes, de la Chine à l’Amazonie en passant par les Celtes. Au XIVe siècle, le guerrier turco-mongol Tamerlan érigeait des tours avec les crânes des milliers de victimes de ses massacres. Lors de celui d’Isaphan, ville qui se situe dans l’actuel Iran, il aurait construit 35 minarets de 2.000 crânes chacun. Plus proche de nous, l’Empire ottoman fit construire une tour avec 952 crânes serbes après la bataille du mont Čegar en 1809.
Actes culturels

Pourquoi ces pratiques se retrouvent-elles de manière quasi-systématique, à échelles différentes, sur les champs de bataille? On ne peut trouver une seule et même raison qui pousse les combattants à prélever des membres sur leurs adversaires: «ces pratiques sociales sont toujours à remettre en contexte, et l’interprétation symbolique de ces actes doit tenir compte de la culture particulière et de nombreux facteurs», explique Christian Ingrao, directeur adjoint à l'Institut d'histoire du temps présent (CNRS).

De la même manière que la guerre est un «acte culturel» comme l’écrit Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études à l’EHESS spécialiste de la Première guerre mondiale, dans La Violence de guerre 1914-1945, «les manières de s’emparer des corps, de les tordre, de les découper, constituent des actes culturels à part entière, à travers lesquels l’exécutant exprime quelque chose de sa propre identité», écrit Jacques Sémelin dans Purifier et détruire.

La prise de scalp illustre bien les différentes significations que peut revêtir un même geste. Les historiens américains débattent encore aujourd’hui de l’origine de la pratique sur leur continent. Selon une théorie récente, et contrairement à l’idée communément acceptée, il ne s’agirait pas d’une pratique ancestrale des Indiens mais d’une importation des Européens. Une chose est sûre, les Européens ont bel et bien poussé les Indiens à scalper leurs adversaires pour «établir un contrôle des pertes adverses et constater l’efficacité de leurs alliés autochtones, tout en les incitant à combattre plus durement» en offrant une prime pour chaque scalp ennemi, comme l’écrit l’historien David Cornut.

L’incitation à la découpe des corps adverses n’est pas un cas isolé chez les Européens: la Commission d'Enquête internationale dépêchée au Congo Belge a reconnu au début du XXe siècle que des soldats noirs avaient reçu pour consigne de couper les mains des indigènes qu'ils avaient tués afin de prouver qu'ils avaient fait bon usage des cartouches qu'on leur avait distribuées, comme preuve que des combats avaient eu lieu.

Mais le fait que les traces de scalp dans la culture indienne datent de bien avant l’arrivée des Européens, et qu’il existait de nombreux rituels autour de la pratique qui auraient difficilement pu être importés par les blancs, remettent sérieusement en doute la théorie selon laquelle les occidentaux l'auraient importé. Quoiqu’il en soit, le scalp a revêtu un aspect froidement fonctionnel pour les Européens tandis qu’il revêtait une signification spirituelle pour les Indiens.
Différence entre violence et cruauté

L’exemple du scalp montre en tous cas qu’il faut bien distinguer la violence – même extrême – et la cruauté sur le champ de bataille. Si les Européens paient leurs alliés pour prendre des scalps, c’est d’abord pour mesurer et augmenter leur efficacité, et non pas par pure cruauté. La violence a ici un but autre qu’elle-même. De la même manière, l’exécution de prisonniers ou blessés de guerre, pratique répandue bien que contraire aux règles de la guerre, peut apparaître comme un acte de violence gratuite. Mais pour les Allemands qui exécutent 600.000 captifs russes sur le champ en quelques mois lors de l’opération Barbarossa (1941-1942), la logique fonctionnelle est bien réelle, ces derniers représentant une menace potentielle.

Avec la cruauté au contraire, la violence devient une fin en soi: «il ne s’agit plus seulement de détruire l’ennemi pour la menace qu’il représente, mais d’infliger de la douleur, de profaner son humanité, de jouir éventuellement de l’infliction de cette douleur et/ou de cette profanation», écrit Stéphane Audoin-Rouzeau.
Seconde Guerre mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le front de l'est et la guerre du Pacifique ont été deux théâtres particulièrement sanglants où les violences entre soldats adverses ont atteint des niveaux très élevés. Sur le front de l’est, les pratiques de cruauté sont dans la continuité de ce qui s’est passé en 1914, où l’énucléation, l’ablation des oreilles, du nez, de la langue, des doigts, des ongles, des organes sexuels ou encore de la peau infligées par les Allemands aux soldats russes sont retrouvées de manière récurrente.

De manière générale, quatre emplacements du corps sont «systématiquement visés» lors des atteintes au corps adverse: l’abdomen, l’appareil génital, la main (section des phalanges, des doigts ou du poignet) et le visage. Ce dernier est le «lieu privilégié d’une gamme de gestuelles très variées», écrit Stéphane Audoin-Rouzeau dans Combattre, un ouvrage consacré à l’anthropologie historique de la guerre moderne. Toutes ces pratiques ont un objectif commun: la déshumanisation de l’adversaire en profanant des organes qui représentent justement l’humanité d’une personne comme la main, le visage ou le sexe. Le martelage complet de la face, qui se retrouve dans de nombreux films de guerre, a ainsi pour but de la rendre méconnaissable, et donc inhumaine.

Animalisation

Encore plus que la déshumanisation, c’est l’animalisation de l’ennemi que l’on retrouve dans ces pratiques. Ainsi, plusieurs cas de corps suspendus par les pieds, vidés de leur sang, énucléés, en partie dépouillés de leur peau, parfois éventrés ont été recensés lors des deux guerres mondiales sur le front de l’est, rappelant clairement la mise à mort des lapins ou des porcs, d’autant plus que de tels actes sont souvent commis dans des lieux réservés à l’élevage d’animaux.

Etrangement, ces pratiques déshumanisantes étaient beaucoup moins nombreuses sur le front de l’ouest. Une explication est la dévalorisation ethnique de l’adversaire sur le front de l’est qu’on ne retrouve pas sur le front de l’Ouest, où les deux camps «partageaient un sentiment d’appartenance à une humanité commune», malgré l’hostilité et la violence des combats, comme l’écrit Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette différence montre bien que chaque conflit, et même chaque théâtre de guerre, doit être appréhendé en gardant à l’esprit les nombreux facteurs qui le rendent unique.

Dans le vocabulaire militaire, les références à la chasse sont également omniprésentes. Jusqu’à récemment, il existait des «commandos de chasse» de l’armée française, et il existe encore aujourd’hui un «régiment de chasseurs parachutistes.» Dans la culture populaire, la frontière poreuses entre chasse et guerre a été abordée à de nombreuses reprises, par exemple dans des films comme Voyage au Bout de l’Enfer ou plus Predator.

Si l’adversaire se transforme souvent en gibier que l’on traque et que l’on tue selon les rites de la chasse, il peut aussi devenir un animal de bétail. Les grandes marches de la mort infligées par les Japonais aux prisonniers américains en 1942 ou aux Français à Dien Bien Phu en 1954 (600 km en 40 jours) transforment symboliquement les prisonniers ennemis en d’immenses troupeaux d’hommes.
Le champ de bataille

Stéphane Audoin-Rouzeau souligne le rôle du champ de bataille et de l’environnement sur les représentations construites par les combattants d’eux-mêmes et de leurs adversaires. La jungle par exemple dé-modernise la guerre, en ce qu’elle aveugle l’aviation et empêche l’utilisation de blindés, et favorise le rapprochement guerre-chasse: les lieux privilégiés sont «ceux où le sentiment d’altérité de celui que l’on combattait fut particulièrement marqué», comme le front de l’est, le Pacifique, la Corée, l’Indochine, le Vietnam, l’Irak même.

Christian Ingrao explique:

«La symbolique de la chasse est liée à l’expérience qu’ont les soldats sur le terrain. Quand ils sont dans la forêt ou la jungle et qu’ils sont persuadés que leur ennemi n’est pas tout à fait un être humain, ils se servent de leur référent pour développer des représentations, en l’occurrence l’animalité sauvage. A partir de ce moment là, leur guerre s’apparente à la chasse.»

L’animalisation est toujours dans l’air aujourd'hui, poursuit l’historien:

«Il n’y a qu’à voir comment Lynndie England traite les prisonniers à Abu Graib sur les photos qui ont fait le tour du monde: elle les met à quatre pattes et leur met des laisses autour du cou. La porosité entre monde animalier et ennemi est toujours là. En Afghanistan, il y a des opérations de ratissage, on est dans un imaginaire de chasse. Certes, on a abandonné la doctrine «search and destroy», on essaie de tuer moins de civils, mais il y a toujours quelque chose de cet ordre.»

La guerre du Pacifique

La guerre du Pacifique a été le théâtre de pratiques particulièrement cruelles entre Japonais et Américains. Les pratiques des Américains sur le théâtre du Pacifique sont uniques: les Gis y ont gardé, parfois collectionné, des parties humaines prélevées sur les adversaires à grande échelle. Les témoignages de vétérans de la guerre, notamment celui de Eugene Sledge sur lequel se sont basés de nombreux historiens (et la série The Pacific, produite par Tom Hanks et Steven Spielberg), offrent un aperçu particulièrement détaillé des pratiques américaines.

Les soldats américains ont non seulement prélevé des crânes, des oreilles, des phalanges ou encore des mains entières mais les ont également conservé, de manière tellement répandue que le commandant en chef de la flotte américaine dans le Pacifique a donné l’ordre suivant à ses troupes dès septembre 1942:

«Aucune partie du corps de l’ennemi ne doit être utilisée comme souvenir.»

Mais ces ordres sont restés lettre morte, et les Gis ont continué ce genre de pratiques tout au long du conflit. Des photos, dont l’une a été publiée dans le magazine Life, montrent des chars américains sur lesquels sont posés des scalps et des crânes adverses. Plusieurs cas d’envoi de crânes ennemis et autres parties de corps au pays ont également été documentés, parfois signés par l’expéditeur. Un soldat est même allé jusqu’à offrir un coupe-papier fabriqué à base d’ossements au président Roosevelt en 1944.

Les Américains préfèrent souvent expliquer leurs pratiques comme une réaction au fanatisme et la férocité de l’adversaire japonais. C’est un des thèmes explorés dans The Pacific, qui raconte la guerre du Pacifique du point de vue des soldats américains. Le respect des règles du bushido (le code de l’honneur des samouraïs, selon lequel la reddition est un déshonneur suprême) par les troupes japonaises signifiait que les prisonniers américains n’avaient aucune valeur. Les Japonais avaient une dévotion totale à leur cause qui avait de quoi effrayer leurs ennemis. «La violence de l’adversaire détermine aussi sa propre violence», confirme Christian Ingrao.

Mais la contre-violence n’explique pas à elle seule les pratiques des soldats américains. Une fois de plus, l’assimilation des Japonais à une «race» inférieure dont la sauvagerie est native, les troupes américaines allant même jusqu’à les considérer comme des «singes anthropoïdes», a certainement facilité «la mise en œuvre d’une large gamme de pratiques de chasse à leur encontre» (liquidation au lance-flammes des soldats qui se rendent, «concours de tirs» sur des prisonniers, chasses à l’homme dans la jungle…).

La superstition, voire la magie, expliquent aussi le prélèvement de trophées de guerre sur les corps adverses. «Il semble bien que ces parties prélevées soient investies par leurs possesseurs d’une vertu propitiatoire en fonction des combats futurs qui restent à affronter», écrit Stéphane Audouin-Rouzeau dans La Violence de guerre 1914/1945. Le doigt ou la main adverse devient une sorte de porte-bonheur que l’on garde sur soi pour les prochains combats.
Et aujourd'hui?

Après la guerre du Pacifique et celle du Vietnam, le procès des soldats américains pour leurs agissements en Afghanistan peut poser la question: les Gis ont-ils une propension particulière à la violence sur les corps adverses? Rien ne le prouve: les Français ont par exemple commis leur lot de mutilation lors de la Guerre d’Algérie. Interrogé sur d’éventuelles exactions de soldats français au cours de l’histoire récente et des procédures en cas de soupçons, le ministère de la Défense répond:

«A notre connaissance, de telles pratiques n'ont jamais été le fait de soldat français. A n'en pas douter, si cela se produisait, les coupables seraient sanctionnés, sans préjuger des suites judiciaires.»

Pour Christian Ingrao, si les cas américains sont plus visibles, c’est peut-être parce que la démocratie du pays fonctionne bien et que les agissements des soldats font tout de suite l’objet d’enquêtes et sont traitées dans les médias.

Grégoire Fleurot

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Mai 2015 2:55 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 5986
Merci Hugues de Hador, c'est éclairant.

_________________
Si l'avenir est multiple, le passé est unique. Malgré cela, la réalité historique est parfois difficile à découvrir.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Mai 2015 8:22 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1775
Hérodote décrit deux coutumes pratiquées par les guerriers scythes.

la première est la pratique du scalp.

La seconde est celle de la ‘Coupe à Boire’ réalisée avec le crâne, recouvert d’or, des ennemis vaincus.
Cette coupe se portait à la ceinture et était destinée aux cérémonies de prestation de serment de fraternité au combat.

La pratique du scalp, en Asie centrale, semble s’être restreinte aux Scythes.

Par contre, la ‘tradition’, des ‘Coupes à Boire’ réalisées dans les crânes s’est perpétrée à travers les siècles et dans de nombreuses cultures guerrière des steppes.

Crâne et Coupe à Boire.

Voici ce qu’en dit Hérodote chez les Scythes :

Quant aux têtes, non pas de tous leurs ennemis, mais des pires, voici comment ils les traitent. Ils détachent à la scie le crâne jusqu’au-dessous des sourcils, et le nettoient. Chez les pauvres, on se contente de l’envelopper extérieurement d’un cuir de bœuf non tanné, et on l’emploie tel quel. Chez les riches, non seulement on l’enveloppe de cuir, mais à l’intérieur on le dore et c’est ainsi traité qu’on l’emploie comme un verre à boire.

Ils en font autant des crânes même de leurs proches, s’il y a entre eux des différends et que l’un a triomphé de son adversaire devant le roi. Quand il vient chez lui des hôtes dont il fait cas, il leur présente ces têtes et explique que c’était de ses proches qui lui avaient cherché noise, et qu’il les a vaincus et ils parlent de cela comme d’un exploit.



- Chez les Xiongnu :

Lao-tchang, un khan xiongnu après sa victoire contre les Yuetchi tue leur roi et fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Avars :

Cherchant à étendre son royaume situé sur le Danube, Cunimond, un roi gépide du VIème siècle, entre en conflit avec l'Empire byzantin. Les Byzantins font appel aux Avars du khan Bayan et aux Lombards du roi Alboïn. Lors d’une bataille, Cunimond est vaincu et tué au combat . Son corps est décapité et son crâne transformé en ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Petchenegues :

Kurya, un khan petchenegue de la seconde moitié du Xème siècle contrôlait une région située entre les rives septentrionales de la mer Noire et le sud des grandes plaines ukrainiennes.
Allié aux Russo-Varègues de Sviatoslav, souverain de la ‘Rus de Kiev’ (964 - 972) il accompagne ce dernier dans ses campagnes dans les Balkans. Plus tard, après la défaite de Sviatoslav face à l'Empire byzantin, Kurya le capture dans une embuscade, le tue et fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.

- Chez les Bulgares de la Volga :

Nicéphore Ier le Logothète, empereur byzantin de 802 à 811 est tué par les Bulgares. Leur khan, Krum, fait de son crâne une ‘Coupe à Boire’.


- Chez les Mongols :

Une légende russe prête à Gengis Khan, lui-même, que celui-ci fit une ‘Coupe à Boire’ dans le crâne de Targutaï, le khan des Tayidji'ut qui l’avait retenu prisonnier dans sa jeunesse.


En 1510, près de Merv, Mohammed Chaïbani (mongol Chaïbanide) est vaincu et tué par Chah Ismaïl (fondateur de la dynastie des Séfévides). le crâne de Mohammed Chaïbani est transformé en ‘Coupe à Boire’ par Chah Ismaïl.

Nous avons, malheureusement, peu de renseignement sur la façon dont ses ‘Coupes à Boire’ étaient réalisées.

Soit la coupe était fabriquée à partir de la calotte crânienne, à la manière des kapala boudhiste. Dans cette forme, la coupe ressemblait plus à un bol.

Soit, elle était fabriquée avec la partie inférieure du crâne.


Pratique du scalp chez les Scythes.


Cette pratique est décrite par l'historien grec Hérodote.

Hérodote est né vers 484 ou 482 av. J-C à Halicarnasse (une colonie grecque située sur le territoire des Cariens et actuellement Bodrum en Turquie). Il est mort vers 425 av. J.-C. à Thourioi.

Surnommé le « père de l'Histoire » par Cicéron, il est en outre considéré comme l'un des premiers explorateurs, journaliste et historien.

Voici ce qu'il en dit :

“Pour la guerre, voici les usages qu'ils observent : tout Scythe qui tue pour la première fois boit du sang de sa victime.

Aux ennemis qu'il abat dans une bataille, il coupe la tête qu'il présente au roi, S'il présente une tête, il a sa part du butin conquis; sinon il ne reçoit rien.

Voici comment on scalpe une tête : on fait une incision circulaire en contournant les oreilles, puis d'une brusque secousse on détache la peau du crâne; on la racle à l'aide d'une côte de bœuf, on l'assouplit en la maniant, après quoi on s'en sert comme d'une serviette et on l'accroche à la bride de son cheval, avec fierté, car qui en possède le plus grand nombre passe pour le plus vaillant.

Beaucoup s'en font même des manteaux en les cousant ensemble, à la manière des casaques des bergers.
Beaucoup aussi prélèvent sur les cadavres de leurs adversaires la peau de la main droite avec les ongles, pour en faire des couvercles de carquois.

La peau humaine est assurément épaisse et lustrée, supérieure peut-être à toutes les autres en blancheur et en éclat. Beaucoup écorchent même des hommes tout entiers et tendent les peaux sur des cadres de bois qu'ils juchent sur leurs chevaux pour les exhiber à la ronde “


Source du texte traduit : Cliquez ici
L'extrait, ci-dessus est tiré de l'ouvrage "Les Histoires" ou l'Enquête. Il est l'œuvre unique connue d' Hérodote. C'est l'un des plus longs et des plus anciens textes en prose de l'Antiquité.

Remarque :

- Plus tardif, Ammien Marcellin évoque la pratique du 'scalp' chez les Sarmates. Voici ce qu'il en dit :

En guise de trophées glorieux, les scalps arrachés aux têtes coupées des victimes sont accommodés par les guerriers en phalères pour leurs chevaux"

_________________
Hugues de Hador.
Au service des Mongols de la "Horde d'Or" entre 1350 et 1360.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Mai 2015 12:54 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Jan 2009 15:49
Message(s) : 2629
Le sujet a été nettoyé et déverrouillé. Toute nouvelle remarque raciste entraînera sa fermeture, voire sa suppression. Merci de faire attention à vos propos, et à documenter sérieusement toute affirmation.

calame


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Sep 2017 13:15 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 15 Mai 2005 12:40
Message(s) : 3292
La pratique du scalp a également été attestée chez les gaulois ces dernières années. L'on a retrouvé des crânes ennemis portant les mêmes marques caractéristiques que l'on trouvait chez les victimes de scalps des amérindiens.

Encore de nos jours, en Afrique du sud, certains sorciers prélèvent sur des albinos des membres pour guérir du sida... Ce sont des faits avérés.

Quant à mon interrogation sur les colliers d'oreilles des tirailleurs sénégalais, elle également pour origine une histoire que me racontait ma grand mère. Sa propre mère lui avait dit avoir vu au tout début de la 1ère GM un tirailleur avec un collier d'oreilles autour du cou. Cela se passait dans le nord de la Marne à la limite de l'Aisne. Témoignage donc indirecte mais je ne pense pas que ma grand mère ou mon arrière grand mère aurait inventaient cette histoire. Lorsque j'ai parlé de cette histoire à des amis il y'a 2 ans une bonne partie d'entre eux étaient dubitatifs, pour d'autres ce n'était qu'un mythe. Personnellement, je pense qu'il ne faut pas voir ces colliers d'oreilles sous l'oeil occidentale du XXIe siècle. C'est comme le cannibalisme. Il y'a des mythes mais également des faits parfaitement avérés. Sans pour autant généraliser les faits.

_________________
@+ Image
Skipp


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 17 Sep 2017 8:29 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 11 Juin 2012 17:37
Message(s) : 75
Une vidéo m'avait frappé dans mon enfance: celle d'un vétéran américain montrant une oreille prélevée sur un vietnamien par ses soins et qu'il conservait sur lui. Sûrement vue dans le cadre du zapping de canal +

_________________
TBPLTNT Chic à Cyr!


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB