Nous sommes actuellement le 22 Nov 2019 22:20

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 87 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 28 Mai 2016 13:18 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13619
Localisation : Alsace, Colmar
CNE_EMB a écrit :
La question n'est pas de savoir si les Français pouvaient rompre le "Westwall", ils en avaient bien entendu les moyens. Mais pas en septembre 1939, avec des appuis artillerie et génie incomplets, un échelon offensif encore en cours de concentration, et avec autant d'envie de se frotter aux fortifications allemandes que de sauter nu dans un buisson d'orties...

CNE EMB


Je pense que là-dessus, nous sommes globalement d'accord : pour forcer le "Westwall", il faut le vouloir et le pouvoir. Il ne semble pas y avoir une volonté fulgurante de le faire. Mais, ce qui est sûr, c'est que l'armée française n'avait pas les capacités opérationnelles pour le faire et pour obtenir un avantage tactique ou stratégique qui aurait pu influer le cours de la guerre. Et, quand bien même, en cas de réussite, l'armée française se serait retrouvée dans les conditions de mai 40, les forces vives avancées de manière dangereuse sur un champ de bataille pas préparé, tandis que le gros des forces attendait derrière une ligne de fortifications que les dites forces vives avaient pour mission d'empêcher qu'on ne les contourne...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2016 14:07 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6154
Un peu HS : J'ai déjà lu - peut-être chez Philippe Masson - qu'il y avait une "surcharge" de divisions derrière la ligne Maginot. (en mai 40)

Qu'en est-il réellement ?

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2016 14:15 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4166
Localisation : Berry
J'avais fait le calcul il y a quelque temps. Je ne sais plus où j'ai les chiffres que j'avais collectés. Les troupes d'intervalle étaient effectivement nombreuses, mais pas si significativement que cela. De mémoire, une demi-douzaine de grandes unités auraient pu être "économisées" et employées avec le GA n°1.

C'est plus le maintien quasi-intégral des forces du GA n°2 derrière la ligne fortifiée frontalière après le 20 mai 1940 et l'ordre de décrochage tardif qui abandonne cette dernière à elle-même, donné seulement le 13 juin et qui condamne de ce fait le GA n°2 à l'encerclement dans les Vosges, qui sont problématiques.

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2016 14:28 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4166
Localisation : Berry
Voilà, j'ai retrouvé : le GA n°2 comprend au 10 mai 1940 une division légère de cavalerie et une brigade de spahis, 23 DI, deux DIC (dont une en réserve), une DINA, une DIA (en réserve), une division britannique et une polonaise, soit au total trente divisions sans compter les troupes de forteresse ; le GA n°3 compte pour sa part sept DI (dont deux en réserve) et une brigade de spahis.

Ce qui représente en appui de la ligne fortifiée frontalière une force de 37 divisions et deux brigades, plus les troupes de forteresse et les appuis organiques de corps d'armée et d'armée (en particulier de nombreux bataillons de chars et unités d'artillerie ou de génie).

A comparer aux 33 divisions et deux brigades de cavalerie du GA n°1, notamment avec une division cuirassée, les trois divisions légères mécaniques et six des sept divisions d'infanterie motorisée. Auxquelles il convient d'ajouter les neuf divisions britanniques subordonnées à la BEF (plus deux déployées dans la profondeur), soit 44 divisions et deux brigades.

Les réserves générales du GQG, pour leur part, rassemblent treize divisions (dont deux divisions cuirassées, la dernière division motorisée et la seconde division polonaise), qui sont en majorité stationnées derrière le GA n°1.

L'aile droite franco-britannique comprend donc 44 divisions et deux brigades, l'aile gauche 37 divisions et deux brigades, et la réserve treize divisions.

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2016 16:25 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6154
CNE_EMB a écrit :

L'aile droite franco-britannique comprend donc 44 divisions et deux brigades, l'aile gauche 37 divisions et deux brigades,
CNE EMB

Heu.. soit je lis de travers, soit c'est l'inverse ? (Pour moi l'aile franco-britannique constitue l'aile gauche, non ?)

Comme c'est HS, il faudrait reprendre un sujet sur la ligne Weygand, (celui-là ? viewtopic.php?f=49&t=2601&hilit=weygand&start=15 ) j'aimerais avoir votre opinion sur l'emploi des forces de l'aile droite à partir du 10 mai, puis dans la défense de la ligne Weygand. (En clair, qu'en a-t-on fait ?)

L'impression que j'ai est qu'un grand nombre d'unités, et notamment des bataillons de chars, ont été maintenus trop longtemps derrière la ligne Maginot. Mais j'imagine qu'il y a eu entre temps des mouvements de ces unités par rapport à leur situation au 10 mai.
(rien d'urgent, j'imagine que la réponse n'est pas immédiate...) :wink:

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Mai 2016 16:51 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription : 20 Déc 2008 14:01
Message(s) : 4166
Localisation : Berry
Au temps pour moi, j'ai effectivement inversé. Il s'agit bien de l'aile gauche franco-britannique, et donc de l'aile droite derrière la ligne fortifiée frontalière jusqu'à la Suisse.

Je vais réfléchir à ce sujet. J'ai déjà débattu dessus sur un autre espace il y a bien longtemps, et il faut que je me réapproprie les éléments de la discussion avant de donner un avis argumenté. D'ores et déjà, oui, il y a eu des mouvements d'unités de l'aile droite vers l'aile gauche, pour reconstituer un front défensif sur la Somme et sur l'Aisne en particulier, après le 15 ou le 20 mai. Mais ceux-ci sont restés mineurs, alors qu'il y avait encore une trentaine de divisions pour appuyer la ligne fortifiée frontalière, volume considérable pour des motivations incertaines puisqu'on savait a priori que celle-ci ne pourrait être attaquée avec beaucoup de moyens par les Allemands qui avaient concentré leurs forces, notamment mécanisées, en Belgique.
J'y réponds dès que possible.

CNE EMB

_________________
"Sicut Aquila"/"Ils s'instruisent pour vaincre"/"Par l'exemple, le coeur et la raison"/"Labor Omnia Vincit"/"Ensemble en paix comme au combat"/"Si Vis Pacem Para Bellum"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Mai 2016 19:53 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3029
Localisation : Versailles
Je comprends bien les explications techniques du CNE EMB mais alors pourquoi avoir déclenché cette mini offensive ?

On se dit que c'est certainement pour des raisons diplomatiques : tenir les engagements pris à l'egard des Polonais probablement ?

Mais alors pourquoi n'avoir rien préparé de plus réaliste antérieurement ?

Pourquoi avoir choisi la Sarre et s'être limité à cette petite zone ? Pourquoi ne pas avoir cherché à border la ligne Siegfried sur une plus grande longueur ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 9:25 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1668
Localisation : Lyon-Vénissieux
Tout de même une offensive de grande envergure en Sarre aurait permis à l'armée française de se faire une meilleure idée de ses faiblesses tant au niveau du matériel qu'au niveau des généraux.
On aurait accumulé une précieuse expérience qui aurait été bien utile en mai/juin 1940.... ;)

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 10:27 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13619
Localisation : Alsace, Colmar
Pouzet a écrit :
Tout de même une offensive de grande envergure en Sarre aurait permis à l'armée française de se faire une meilleure idée de ses faiblesses tant au niveau du matériel qu'au niveau des généraux.
On aurait accumulé une précieuse expérience qui aurait été bien utile en mai/juin 1940.... ;)


Et vous pensez vraiment que cela aurait changé beaucoup de choses ? Cela aurait-il empêché de se précipiter sur la Dyle ? Ou bien, cela aurait-il renforcé le secteur de Verdun que les vieilles badernes pensaient infranchissables à des moyens motorisés ? Aurait-on eu le temps d'équiper nos chars de réservoirs de capacité supérieure ? Ou de les équiper d'une radio ? Aurait-on eu le temps de penser de nouvelles tactiques ?

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 11:27 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6154
Narduccio a écrit :
le secteur de Verdun

Le secteur de Sedan, je pense ?

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 14:50 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 8911
Localisation : Région Parisienne
Pierma a écrit :
Je crois que cette offensive répondait essentiellement à un besoin de propagande et à un motif politique : montrer que nous faisions quelque chose en faveur de la Pologne.
"Stratégie de théâtre", dit Lacouture.


Pas exactement, la France s'était engagée auprès de la Pologne a prendre l'offensive au 15e jour de la mobilisation, pacte signé entre le ministre de la guerre polonais Kasprzycki et Gamelin le 17 mai 1939. Ce n'est pas une affaire de propagande, mais de respect de la parole donnée. Après, que l'offensive ait soutenu la Pologne comme la corde soutient le pendu n'est qu'accessoire, au 15e jour, les carottes polonaises étaient cuites.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 14:54 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 13619
Localisation : Alsace, Colmar
Pierma a écrit :
Narduccio a écrit :
le secteur de Verdun

Le secteur de Sedan, je pense ?


On parle beaucoup de Verdun en ce moment ... :oops:

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2016 21:48 
Hors-ligne
Jules Michelet
Jules Michelet

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 3029
Localisation : Versailles
Je suis d'accord avec Pouzet. Une offensive plus développée nous aurait été fort utile pour aguerrir nos unités et mieux connaître notre ennemi. Par exemple nous aurions pu mieux mesure sa puissance aérienne et sa capacité à gérer les combinaisons inter armes. Après tout la Wehrmacht a aussi beaucoup appris de la campagne de Pologne qui a révélé plusieurs points faibles internes !

Et cela aurait permis d'atténuer la longue léthargie qui a caractérisé le front occidental jusqu'au 10 mai !

Mais cela n'aurait probablement pas changé le cours de la guerre !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Mai 2016 8:35 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2874
Le peu qui a été fait a parfaitement démontré que nos techniques étaient dépassées.Nous n'aurions pu obtenir des résultats et encore aléatoires qu'en sacrifiant des milliers d('hommes.Personne ne pouvait l'accepter car cela aurait menè à un véritable suicide national étant donné la démographie catastrophique.La France n'avait plus les ressources humaines indispensables à toute grande puissance et elle n'avait pas d'avance technique militaire capable d'y remédier.Je pense d'ailleurs qu'à l'époque la grande majorité des "responsables"civils ou militaires de la nation en étaient bien convaincus ce qui explique la quasi totale inertie devant les violations flagrantes du traité de Versailles.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 31 Mai 2016 8:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 05 Oct 2005 20:39
Message(s) : 1668
Localisation : Lyon-Vénissieux
Citer :
La France n'avait plus les ressources humaines indispensables à toute grande puissance


Oui en effet on peut comprendre que les généraux étaient réticents à sacrifier des milliers de soldats mais en matière de "ressources humaines" n'y avaient-il pas les colonies et l'immigration ?
Dans les colonies ou la natalité était très importante il y avait des millions de jeunes hommes et puis la France à l'époque pouvait très bien laissez entrer des millions d'immigrés pour compenser la faiblesse de la natalité et les pertes de la guerre de 14, ce qui sera fait dans les années 1920.
Beaucoup d'européens ne demandaient qu'a venir en France pour fuir les persécutions et le totalitarisme.

Il ne faut peut-être pas se laisser tromper par ce qu'on sait des événements qui suivirent, mais il me semble que la France de 1939/1940 avec son empire et ses alliances faisait tout de même bonne figure face à l'Allemagne...
(il est vrai qu'il nous a manqué l'alliance russe cette fois ci) ;)

_________________
Le souvenir ne disparait pas, il s'endort seulement.
Epitaphe trouvé dans un cimetière des Alpes

La science de l'histoire est une digue qui s'oppose au torrent du temps.
Anne Comnène, princesse byzantine (1083-1148)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 87 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 17 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB