Nous sommes actuellement le 28 Nov 2020 2:31

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 27 Mai 2018 10:29 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 02 Avr 2018 11:35
Message(s) : 210
Bonjour,

Voyant plusieurs sujets sur la question des "Romans Historiques" je pose la question de ses limites.

Dans la limite ou tout roman se déroule dans un context historique et géographique, à part peut être la collection Harlequin, la majorité des récits ont un intérêt pour l'histoire. (et même, peut-être que dans 200 ans, quelqu'un fera une thèse sur les fantasmes sexuelles à la fin du XX siècle étudié à travers la collection Harlequin).
Un roman de pure fiction, voir fantastique ou d'anticipation, ne peut pas s'échapper des éléments historique dans lequel le récit se déroule…

à titre d'exemple, les Rougon-Macquart décrivent "l'Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire". Au passage, j'ai assisté il y a quelques-mois à une conférence liée à un récit de Zola: http://www.histoire-valenciennes-cahv.fr/Memoires/index.php/CR-CAHV/article/view/661

Donc ma question est quelles sont les limites du "Roman Historique"?
Faut-il que l'auteur soit avec une certaine proximité avec le context? (comme c'est le cas de "Il Gattopardo" ("le Guépard") de Giuseppe Tomasi di Lampedusa, "Les Chouans" de Balzac où "Quatrevingt-treize" de Victor Hugo)
Faut-il une volonté de l'auteur? Est-ce que "La gloire de mon père" qui raconte au final la vie de la famille d'un instituteur sous la III république doit être vu comme un roman historique?
Faut-il que des évènements importants/des personnalités importantes soient au centre de l'histoire?
Y'a-t-il une définition académique du roman historique?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 11:14 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1110
A la base, un roman historique est un roman qui ne se passe pas à l'époque actuelle.

giby a écrit :
à titre d'exemple, les Rougon-Macquart décrivent "l'Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire".


Bien que chef de file du courant "Naturalisme", Zola ancre son œuvre dans le passé. Un passé récent certes, puisqu'il commence à écrire le premier romans des Rougon-Marquart en 1871 et que le Second Empire vient à peine de s’effondrer.

Après, quand on s'intéresse au genre "roman historique" en général, on peut classer les romans en quelques catégories. Il y a des histoires qui pourraient être actuelles, mais que l'auteur pour diverses raisons à choisit de raconter dans un passé plus ou moins réel. Il y a ensuite des œuvres qui sont dans un passé plus ou moins imaginaire, où l'image du passé est basée sur une vision romanesque de ce passé en étant très libre sur la réalité connue à l'époque de la rédaction. C'est le cas de Balzac, qui prend bien des libertés avec l'histoire. Il y a ensuite une catégorie où les auteurs font des recherches très sérieuses ou se basent sur des travaux plus ou moins récents d'historiens. En ce sens, ils suivent presque le filon de Zola et font des romans historiques que l'on pourrait nommer de naturalistes ou réalistes.

Il m'est arrivé de trouver, dans la littérature fantastique, un roman qui se passe sous Louis XIII, mais dans un royaume de France un peu fantastique où il y a des sorciers, des mages, des dragons ... Bref, tout l’attirail de la Fantasy, et pourtant les descriptions des rues du vieux Paris, des métiers, de la vie du petit peuple ou des nobles est très fidèlement reconstitué d'après ce que l'on sait de cette période...

En fait, l'un des problèmes de l'étiquette "romans historiques" est qu'elle est rès générale et qu'elle désigne tous les romans qui se passent dans le passé, quelque soit leur prise en compte réelle de ce passé. Certains romans historiques sont dans un passé rêvé qui ne correspond pas à la réalité historique. C'est la liberté de l'auteur, mais on voit parfois des gens penser que cela s'est réellement passé comme le rapporte l'auteur...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 11:36 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 02 Avr 2018 11:35
Message(s) : 210
Léonard59 a écrit :
Il y a ensuite des œuvres qui sont dans un passé plus ou moins imaginaire, où l'image du passé est basée sur une vision romanesque de ce passé en étant très libre sur la réalité connue à l'époque de la rédaction.

Donc, si j'écris un roman sur les derniers jours de l'Atlantide, il pourrait avoir l'étiquette "Roman Historique"? Où bien il y a une limite?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 11:54 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1110
giby a écrit :
Léonard59 a écrit :
Il y a ensuite des œuvres qui sont dans un passé plus ou moins imaginaire, où l'image du passé est basée sur une vision romanesque de ce passé en étant très libre sur la réalité connue à l'époque de la rédaction.

Donc, si j'écris un roman sur les derniers jours de l'Atlantide, il pourrait avoir l'étiquette "Roman Historique"? Où bien il y a une limite?


Excellente question à laquelle je n'ai pas de réponse


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 13:26 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2961
Que sait-on de "réel" sur l'Atlantide, mis à part le mythe de Platon ? Pour moi deux possibilités....... a) Vous parlez de Santorin et de tout ce que l'on a découvert que vous introduisez dans votre récit......et il devient "historique" b) Vous restez sur les données très aléatoires du récit de Platon et cela devient un récit purement "imaginaire"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 18:27 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 02 Avr 2018 11:35
Message(s) : 210
Pour la question sur "Les derniers jours de l'Atlantide", la question est bien sur théorique pour savoir la limite de l'imaginaire dans le récit de type "Roman historique". Bien-sur, il faudrait prendre des faits et toute genre de chose pour rendre l'histoire crédible.

Je ne savais pas qu'on associait l'Atlantide et Santorin. J'ai appris une chose aujourd'hui.

Merci pour vos réponses.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 19:56 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 27 Mai 2018 10:04
Message(s) : 1110
giby a écrit :
Je ne savais pas qu'on associait l'Atlantide et Santorin. J'ai appris une chose aujourd'hui.


"On" n'associe pas Santorin et Atlantide, mais il y a des gens qui pensent que la destruction de l'ile de Santorin peut être à la naissance du mythe ...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mai 2018 20:31 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 02 Avr 2018 11:35
Message(s) : 210
Léonard59 a écrit :
giby a écrit :
Je ne savais pas qu'on associait l'Atlantide et Santorin. J'ai appris une chose aujourd'hui.


"On" n'associe pas Santorin et Atlantide, mais il y a des gens qui pensent que la destruction de l'ile de Santorin peut être à la naissance du mythe ...
Ah d'accord… J'ai déjà entendu divers théories, avec comme conclusion "Si Platon ne l'avait pas inventé, quelqu'un d'autre l'aurait fait"

Merci pour la précision


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 7:26 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2067
Localisation : St Valery/Somme
giby a écrit :
Donc, si j'écris un roman sur les derniers jours de l'Atlantide, il pourrait avoir l'étiquette "Roman Historique"? Où bien il y a une limite?

Je classerai sûrement votre roman dans la rubrique heroic fantasy. Mais il y a maintenant lhistoric-Fantasy qui bouleversé un peu les classifications. Je prendrais comme exemple Troie de David Gemmell qui reecrit liliade en modifiant les rapport entre les personnage (il y a lexplosion de centaurin) ou le rois de l'hiver de Bernard Cornwell qui reprend le mythe Arthurien sur un mode historique. A l'inverse il y a Gabriel Key qui raconte des histoires réelle comme lempire byzantin ou la reconquista et la situé dans un univers parallèle autre ce qui lui permet de modifier les noms les rapport à la religion etc... comme l'avait fait Tolkien pour la terre du milieu mais avec un soucis de réalisme historique plus poussé.
Pour en revenir à l'Atlantide vous pouvez situer votre roman dans lexpension des cités grecques pour lui donner un encrage historique ou dans le mythe dun paradis perdu celtique comme la fait Stephen Lawhead dans Taliésin. Qui reprend d'ailleurs pas mal de Tolkien dans son ancien royaume de Numenor évoque dans le seigneur des anneaux.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 8:15 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2961
Il y a eu au XVIIIéme et XIXème siècles en Grande Bretagne de très nombreux romans mêlant Histoire et Imaginaire parfois délirant, souvenez vous des prétendus poèmes d'Ossian,des romans de Walter Scott ......Au siècle précédent on trouve déjà une inspiration médiévale avec aussi un zeste méphitique et parfois ce que l'on retrouvera en France chez Sade....Pour l'avoir jadis étudié en détail lors de mes recherches pour mon mémoire de maitrise,je pense que bien des auteurs britanniques étaient des précurseurs.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 11:12 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 711
Pour moi, les romans historiques se classent en 2 grandes catégories :
- "l'histoire romancée" (la catégorisation est mienne) qui consiste à faire un roman à partir de personnages historiques (on va trouver les Rois Maudits de Druon, l'Alexandre de Manfredi par exemple) dont l'idée est de ne rien changer aux événements avérés mais de "combler les trous" ou choisir entre différentes interprétations d'un événement peu ou pas documenté.
- "le roman à cadre historique" : dont les héros sont des personnages inventés, ou totalement remaniés, et dont le scénario se déroule dans un cadre historique documenté où les personnages historiques sont juste croisés par le héros (là, outre les exemples cités, on a la série "Bernie Gunther" de Kerr, les différents cycles de Naudin durant la guerre de cent ans, etc.).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 13:39 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2067
Localisation : St Valery/Somme
Jajouterai aussi les romans uchronique. Fatherland par exemple. Ou les nazis ont gagnė la guerre et l'histoire se passe dans les années 60.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 16:26 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Août 2013 22:43
Message(s) : 176
Bonjour,
Almayrac a écrit :
Jajouterai aussi les romans uchronique. Fatherland par exemple. Ou les nazis ont gagnė la guerre et l'histoire se passe dans les années 60.


Et que dire du Maître du Haut Château de Philip K.Dick!

Pour l'Atlandide, un livre tout chaud d'un collègue:
Le secret de l'Atlandide. Le titre ressemble à une émission racoleuse de Stéphane Bern ou un reportage douteux RMC découvertes mais non. Sur le site babelio c'est un roman philosophique mais il a été écrit par un philosophe en prenant appui et commentant Platon.
Lien: http://www.michel-lafon.fr/livre/2032-L ... LATON.html

Pour l'aspect historique, Pierre Vidal-Naquet me semble détenir des clefs intéressantes. Quelques pages lumineuses sont également disponibles, dans mes souvenirs, dans ce bel ouvrage (• TREUIL.R, DARCQUE.P, POURSAT.J-C, TOUCHAIS.G, Les civilisations égéennes : du néolithique et de l'âge du bronze, PUF, Nouvelle Clio, Paris, 2008).
Lien: https://www.puf.com/content/Les_civilis ... _du_bronze

Sur le roman historique, un beau rappel sur cairn de Gérard Gengembre:
Lien: https://www.cairn.info/revue-etudes-201 ... ge-367.htm

_________________
« Je veux croire qu'il n'y a pas de libération plus vaine que celle qui prétend nous arracher aux rigueurs du travail intellectuel ou aux fidélités que l'on doit à ses prédécesseurs, qu'il n’y a pas de générations plus tristes que celles qui ne se reconnaissent plus de maîtres [...] ».
Patrick Boucheron.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 16:46 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Sep 2005 18:53
Message(s) : 1948
Bonjour

ThierryM a écrit :
"le roman à cadre historique" : dont les héros sont des personnages inventés, ou totalement remaniés, et dont le scénario se déroule dans un cadre historique documenté où les personnages historiques sont juste croisés par le héros


Quand c'est bien fait, ce sont mes préférés mais pour cela, il faut que les personnages inventés cadrent parfaitement avec l'époque qui est contée (qu'ils soient cohérents) et qu'ils servent le contexte historique comme "faire valoir".

Bien à tous.

_________________
Hugues de Hador.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 30 Mai 2018 19:19 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 23 Déc 2010 13:31
Message(s) : 711
Hugues de Hador a écrit :
Bonjour

ThierryM a écrit :
"le roman à cadre historique" : dont les héros sont des personnages inventés, ou totalement remaniés, et dont le scénario se déroule dans un cadre historique documenté où les personnages historiques sont juste croisés par le héros


Quand c'est bien fait, ce sont mes préférés mais pour cela, il faut que les personnages inventés cadrent parfaitement avec l'époque qui est contée (qu'ils soient cohérents) et qu'ils servent le contexte historique comme "faire valoir".

Bien à tous.


Je suis d'accord avec le fait de cadrer avec l'époque, en précisant toutefois que plus on est versé dans la période plus on aura le sentiment que cela ne cadre pas. Pour le second, cela dépend de ce que l'on met derrière "servir" mais cela me semble moins nécessaire.
En revanche, personnellement, les uchronies n'appartiennent pas au genre.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 message(s) ]  Aller vers la page 1, 2  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB