Nous sommes actuellement le 10 Déc 2019 22:46

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 109 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 08 Mai 2019 18:59 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 672
Darwin1859 a écrit :
Mettons de côté Médée, personnage de fiction, mythologique.

Les tragédies grecques ont ceci de mettre le point sur ce que l'on ne peut nommer. Réduire le rapport Médée/Jason à Juliette et Roméo est une erreur de lecture et d'interprétation ; le jeune couple de Shakespeare se découvre, nul enfant, l'avenir devant eux.
Médée a ses fils qui sont aussi ceux de Jason. Le rapport bancal auquel elle doit faire face (elle se retrouve démunie -barbare, loin des siens, rejetée par celui qu'elle a sauvé, ayant trahi les siens par amour de Jason-) et il semble évident que la nouvelle épouse de Jason lui donnera des fils. Les siens seront donc voués à ? En tant qu'adulte, elle peut affronter seule son "destin" ; les enfants n'ont pas à souffrir de cette nouvelle donne. Je ne vois pas ceci comme un vague conte mythologique et pas Euripide comme un vague conteur, d'ailleurs le sujet a été repris mais, avec une lecture qui met l'accent sur une hystérisation de Médée. Normal, vu l'époque de la reprise et l'auteur.

Citer :
Le cas du bunker et des Goebbels est intéressant. Il y a les hommes: Goebbels, Hitler. Ils savent que s'ils sont pris, ils seront probablement jugés et sans aucun doute mis à mort.

Ce n'est pas la "mise à mort" qui pose problème à ce niveau, c'est que le contrôle échappe : quid de l'image ?

Citer :
Les femmes, par contre, Eva Braun et Magda Goebbels, s'attendaient-elles à subir exactement le même traitement?

Ce n'est que mon avis de femme : je pense. Braun parce-qu'elle avait déjà quelques TS à son actif et certains furent franchement "chaud" au point de "Dolfy" a cédé ; elle sait donc ce qu'est l'entre-deux ; c'est bien pour cette raison qu'elle est venue au bunker : que serait-elle devenue ?
Magda a eu une vie avant. Que AH fasse d'elle la "première dame officielle" est inespéré vu le sort qui a été fait à quelques unions dont il ignorait l'origine de l'un ou l'autre. Il s'est d'ailleurs servi de ceci pour faire quelques nettoyages. Il a ce côté très "petit bourgeois". vu l'époque, pour une femme comme Magda, c'est une résurrection : elle est en rupture de ban, familialement et socialement parlant. Vu les coupes qui amènent à des choix, dans son milieu, Magda était fichue. Fichue = vieille fille éternellement sous tutelle, ne sert à rien, est un boulet...

Citer :
Et quid des enfants?

Nous sommes à une époque où les enfants suivent les parents. Voyez l'exemple de l'officier dont les enfants s'exclame : "Tiens Papa (ce n'est pas "Père") tu as mis ton uniforme du dimanche..." ; l'épouse sert et un moment on voit le regard de cette femme. Elle "sent" que quelque chose ne va pas. De fait...
Les "droits de l'enfant", c'est relativement récent ; le côté "papa poule" aussi ; une présence du père "constante" de même.
Les parents décidaient -en couple ou non - et les enfants suivaient, sans avis. C'est très récent de demander l'avis des enfants, d'imaginer, d'entendre les enfants projeter leur avenir "que ceci plaise ou non". Les fils de, reprenaient la position du père etc.

Même si ceci bouscule nos sentiments et autres, pour les Goebbels, c'était le mieux/le meilleur.
Et d'ailleurs que seraient devenus ces enfants ? Comment vivre ensuite ? On ne laisse "rien" derrière soi, si on ne sait à qui passer le relais en toute sérénité. Et pour la sérénité, l'ambiance n'était pas tout à fait à cela. Je vous renvoie aux conduites ahurissantes dans le métro berlinois entre parents et enfants dès l'arrivée des Russes. Avaient-ils (les parents) tant fantasmé ce qui allait arriver ?

Citer :
Himmler était pris, bien traité, ausculté par un médecin britannique.

Pas si bien ausculté que cela car en finir avec une capsule de cyanure dans une dent : c'était élémentaire. D'ailleurs les officiers anglais s'en sont voulu de cet oubli. Comment allait terminer HH ? Fusillé ? Il savait que non. HH est un SS et ceci s'inscrit assez bien dans la fin SS. On ne laisse pas capturer, on doit savoir affronter la mort etc. Il y a tout un retour au grand suicide à l'antique. Pierma l'a bien évoqué, il y avait tout un côté mystico-mythique de la "fin".

Citer :
J'y vois une dernière manifestation d'arrogance, une dernière volonté de puissance

J'ai décidé de ne plus employer des mots comme "suffisance" ou "arrogance" concernant les soldats allemands quand pour des actions identiques, le mot "honneur" est employé chez d'autres.
On s'est pris des raclées, on a rarement vu des officiers se suicider. Il y a donc un rapport différent à la mort car l'honneur tout le monde est à peu près d'accord pour une définition.
"Volonté de puissance", dans ces moments, on en n'est plus là. Maintenant en tournant un peu votre expression et y voir un besoin de garder le contrôle, j'adhère. Comment se projeter, projeter une vie (ce ne sont pas des vieillards) qui ne soit pas NS ? Et plus on monte dans la hiérarchie, plus c'est évident. D'où le grand étonnement lorsque l'on a appris qu'Eichmann etc.

Citer :
puisqu'il fallait avoir la capsule de cyanure déjà installée dans la bouche

C'est sur demande et ceci est vu comme une sorte de privilège. Très SS. Perso, c'est le contraire qui me pose problème : comment des Résistants risquant d'être pris et parler sous la torture n'avaient rien sur eux pour en finir correctement ?
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2019 20:42 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1216
message effacé

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Dernière édition par Robert Spierre le 08 Mai 2019 20:46, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2019 20:45 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1216
Gér@rd a écrit :
J'ai aussi revu "La chute" et c'est toujours aussi impressionnant. A l'exception de celui qui joue (bien) Goebbels mais dont le maquillage outré m'a constamment gêné (on dirait une marionnette de l'info...).
Ulrich Matthes a déjà un visage très marqué

Image

qui, je pense, ne nécessite pas trop de maquillage :

Image

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2019 20:51 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1216
Pierma a écrit :
Donc Louis Pauwels, homme de droite disons... très affirmée, réac autant qu'on voudra, mais totalement incompatible avec tous ceux qui pouvaient éprouver ne serait-ce que l'ombre d'une indulgence envers cet extrémisme là, parce que pour lui les nazis c'était le mal absolu, et, je pense, c'était cette "religion" là.

Donc "le Matin des Magiciens", je dirais : à feuilleter, par curiosité.
Le fameux auteur du "Sida mental" :

Ce retour au réel leur est scandale. Ils ont peur de manquer de moeurs avachies. Voilà tout leur sentiment révolutionnaire. C’est une jeunesse atteinte d’un sida mental. Elle a perdu ses immunités naturelles ; tous les virus décomposants l’atteignent. Nous nous demandons ce qui se passe dans leurs têtes. Rien, mais ce rien les dévore.

https://www.liberation.fr/medias/1997/0 ... ans_192724

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 08 Mai 2019 22:32 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6273
Robert Spierre a écrit :
Le fameux auteur du "Sida mental" :

Ce retour au réel leur est scandale. Ils ont peur de manquer de moeurs avachies. Voilà tout leur sentiment révolutionnaire. C’est une jeunesse atteinte d’un sida mental. Elle a perdu ses immunités naturelles ; tous les virus décomposants l’atteignent. Nous nous demandons ce qui se passe dans leurs têtes. Rien, mais ce rien les dévore.

https://www.liberation.fr/medias/1997/0 ... ans_192724

J'aurais dû répondre à Darwin dans la rubrique "Livres", parce que là on est HS.

Oui, Louis Pauwels, j'avais prévenu, c'était un joyeux gauchiste ! :mrgreen:
Merci Robert Spierre pour cet article de Libé, qui me semble honnête : sa trajectoire est bien décrite, sans attaque furieuse.

Jolie formule, tout de même, ce "Rien, mais ce rien les dévore" !

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2019 7:00 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 501
@Rebecca: le rapprochement entre le suicide de Himmler et celui des résistants me gêne. L'énorme différence entre le suicide de Pierre Brossolette ou Pierre Virlogeux et ceux de Himmler, Hitler ou Göring est que pour les résistants ce n'était pas un acte juste "pour leur honneur": la guerre n'était pas finie, il s'agissait de ne pas donner son réseau ou signer des faux, et de mettre fin à la torture.

Certes, les résistants auraient dû (et sans doute préféré) avoir le choix du cyanure. Certains commandos franchissant les lignes ennemies avaient la pilule de cyanure pour ces mêmes raisons (les britanniques de l'opération Gunnerside de sabotage de l'eau lourde en Norvège). Himmler et Göring n'étaient d'ailleurs pas des combattants mais des dirigeants au plus haut niveau. J'ignore à partir de quand les dents en cyanure ont été installées, mais il semble que leur exemple de se faire installer ces capsules n'a pas été imité chez les dirigeants des pays occupés ou alliés, ni à l'Est ni à l'Ouest.

Le cas de Rommel est évidemment à considérer totalement à part, vu les circonstances de sa mort (en pleine guerre, l'année d'avant, suicide pour échapper à une cour martiale nazie).

Rebecca West a écrit :
Nous sommes à une époque où les enfants suivent les parents. (...) Les "droits de l'enfant", c'est relativement récent ; le côté "papa poule" aussi ; une présence du père "constante" de même. Les parents décidaient -en couple ou non - et les enfants suivaient, sans avis. (...) Même si ceci bouscule nos sentiments et autres, pour les Goebbels, c'était le mieux/le meilleur.


Là, désolé, je ne vous suis pas du tout. De nombreux enfants ont été séparés et mis en lieu sûr par leurs parents pendant cette guerre, évidemment. Chez de la famille, chez des amis, loin du danger. Il ne s'agit pas de droits de l'enfant mais de survie (je ne vois pas l'objet de l'expression "papa poule"...). Sans faire de sentimentalisme, ce choix n'était pas "le mieux" pour les enfants Goebbels, loin de là. Magda Goebbels avait des options, pouvait compter sur son propre fils Harald, et sur Gunther Quandt, dont les familles ont vécu prospères et longtemps. Gerda Bormann et ses dix enfants ont été mis en lieu sûr dans les jours précédents, loin de leur père. Etc. Et vous me confirmez que la stabilité mentale de Mme Goebbels n'était pas tip-top, si je vous lis bien avec "quelques TS à son actif" (TS signifie tentatives de suicide?).

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2019 13:10 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 13 Juin 2017 15:04
Message(s) : 672
Darwin1859 a écrit :
... le rapprochement entre le suicide de Himmler et celui des résistants me gêne.

Je puis comprendre, je ne fais pas de parallèle. C'est pragmatique tout simplement. Pris, sous la torture un homme/un être humain peu parler (personne n'a le même rapport à la douleur et là on ne peut hiérarchiser avec du : il a eu du courage ou autre). Avoir quelque chose sur soi (on passe à l'acte ou pas) est tout de même un "plus". Ensuite, aucun jugement et nul parallèle.
Moi j'ai un peu de mal avec le mot "honneur", employé des deux côtés. Et pas toujours à bon escient, on peut décliner : honneur de la police, honneur de ceci ou cela et on fait le bilan. C'est un mot qui n'engage que celui qui le prononce alors le prononcer pour des tiers me semble un peu périlleux.

Citer :
Certains commandos franchissant les lignes ennemies avaient la pilule de cyanure pour ces mêmes raisons (les britanniques de l'opération Gunnerside de sabotage de l'eau lourde en Norvège).

J'ignorais ceci. Merci.

Citer :
De nombreux enfants ont été séparés et mis en lieu sûr par leurs parents pendant cette guerre, évidemment. Chez de la famille, chez des amis, loin du danger.

Vous avez raison mais je vois ceci plus comme ce que l'on a pu croiser dans bien des pays au moment de l'arrivée des forces occupantes et même, on peut noter ceci au RU à cause des bombardements.
Cependant, je puis me tromper, ceci touche un milieu : il y a aussi -côté urbain- le fait que les mères travaillent pour l'effort de guerre, que la campagne est moins "touchée" (on voit les choses ainsi), que les privations seront moindres, l'air meilleur etc. Pas forcément d'ailleurs dans de la famille : on peut voir des trains de départ d'enfants vers "la campagne" où ils sont réceptionnés, dispatchés etc. (au RU).

Citer :
ce choix n'était pas "le mieux" pour les enfants Goebbels, loin de là.

C'est certain mais eux le voient ainsi comme ces nombreux adultes qui tueront leurs enfants dans Berlin. On est à un moment de rupture : il ne faut pas s'attendre à une reflexion "normale" enfin qui entre dans nos paramètres de "normalité" décontextualisés.
Pourquoi ce genre essentiellement dans les métros ? Le côté souterrain, l'oppression, la terreur, le bruit, les bombardements, la fatigue, la sensation que tout s'écroule, l'effet de groupe (on est plus dans le jugement/l'évaluation), la propagande etc. alors bien sûr il ne faut pas s'attendre à une réflexion "à froid".

Citer :
Magda Goebbels...

Dans les meilleurs des cas -je songe au RU- on peut noter le déchirement des mères sur les quais de gare. Pourtant nul occupant, c'est "pour leur bien" et on peut décliner. Ce qui n'empêche pas l'arrachement.
En tant que mère, il est difficile de voir "des options" : c'est un langage un peu mathématique, fruit d'une réflexion... Je ne pense pas que MG était dans un état à imaginer/voir et même souhaiter des "options".
Le rapport à l'enfant est viscéral, vous le notez dans certaines expressions : "la chair de ma chair" etc. Il faut donc soit se résoudre par un ordre (plus qu'un souhait) imposé (et là personne n'imposait rien aux Goebbels) soit faire la démarche ce qui demande tout de même un recul incroyable.
De nos jours, on pourrait dire "nul problème" et c'est toujours difficile de passer le stade de mettre son enfant chez la nourrice bien qu'il soit récupéré le soir. Notez qu'à l'époque, les femmes allaitent, ce qui crée un lien supplémentaire.

Ce n'est pas MG mais Eva Braun qui a fait des tentatives de suicides. Et là encore, il faut se montrer assez prudent : souvent ce qui revient concernant EB est la phrase : c'est une jeune fille saine, elle aime les sports etc. Comme quoi...
Le couple Bormann, c'est autre chose, un autre mode de fonctionnement. Déjà au niveau du couple. Là aussi, si on veut évaluer la "normalité", on peut se poser des questions...
.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Mai 2019 13:56 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 501
Merci de votre réponse. Ce serait peut-être un autre sujet à ouvrir, mais j'ignore ce dont vous parlez au sujet du métro de Berlin.

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2019 17:38 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1491
Localisation : Belgique
En pleine période de commémorations du 75e anniversaire du Débarquement en Normandie, il convient sans doute de revenir sur le film à (re)voir : Le Jour le plus long ( The Longest Day )... Basé sur le livre éponyme de Cornelius Ryan et sorti sur les écrans en 1962, soit moins de 20 ans après les évènements !
Alors, oui, j'entends déjà certains glapir : " Quoi !? Cette vieillerie interminable, bourrée d'anachronismes et d'approximations ? "
Il faut avouer que le Le Jour le plus long est un film-paquebot vaguement longuet ( près de trois heures ), et que les réalisateurs ( trois officiels et deux non crédités au générique ! ) ont été un peu limités par les moyens de leur époque....
Par exemple, pour la scène de mitraillage des plages, les cinéastes sont juste parvenu à retrouver deux malheureux Messerschmitt... Ce qui a contribué à créer cette légende voulant que, le 6 juin 1944, la Luftwaffe était pratiquement absente du ciel normand.
Mais bon, en 1962, il n'était pas encore question de bidouillages numériques, et il y avait beaucoup moins de pinaillages en tous genres au moment de la sortie des films.

Au-delà de ses défauts, Le Jour le plus long reste un spectacle épique, porté par une liste de vedettes longue comme le bras : John Wayne, Henry Fonda, Robert Mitchum, Richard Burton, Curd Jürgens, et j'en passe... Tous réunis dans ce qui reste l'un des plus ahurissants castings de l'Histoire du Cinéma !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jour_le_plus_long

Franchement, dans quel autre film avez-vu réunis Sean Connery et Bourvil !? :mrgreen:
https://www.youtube.com/watch?v=ZN4Q30HXApg

_________________
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2019 19:26 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 6190
Localisation : Provinces illyriennes
C'est vrai, malgré quelques rides prises, ce film demeure le plus sympa à (re)voir selon moi.
Il y a deux ans, j'ai passé mes vacances dans la maison devant laquelle le sergent Gert Froebe passait sur sa mule... lol
Cela faisait drôle tout de même.

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2019 19:56 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6273
Par exemple, pour la scène de mitraillage des plages, les cinéastes sont juste parvenu à retrouver deux malheureux Messerschmitt... Ce qui a contribué à créer cette légende voulant que, le 6 juin 1944, la Luftwaffe était pratiquement absente du ciel normand.[/quote]
De mémoire, Pierre Clostermann dit quelque chose comme :"Pratiquement aucun réaction de la Luftwaffe. Il faut dire que le bombardement massif de tous les aérodromes dans la zone d'action a dû les laisser KO."
Je me suis toujours demandé si, du fait de cette avalanche, la Luftwaffe n'avait pas reculé ses avions vers l'est. (Il savaient bien que ce marteau pilon c'était pour le débarquement.) De fait ils sont intervenus en masse dans les 2 ou trois jours suivants.

Citer :
Franchement, dans quel autre film avez-vu réunis Sean Connery et Bourvil !? :mrgreen:
https://www.youtube.com/watch?v=ZN4Q30HXApg

Excellent ! :mrgreen:
Et puis dans ce film on voit des résistants français (des locaux qui font sauter un train, ce qui n'est guère réaliste dans le Cotentin) alors que dans "le soldat Ryan" on n'a qu'un Français idiot et pleurnichard. (qui veut refiler sa gamine aux soldats américains, ce qui est carrément irréaliste !)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2019 20:28 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Juil 2007 21:37
Message(s) : 1216
Lord Foxhole a écrit :
Au-delà de ses défauts, Le Jour le plus long reste un spectacle épique, porté par une liste de vedettes longue comme le bras : John Wayne, Henry Fonda, Robert Mitchum, Richard Burton, Curd Jürgens, et j'en passe... Tous réunis dans ce qui reste l'un des plus ahurissants castings de l'Histoire du Cinéma !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jour_le_plus_long

Franchement, dans quel autre film avez-vu réunis Sean Connery et Bourvil !? :mrgreen:
https://www.youtube.com/watch?v=ZN4Q30HXApg
A noter que Curd Jürgens joue, comme dab', le "bon" allemand. Autre exemple,"Torpilles sous l'Atlantique" avec Mitchum
https://fr.wikipedia.org/wiki/Torpilles ... Atlantique .

Regardez à 58'41 :
https://www.youtube.com/watch?v=UMx4ZCZWVWE
:mrgreen:

Image
"Ach, la guerre, gross malheur !"

Et, sinon, dans ce genre de films, lorsque vous les regardez en VF, c'est toujours marrant d'entendre les Allemands parler entre eux en français... Mais avec un accent allemand !
"Papa Schultz" staïle !!!

_________________
- "Heil Hitler !"
- "Heil Myself !"

"To Be or not To Be" - Ernst Lubitsch (1942)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 04 Juin 2019 20:46 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 501
:mrgreen:
Octobre Rouge a repris pas mal de trucs finalement,

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Juin 2019 17:11 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1491
Localisation : Belgique
Duc de Raguse a écrit :
Il y a deux ans, j'ai passé mes vacances dans la maison devant laquelle le sergent Gert Froebe passait sur sa mule... lol
Cela faisait drôle tout de même.

Dans ce film, Gert Fröbe est crédité comme étant le « Sgt. Kaffeekanne » ( « Sergent Pots à Café » ) et il est l'un des personnages humoristiques attachés à chaque armée... Chez les Britanniques, Sean Connery est le « Private Flanagan », et chez les paras américains, Red Buttons incarne John Steele.

Image

John Steele, para dans la 82e Airborne, a vraiment existé et il s'est bien retrouvé accidentellement accroché au clocher de l'église de Sainte-Mère-Église....
Par contre, pas sûr que le « Sgt. Kaffeekanne » et le « Private Flanagan » aient vraiment existé. Ce ne sont pas des grands rôles pour Gert Fröbe et Sean Connery... Mais à l'époque, il semble qu'ils n'étaient pas encore des grandes vedettes internationales.
Sean Connery incarnera James Bond juste après, dans James Bond 007 contre Dr No (1962).... Et il retrouvera Gert Fröbe, en 1964, dans Goldfinger.
Et puis Gert Fröbe incarnera le Général Von Choltitz dans Paris brûle-t-il ? (1966). :wink:

_________________
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Juin 2019 19:36 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 6190
Localisation : Provinces illyriennes
Exact Lord ! B)

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 109 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB