Nous sommes actuellement le 17 Nov 2019 13:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 11 Juin 2019 17:11 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 07 Sep 2009 17:07
Message(s) : 507
S'il est permis d'aller jusqu'aux années '70 j'ajouterais volontiers le sopalin et les post'it... :wink:

Plus sérieusement je pense aussl à tous les supports d'écriture qui ont du permettre de passer de la transmission orale à la transmission écrite. Comme le papyrus et la tablette d'argile. Ceci dit si l'idée d'utiliser une tablette d'argile semble simple, celle du papyrus ne l'est pas tant que ça.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 17:26 
Hors-ligne
Jean Mabillon
Jean Mabillon

Inscription : 16 Jan 2010 19:18
Message(s) : 2877
N'oubliez pas les tablettes en cire:on garde comme brouillon et on efface....


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 20:13 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1585
Citer :
Il y a des trouvailles techniques qui ont changé nos conditions et qui pourtant étaient relativement simples à mettre au point.
Cela fait penser au concours Lépine dont le but est justement de favoriser la conception d’objets faciles à réaliser un intérêt qui présentent un intérêt pratique. Le concours Lépine est décrit par Baudrillard comme la bricole qui sans jamais innover et par simple combinatoire de stéréotypes techniques, met au point des objets d'une fonction extraordinairement spécifiée et parfaitement inutile.

Il est vrai que beaucoup des inventions du type Lépine sont inutiles, mais ce n’est pas une caractéristique essentielle. Au contraire, certains objets d’une grande utilité ne sont pas le fruit d’un progrès technique mais simplement de l’ingéniosité de leur inventeur. L’un des meilleurs exemples en est le moulin à légumes qui a fait la fortune de Jean Mantelet fondateur de l’entreprise Moulinex : Image

La réflexion de Pierre Bénichou est tout à fait pertinente : "Dire qu'il a fallu attendre 20 ans après la conquête de la Lune, avant que quelqu'un ait l'idée de mettre des roulettes sur une valise !"

Dans la même catégorie, j’ai pensé au bouton. Mais je lis dans l’encyclopédie wikipedia que le bouton était déjà connu dans l’antiquité en Inde, en Chine et à Rome quoique d’usage peu courant.

A défaut de disposer d’une loupe avec une lentille de verre très coûteuse, les dentellières ont très longtemps utilisé des lentilles à eau.

La brouette est attestée en France dès le treizième siècle, soit plus de deux millénaires après les chars égyptiens. Mais elle était totalement inconnue en Egypte lors de la construction du canal de Suez. Les ingénieurs français ont tenté de l’introduire mais en vain. Les ouvriers ont déplacés des millions de M3 de terre de façon traditionnelle avec des couffins en natte. Même aujourd’hui, elle reste peu utilisée en Egypte.

Sir Peter a écrit :
N'oubliez pas les tablettes en cire:on garde comme brouillon et on efface....
Il y a plus simple : l'ardoise.


Objets n’ayant pas été simples à mettre au point.

La roue.

Observons une roue de près, celle d’un char égyptien tels qu’ils sont apparus 1500 ans av JC : Image

Il y a une jante, des rayons et un moyeu.

La jante est obtenue par cintrage. Selon quelle méthode ? Je l’ignore. Je sais simplement que le cintrage d’une pièce de bois n’est pas simple du tout.
Ces jantes sont parfaitement circulaires et les éléments qui les composent sont parfaitement ajustés.
Les moyeux sont parfaitement au centre. On peut les observer en détail sous ce lien, page 10 : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/98/98/62/Armee/L-arrivee-des-chars-et-de-la-roue-.--2--en-l-Egypte-an.pdf

Je défie les bricoleurs du dimanche de 2019 de réaliser une roue semblable même avec tous les outils qu’ils pourront trouver chez Castorama ou Leroy-Merlin. Moi, je ne sais pas faire.

On peut trouver plus simple comme ce char mésopotamien antérieur à 2000 av JC : Image

Mais même ces roues primitives exigent pour leur réalisation un minimum d’outillage et de savoir-faire. Ceux qui les ont fabriquées ne connaissaient pas le fer.

Le feu

La maîtrise du feu n’est certainement pas le fruit d’une idée lumineuse mise en pratique du jour au lendemain comme la brouette au douzième siècle ou le moulin à légumes en 1932.

L’écriture.

Ce n’est pas un objet mais tout d’abord un concept intellectuel de transcription de la langue dont l’élaboration a pris du temps. Ensuite il a fallu mettre au point des procédés techniques d’emploi aisé, papyrus puis papier et encres et cela ne fut que très progressif.

En revanche, l’imprimerie aurait pu être mise au point bien avant Gutenberg. Me semble-t-il, cela aurait été dans les capacités techniques des Romains.

La carte de crédit

Les premières datent des années 1920, peut-être même avant. Il ne s’agit pas d’une innovation technique. Dans son principe, présenter une carte de crédit ne différait pas de l’émission d’un chèque. Il en était encore ainsi avec le « fer à repasser » utilisé jusque dans les années 1990.

Les cartes actuelles sont tout autres. Elles sont le fruit de l’évolution technologiques des télécommunications.

Le pneumatique.

Entre l’idée du boudin gonflé d’air et les premières réalisations pratiques, il a fallu du temps. Il a fallu maîtriser la technologie du caoutchouc, ce qui n’était pas simple du tout.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Juin 2019 20:35 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 558
Barbetorte a écrit :
Objets n’ayant pas été simples à mettre au point.
L’écriture.
Ce n’est pas un objet mais tout d’abord un concept intellectuel de transcription de la langue dont l’élaboration a pris du temps. Ensuite il a fallu mettre au point des procédés techniques d’emploi aisé, papyrus puis papier et encres et cela ne fut que très progressif.

La carte de crédit
Les premières datent des années 1920, peut-être même avant. Il ne s’agit pas d’une innovation technique. Dans son principe, présenter une carte de crédit ne différait pas de l’émission d’un chèque. Il en était encore ainsi avec le « fer à repasser » utilisé jusque dans les années 1990. Les cartes actuelles sont tout autres. Elles sont le fruit de l’évolution technologiques des télécommunications.


L'écriture est bien une invention qui mérite une entrée dans cette liste qui ne compte pas que des objets (lavage de mains...). Pas besoin de papyrus ou de papier (autres inventions, elles, compliquées). Le cunéiforme s'écrivait dans la pierre, ainsi que le hiéroglyphe ou le latin, sur les murs ou sur des tables de pierre. Les homme préhistoriques peignaient sur les murs des caverne, donc une écriture eût été possible dès lors avec des éléments rudimentaires.

La carte de crédit est également autant un concept qu'un objet simple. On ne parle pas des cartes à puce ni à bande magnétique, mais du concept de payer un objet sans monnaie fiduciaire, ni chèque, et à crédit, grâce à un objet réutilisable comprenant le minimum d'informations nécessaire à la transaction. En cela, le concept est différent du chèque à usage unique, et novateur.

Autre invention déterminante: le zéro.

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juin 2019 13:37 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1585
J’ai compris le sujet, inventions simples mais révolutionnaires, comme la recherche des trucs tout simples auxquels on aurait dû penser longtemps avant, de ces choses qui font dire aux Bas-Bretons : " Ah ! voilà une idée qu’elle est bonne ! "

J’en exclus le lavage des mains. Certes l’hygiène puis l’asepsie ont préservé de nombreuses vies, mais se laver les mains n’a rien d’une trouvaille technique. Dans l’antiquité et jusqu’à la fin du moyen-âge, on aimait se laver. C’est ensuite tombé en désuétude. On s’est mis à craindre l’eau et il fallut attendre les hygiénistes à partir de la fin du dix-huitième siècle pour remettre l’eau et le savon à l’honneur. Ils eurent fort à faire parce que dans le peuple on pensait que la crasse protégeait la peau. En fait, si les hygiénistes avaient raison, leurs arguments relevaient plus du dogme que de la science. C’est Pasteur, dans les années 1880 seulement, qui a scientifiquement démontré la nécessité de l’hygiène et plus encore de l’asepsie dans les soins chirurgicaux. Ce fut certes une révolution mais qui ne s’opéra rien moins que simplement. Il fallut d’abord persuader le corps médical, ce qui n’a pas été facile, et ensuite, en mobilisant les hussards noirs de la République, faire évoluer les usages dans une population qui pensait que se laver n’était pas du tout une bonne idée.

Ces trucs tout bêtes mais très utiles sont peu nombreux. Je range dans cette catégorie le collier d’épaule pour les chevaux, la brouette ou encore le gouvernail d’étambot. Il est en effet curieux qu’il ait fallu attendre des siècles avant qu’on ne s’avise qu’on pouvait harnacher un cheval autrement qu’en l’étranglant ou qu’on pense à adapter l’idée du chariot en concevant la brouette qui facilite le travail sur les chantiers. Je mets également dans cette catégorie des trucs à la fois tout bêtes et révolutionnaires le système bielle-manivelle.

En revanche, le zéro n’a rien d’un truc tout bête. On n’a pas inventé subitement, un beau jour, le zéro. On a d’abord pensé à tracer une marque lorsqu’on faisait des calculs plutôt que de laisser un espace afin de minimiser le risque d’erreur. Mais il a fallu longtemps avant que l’idée de relier les trois concepts différents de néant, de chiffre et de nombre ne gagne les esprits. Ce qui nous semble aujourd’hui simple et évident ne l’était pas du tout il y a seulement deux siècles. Le système décimal, qui nous paraît si simple, ne l’était pas pour les paysans du Premier Empire : … les paysans n'étaient évidemment pas demandeurs d’un système aux noms de préfixes inspirés de l’Antiquité. Ni non plus d’un système décimal dont la pratique supposait l’usage des règles de déplacement de la virgule et la maîtrise des fractions alors que les plus instruits d’entre eux utilisaient seulement multiplications et divisions par deux, éventuellement répétées. (https://www.departement06.fr/documents/Import/decouvrir-les-am/rr185-systemetrique.pdf.). Le zéro est resté absent de l’écriture chinoise jusqu’à son adoption sous l’influence occidentale à la fin du dix-neuvième siècle.

J’admets que l’écriture ne nécessite pas d'outils techniquement complexes. Les écritures cunéiformes se contentent d’une tablette d’argile et d’un style. C’est tout simple. Mais ce qui n’est pas simple du tout intellectuellement est l’élaboration d’un système complet de transcription de la langue. Les Romains, qui connaissaient les charriots, auraient pu inventer la brouette. Ils étaient prêts. Mais les hommes du paléolithique qui dessinaient dans la grotte de Lascaux étaient très loin d’être intellectuellement prêts à écrire.

Citer :
La carte de crédit est également autant un concept qu'un objet simple. On ne parle pas des cartes à puce ni à bande magnétique, mais du concept de payer un objet sans monnaie fiduciaire, ni chèque, et à crédit, grâce à un objet réutilisable comprenant le minimum d'informations nécessaire à la transaction. En cela, le concept est différent du chèque à usage unique, et novateur.
Jusque dans les années 2000, de nombreux commerçants ne disposaient que de ce qu’on nommait familièrement le fer à repasser. Le client remettait sa carte au commerçant, celui-ci la passait dans le fer à repasser ce qui imprimait les données inscrites en relief sur la carte sur un formulaire en plusieurs exemplaires, inscrivait sur ce formulaire le montant à payer, le client signait, le commerçant lui remettait un exemplaire en guise de reçu puis adressait un autre exemplaire à l’organisme de paiement qui se chargeait de faire débiter le compte bancaire du client et de faire créditer celui du commerçant. Dans leur version première d’utilisation, les cartes de paiement étaient donc un moyen d’émission de monnaie scripturale par lequel on imprimait un ordre de paiement sur papier. C’était en somme un procédé très proche de celui du chèque.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juin 2019 14:59 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 21 Nov 2008 17:01
Message(s) : 779
Localisation : Nevers
Deux inventions simples qui ont révolutionné le sport :

    1/l'aiguille à gonfler les ballons,
    2/le première fixation de ski pivotante.

Elles sont l'œuvre du Nivernais Jean Beyl (Le Creusot, 1926 - Nevers, 2008), sportif complet et patron d'une petite société de fabrication de vessies de ballon et d'accessoires de cyclisme.
Avec le brevet de la première (1947), et après s'être cassé la jambe deux fois dans la même saison en 1951, il invente la deuxième, qui sera popularisée par Jean Vuarnet et l'Équipe de France de ski des années 1960.
Il a également déposé plusieurs autres brevets d'invention, tous liés aux sports. Il est le fondateur de l'entreprise LOOK, bien connue des skieurs et des cyclistes.

A leur manière, le développement et la commercialisation de la Look Nevada N17 ont concouru (avec bien d'autres facteurs évidemment) à transformer le ski, jusqu'alors considéré comme un sport dangereux réservé à une élite, en activité de loisirs praticable sans danger par le plus grand nombre.
Au fait ! Look Nevada : aucun rapport avec les Montagnes Rocheuses, non ! Tout simplement Nev... pour Nevers !

_________________
Heureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de rigoler !


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juin 2019 18:51 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2006 23:02
Message(s) : 1343
Localisation : Orne
L'échelle.
Le tonneau.
Le matelas en plumes qui a remplacé le matelas en paille hébergeant beaucoup d'insectes, vers la Renaissance.

Francis Walsingham a écrit :
les précolombiens connaissaient en fait la roue car on a retrouvé des jouets avec des roues. Mais ils ne l'ont jamais utilisés dans d'autre contextes du fait du manque d'animaux de traits, ou d'environnement non propice (jungle, montagne,...).

Les Japonais ont utilisé la roue assez tardivement. Je n'en vois jamais dans les films de samouraïs.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 12 Juin 2019 23:13 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1585
En effet les Japonais n'utilisaient quasiment pas de véhicules sur roues. Les peintures et estampes n'en montrent pas. Les grands personnages se déplaçaient en palanquin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juin 2019 9:48 
Hors-ligne
Thucydide
Thucydide

Inscription : 02 Mai 2004 1:57
Message(s) : 58
Le fil à couper le beurre... lol lol lol


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juin 2019 10:12 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Avr 2019 3:29
Message(s) : 558
L'eau chaude :wink:

_________________
Image message du Loire au Dalgonar, oct. 1913


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juin 2019 10:24 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1201
Localisation : Corsica
Darwin1859 a écrit :
L'eau chaude :wink:

La bouillante incontestablement, comme pour le lait.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juin 2019 10:47 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 26 Août 2008 7:11
Message(s) : 1201
Localisation : Corsica
Les inventions les plus simples consistent à généraliser et à améliorer un constat de phénomène naturel courant, à plagier la nature, sans inventer de principe fondamental :
le séchage des aliments, la fermentation …

La roue n'existe pas à l'état naturel … quoique : le billot de bois, les cailloux sphériques se déplacent plus aisément que les anguleux qui nécessitent des billots de bois ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2019 10:43 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 01 Jan 2017 16:12
Message(s) : 217
Barbetorte a écrit :
Citer :
Le pneumatique.

Entre l’idée du boudin gonflé d’air et les premières réalisations pratiques, il a fallu du temps. Il a fallu maîtriser la technologie du caoutchouc, ce qui n’était pas simple du tout.


Une bonne chronologie concernant le pneumatique : http://www.siligom.fr/tout-savoir-sur-le-pneu/histoire-du-pneu

A laquelle je rajoute la jante amovible :
Au grand prix de France 1906 couru dans la Sarthe, Michelin se distingue notamment en proposant une innovation technique majeure pour l'époque, une jante amovible sur laquelle un pneu est déjà apposé, ce qui permet d'effectuer des changements rapides des pneus lors d'une crevaison. Contrairement aux coupes Gordon Bennett, seul le pilote et son mécanicien sont autorisés à effectuer un changement de pneumatique en course, si bien que les jantes amovibles de Michelin offrent un avantage certain aux concurrents qui disposent du système.


Pièces jointes :
1906_French_Grand_Prix_Szisz_changing_a_wheel.jpg
1906_French_Grand_Prix_Szisz_changing_a_wheel.jpg [ 115.43 Kio | Consulté 2132 fois ]
Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 19 Juin 2019 12:30 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 6263
Pour les voitures j'ai toujours été impressionné par la contribution de la course aux voitures "de série".

Un exemple tout simple : les freins à disques. (On peut sans doute en lister beaucoup, en allant jusqu'aux zones de déformation pour amortir les chocs.)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Juin 2019 9:07 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 01 Jan 2017 16:12
Message(s) : 217
Pierma a écrit :
Pour les voitures j'ai toujours été impressionné par la contribution de la course aux voitures "de série".
Un exemple tout simple : les freins à disques.

Les freins à disques développés par Jaguar et qui leur a permis de survoler 24 heures du Mans dans les années 50.
Pièce jointe :
jaguar.jpg
jaguar.jpg [ 118.32 Kio | Consulté 1773 fois ]

Mazda a gagné les 24 heures 1991 avec un moteur rotatif (une première) en partie grâce à ses freins à disque carbone.
Pièce jointe :
MAZDA 1991.jpg
MAZDA 1991.jpg [ 73.63 Kio | Consulté 1773 fois ]

Le moteur rotatif pourrait d'ailleurs revenir sur le devant de l'actualité sportive.
En effet, une catégorie voitures utilisant l'hydrogène va prochainement voir le jour. Or, le moteur rotatif possède l'avantage d'éloigner les sources d'ignition de l'alimentation en carburant, d'où la moindre probabilité d'explosion en cas de fuites.
Pièce jointe :
24-heures-du-mans-l-hydrogene-en-piste-avec-la-mission-h24.jpg
24-heures-du-mans-l-hydrogene-en-piste-avec-la-mission-h24.jpg [ 32.33 Kio | Consulté 1773 fois ]


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB