A la une du Blog de l'histoire
Nous sommes actuellement le 12 Déc 2017 9:17

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 27 Nov 2002 3:04 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 26 Nov 2002 23:08
Message(s) : 1
Bonjour,

Je fais appel à vous car j'aimerai avoir des renseignements sur l'entrée royal d'Henri II à Paris en 1549 !
De plus, il me serait utile de savoir si le Maréchal de Vieilleville a écrit ses mémoires lui même ou bien si c'est son secrétaire Vincent Carloix qui les a retranscrite.
Ou bien si il y a des mémoires de Vieilleville PAR Vieilleville et des mémoires de Vieilleville PAR Vincent Carloix. J'attends vos réponses avec impatience !
J'aimerai aussi avoir des renseignements sur Vincent Carloix!

De plus, j'aimerai avoir des renseignements sur l'arc de triomphe construit à l'occasion de l'entrée royal d'Henri II à Paris en 1549!
(auteur / date )
Ainsi que celui qui a réalisé la gravure de cet arc.

_________________
"Apportez moi les armes, je vous donnerai Lorantina" Ischmanac 1er


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 27 Nov 2002 22:27 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Oct 2002 15:32
Message(s) : 29
Localisation : Duesseldorf
Voici un extrait de la notice de la BNF qui devrait suffire à vous répondre sur votre premier point :

Titre(s) : Mémoires de la vie de François de Scepeaux, sire de Vieilleville,... maréchal de France, contenant plusieurs anecdotes des règnes de François I, Henri II, François II et Charles IX [Texte imprimé], composés par Vincent Carloix, son secrétaire
Publication : Paris : H.-L. Guérin et L.-F. Delatour, 1757

:arrow: Une version électronique des Mémoires est disponible sur Gallica.

Sur le second point, l'arc de triomphe, cherchez du côté de Jean Cousin et Jean Goujon (qui a scuplté la Fontaine des Innocents à Paris). Faute de localisation, je crains de ne pouvoir vous en dire plus sinon qu'il a été construit par en 1549 par les deux hommes cités ci-dessus.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Mai 2007 12:24 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2853
Localisation : Lorraine
Sujet ancien certes, mais il se trouve que le livret de l’entrée de Henri II est maintenant en ligne sur Gallica, donc autant en profiter, d'autant plus qu'on parle souvent d'entrées royales, sans bien visualiser l'étonnant spectacle qu'elles offraient. :wink:

J’ai utilisé pour retracer cette entrée le texte de ce livret, ainsi que le Henri II de Ivan Cloulas (Fayard, 1985, pages 232-253). La carte est un montage du plan de Truschet et Hoyau, dit « Plan de Bâle », qui doit être assez fidèle puisqu’il date de 1552, 3 ans après cet événement. J’ai dû le réorienter pour éviter une barre de défilement horizontale démesurée, ce qui a pour avantage de remettre le nord en haut, mais je décline toute responsabilité pour d’éventuels torticolis... :P
j'y ai tracé le trajet de la procession, les cercles rouges indiquant l'emplacement des structures décoratives provisoires développées et expliquées ensuite. Bonne promenade dans les pas de notre doux sire Henri ! :D

Image

L’entrée royale est prévue le 14 juin, 4 jours après le couronnement de la reine à Saint-Denis. Elle est reportée au 16 en raison d’une tempête et des trombes d’eau qui s’abattent sur la ville les 12 et 13 juin. Le roi attend de 8h du matin à 11h le cortège (très en retard) des autorités de la ville, formé place de Grève et qui arrive hors les murs par la rue Saint-Laurent.
Dans l’ordre :
- Le clergé régulier et séculier
- L’Université
- Les délégations des 17 corps de métier, 3000 hommes tous armés car le roi a précisé qu’il veut faire son entrée « en armes ». les imprimeurs puis les agents de police(à pied et montés) ferment la marche des métiers.
- Les 120 « enfants de la ville », fils des bourgeois fortunés.
- Le conseil municipal emmené par Claude Guyot, le prévôt des marchands. Leur costume (de velours mi-parti brun et fauve, un manteau de satin cramoisi) a été imposé par le roi, la proposition qui lui avait été faite, et qui coûtait 60 livres lui paraissant trop modeste. Ce costume vaut 300 livres, évidemment payé par la ville...
- Six groupes de 4 maîtres des principaux métiers qui porteront un dais au-dessus du roi pendant la procession.
- La police de nuit (le chevalier du guet et ses sergents)
- Les notaires et commissaires du Châtelet
- Le grand chef de la police, le prévôt de Paris, suivi de ses 3 lieutenants
- Les avocats et procureurs du roi au Châtelet
- Puis viennent les cours : les Monnaies, les Aides, les Comptes et le Parlement.

Chacun fait sa harangue, les clés de la ville sont remises au roi, 350 canons commencent à tonner. le cortège royal commence sa marche vers la Porte Saint-Denis, où se trouve le premier arc de triomphe.

Image

L’arrêt suivant se fait devant la fontaine du Ponceau ; il y a une grande permanence dans la tradition des entrées royales : cette station est mentionnée pour la première fois par Froissart en 1389, et attestée depuis 1360 (voir cet intéressant exposé : La fontaine dans les spectacles des entrées royales au temps de Charles VIII. Les mêmes thèmes y sont à chaque fois développés, et 1549 ne déroge pas à la règle : la concorde civique, l’abondance déversée sur le royaume par le roi. D’habitude cependant, de la fontaine coule du vin, ce qui n’est pas le cas en 1549, pour éviter les désordres.

Image

Le cortège poursuit sa route et parvient devant l’église Saint-Jacques de l’Hôpital où a été dressé un nouvel arc. Personne ne le mentionne, mais je pense que cet emplacement ne doit rien au hasard, la rue croisant à cet endroit l'ancienne muraille médiévale, ce devait donc être l'emplacement d'une porte de la ville sur le chemin de Saint-Denis, , où des stations avaient déjà probablement lieu lors des entrées au Moyen-âge.

Image

On arrive peu après devant l’église du Saint-Sépulcre. Un énorme rhinocéros (18 pieds de long, onze de haut) sur un socle peint en trompe-l’oeil de porphyre, jaspe et serpentine, porte un obélisque de 70 pieds de haut sur son dos. Malheureusement pour ce monument qui devait être le plus spectaculaire du jour, sa reproduction est incomplète sur le livret.
C’est une reproduction du rhinocéros de Dürer, gravé en 1515, d’après une description de celui ramené à Lisbonne, et qui a servi de base à toutes les représentations de rhinocéros au XVIème siècle, puisque personne n’en avait jamais vu depuis au naturel (le suivant en 1577 seulement). Sur le rhinocéros de Dürer, son histoire et sa postérité au XVIème siècle, voyez Wikipedia
Le livret explique que les animaux morts sous son ventre ont été foudroyés par la France qui surmonte l’Obélisque.

Image

Le cortège parvient au Châtelet, où il rencontre un long portique en plâtre plâtre peint à 4 rangées de 8 colonnes ioniques:

Image

Puis il bifurque au carrefour de la Boucherie vers le pont Notre-Dame, dont l’entrée est marquée par un nouvel arc :

Image

Le pont lui-même est transformé en un salon de 75 toises (env. 135 m) de long :

Image

A l’autre bout, un autre arc (non représenté) montre le soleil Phoebus et la lune Phoebé, avec ce distique « Là où les deux astres commencent leur course et là où ils la terminent se trouvent les limites de la domination royale ».


Aucune référence chrétienne dans ce programme, cependant, il est temps maintenant de faire oraison à la cathédrale : le roi se rend alors à Notre-Dame, puis le cortège se termine au palais de la Cité où un banquet est servi, et dont l’entrée est un dernier arc de triomphe corinthien à double ouverture :

Image

Le principal organisateur de cette entrée est Jean Martin, ami de Ronsard et de du Bellay. Autant dire que seuls d’éminents lettrés pouvaient comprendre les allusions et messages qui parsemaient ce programme ; la masse du peuple est incapable de leur donner un sens au-delà du premier degré ; seuls comptent pour la masse des Parisiens le passage du roi, le spectacle des riches costumes et des constructions spectaculaires.

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Mai 2007 18:17 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2188
Localisation : Paris
Merci Plantin-Moretus pour cette brillante intervention.

On ne se rend pas bien compte aujourd'hui combien l'entrée royale était un événement important qui marquait les esprits. Les grand-pères devaient certainement le raconter 50 ans plus tard à leur petits enfants.

La description donne envie d'y être. On imagine la foule socialement bigarré, les badauds serrés les uns contre les autres, écrasés parfois. Et le luxe des étoffes et des costumes. Voilà le jour, où chacun peut montrer avec fierté de quel condition solcial il appartient. Et puis la musique, les cris et les incidents ...

Sait-on Plantin comment étaient habillé le roi et sa suite ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Mai 2007 18:24 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 19 Mars 2005 18:17
Message(s) : 2188
Localisation : Paris
Il est très étonnant qu'il y ait aucune réfèrence chrétienne. L'Entrée est une sorte d'alliance - voir de mariage - entre la ville et le roi. Est-ce ainsi parceque ce n'est qu'un mariage symbolique ?!

Autre remarque,; les Entrées royales font également partie de l'histoire de l'art. Votre exposé le montre bien. C'est d'ailleurs un des rares moments où sculpture, peinture et littérature sont réunis.

C'est certainement l'un des sujets les plus passionnants de la Renaissance.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message :
Message Publié : 17 Mai 2007 20:16 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2853
Localisation : Lorraine
Citer :
Les grand-pères devaient certainement le raconter 50 ans plus tard à leur petits enfants.

Certainement, mais l’événement n’était pas si rare : Henri II avait fait une entrée royale à Lyon en septembre 1548, il en fera une à Rouen en octobre 1550, François II à Orléans en octobre 1560, Charles IX en fait une à Paris en mars 1571... Je pense que François Ier en a aussi fait une à Paris et de nombreuses lors de ses voyages dans le royaume, mais je n'ai pas de dates...

Citer :
Comment étaient habillés le roi et sa suite ?

Je cite Ivan Cloulas, très disert sur le sujet y compris pour la suite; je me contenterai donc du roi, et vous renvoie au livre cité plus haut; son costume devait être assez étrange, me semble-t-il : comme il a été dit plus haut, le roi voulait une entrée armée, il était donc en habit militaire, mais son béret de satin et ses bijoux devaient jurer avec l’armure, même si elle n’était que d’apparat.
« Le bon peuple admire le monarque montant avec grâce un beau cheval blanc. Son armure, blanche et polie, est gravée de figures gravées rehaussées d’or. Il porte un manteau court de drap d’argent frisé, brodé de ses chiffres et devises. Sa ceinture d’argent est ferrée d’or. Le fourreau de son épée, de même facture, est enrichi de rubis et de diamants. Il est coiffé d’un béret de satin blanc surmonté d’un panache. Des perles en ornent le pourtour. On admire à l’avant l’éclat d’un gros diamant d’où pendent trois grosses perles ».
Le folio 19 verso du livret (numéroté 37 sur Gallica, voir lien plus haut) montre un cavalier dont je présume qu'il s'agit du roi, mais la description ne me semble pas correspondre à celle de Cloulas (un casque en particulier).
Citer :
Il est très étonnant qu'il y ait aucune référence chrétienne

Mise à part la prière à la cathédrale, effectivement; mais cela ne me semble pas étonnant car bien dans l'esprit du temps: les lettrés français qui ont élaboré ce programme devaient être imprégnés du néoplatonisme développé en Toscane sous les Médicis, où sacré et profane se mêlent.

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Avr 2011 19:59 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Mars 2005 14:40
Message(s) : 163
Localisation : Centre France
Bonjour,
Je remets ce fil en avant parce qu'aujourd'hui j'ai entendu le récit du dernier tournoi et de la mort d'Henri II en juin 1559, juste 10 ans après son entrée triomphale.

Le récit était fait par le conteur sans pareil qu'est Franck Ferrand sur la radio Europe 1 et il a été question de ses armures de parade. Elles sont exposées en ce moment dans un musée aux Invalides à Paris. %1 A voir, je pense!

_________________
"Le monde est un cactus... Je me pique de le savoir" (Jacques Dutronc)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB