Nous sommes actuellement le 30 Juil 2021 5:14

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 25 Juin 2021 3:27 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1197
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Retour de l'Histoire...
https://www.courrierinternational.com/a ... de-ampleur

On a pratiquement toujours vécu, à part quelques rarissimes membres octogénaires centenaires sans doute qui ont connu 1939-1945, qu'à l'ombre des risques de guerres nucléaires puis ce fut l'ère des OPEX, maintiens de la paix et autres guerres "dyssimétriques" et l'Armée Française s'est réduite comme peau de chagrin, il n'y aurait plus jamais de guerres impliquant de larges déploiements de forces...

et voilà que nos planificateurs militaires planchent à l'horizon pour une "bonne" vieille guerre traditionnelle d'Etat à Etat

Première puissance militaire européenne, [notez que ce fameux journal du libéralisme économique est britannique] la France se prépare à l’éventualité d’un conflit de haute intensité. À l’heure où l’armée est dispersée sur de nombreux terrains d’opérations et où toute une partie de ses équipements doivent être modernisés, les défis sont nombreux, explique le magazine britannique The Economist

Dans les forêts et les plaines de la région Champagne-Ardenne, où de grandes puissances s’affrontèrent autrefois, les forces armées françaises commencent à se préparer à l’éventualité d’un nouveau conflit majeur. Annoncé pour 2023, l’exercice Orion est un exercice divisionnaire de grande envergure qui s’étalera sur plusieurs jours et sera probablement basé dans les camps de Suippes, Mailly et Mourmelon. Il impliquera toute la gamme des capacités militaires françaises à une échelle que l’on n’avait plus connue depuis des décennies. Il se composera d’exercices au niveau des postes de commandement, de scénarios hybrides, de simulations et de manœuvres à tirs réels. Près de 10 000 soldats de l’armée de terre pourraient y prendre part, ainsi que l’aviation et, lors d’une séquence séparée, la marine. Des forces belges, britanniques et américaines pourraient également y être conviées.

D’autres signes semblent indiquer que les forces armées françaises vivent une transformation générationnelle. En janvier, l’état-major a discrètement mis en place dix groupes de travail chargés d’analyser la capacité du pays à faire face à un conflit de haute intensité. Les généraux français calculent qu’ils ont une dizaine d’années pour s’y préparer. Ces groupes étudient aussi bien le risque de pénurie de munitions que la résistance de la société, y compris la question de savoir si les citoyens sont “prêts à accepter un niveau de pertes que nous n’avons plus connu depuis la Seconde Guerre mondiale” , explique l’un des membres. Le spectre d’un conflit de grande intensité est désormais tellement répandu dans la pensée militaire française que le scénario dispose de son propre acronyme : HEM, ou hypothèse d’engagement majeur*. Les adversaires ne sont pas désignés, mais les analystes évoquent non seulement la Russie, mais aussi la Turquie ou un pays d’Afrique du Nord.

Pour les forces françaises, c’est un véritable bouleversement. Il y a trente ans, elles effectuaient principalement des missions de maintien de la paix. Au cours de la dernière décennie, elles sont passées à la lutte anti-insurrectionnelle et antiterroriste, que ce soit à l’étranger (opération Barkhane, au Sahel) ou sur le territoire national (opération Sentinelle). Mais dans la vision stratégique pour 2030 qu’il a publiée l’an dernier, le général Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée de terre [et futur chef d’état-major des armées à partir du 21 juillet prochain], estime que la France doit être prête à un conflit de haute intensité, État contre État.

“Nous devons absolument nous préparer à un monde plus dangereux”, a-t-il récemment déclaré à The Economist. Ce qui nécessite ce qu’il définit comme un “durcissement” de l’armée de terre. Actuellement, la France déploie 5 100 hommes au Sahel dans le cadre de Barkhane [opération dont la fin a été annoncée par Emmanuel Macron le 10 juin, après la publication de cette article dans les pages de la revue britannique]. Les opérations futures “pourraient impliquer des brigades, ou une division”


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Juin 2021 16:49 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 1035
Evidemment, ces stratèges ont raison d'envisager ces possibilités d'un retour aux conflits traditionnels.
N'étant pas octogénaire, j'ai en effet toujours vécu en temps de paix.
En revanche, je n'oublie pas que c'est cette paix de presque 3 générations qui est l'anomalie et pas la norme.
En finance, on dit que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
On sait aussi que la crue du siècle de tout fleuve arrivera forcément à un moment du siècle.
Bref, on sait que la situation actuelle ne saurait durer, c'est ce que j'ai enseigné à mes enfants. Je les crois d'ailleurs mieux avertis que moi à ce sujet.

Il est très intéressant que soit posée la question de l'approvisionnement en munitions.
Il y a quelques mois, lorsque nous avons découvert avec stupeur que notre pays n'était pas capable de produire massivement des masques en papier, j'ai également découvert comme tout le monde dans la presse qu'en cas d'un conflit "de haute intensité", notre armée serait à court de munitions en quelques heures.

En revanche, si je devais parier et probabiliser, je continue à penser qu'un conflit sur le sol national de type guerre civile/terrorisme reste plus probable qu'un affrontement avec un autre Etat.
C'est bien de tout envisager, mais ce serait -je crois- une erreur de préparer ce type de conflit, avec les moyens correspondants, en première hypothèse.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Juin 2021 19:47 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7980
Et le fusil d'assaut qui va remplacer le Famas n'est pas fabriqué en France. (Herstal ou H&K, je ne sais plus.)

Il est logique de se préparer à un conflit conventionnel de haute intensité, c'est ce qui pourrait arriver de pire, et on ne peut pas désarmer à ce point.

Mais il est clair que les conflits les plus probables auront lieu contre des organisations non étatiques, ou des variantes du genre...

Pour le colonel Goya, le combattant ennemi du futur sera un homme en jean avec une kalachnikov. Ennemi auquel il faudra également pouvoir s'adapter, mais dans une certaine mesure, qui peut le plus peut le moins.

Il considère également que l'ennemi qui mène contre l'armée française une guerre d'attrition durable... c'est Bercy. :!:

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juin 2021 13:13 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 16 Déc 2006 15:45
Message(s) : 388
C'est H&K.

Il est a noter qu'en cas de conflit de haute intensité, aucune nation n'est en état de tenir sur la durée de toute façon. Je crois me souvenir que les États-Unis on des stocks pour un mois de conflit avant d'avoir d'énorme problèmes de munitions du à la complexité des munitions utilisées dans un conflit moderne. C'est probablement un des principaux arguments contre la reprise de conflits de haute intensité. Plus personne ne peut se le permettre/les gains d'une guerre ne suffisent plus à en justifier les coûts. D'où le retour de conflits hybrides comme en Ukraine.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Juin 2021 15:55 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7980
Walsingham a écrit :
C'est H&K.

Pour ceux qui n'ont pas la couleur, il faut préciser qu'il s'agit de Heckler & Koch, entreprise allemande à qui nous achetons nos fusils d'assaut depuis 2015.

C'est d'ailleurs la Wehrmacht qui a inventé le fusil d'assaut, basé sur l'observation qu'un fusil précis à 900 m n'est guère utile à si longue distance, et qu'en pratique une portée utile de 200 m est suffisante, ce qui permet d'alléger la munition, et d'augmenter la puissance de feu. (Ils ont même inventé le chargeur courbe.) En fait le raisonnement est encore plus vicieux : tuer l'adversaire n'est pas indispensable, un blessé pose davantage de problèmes à l'ennemi... :rool:

Citer :
Il est a noter qu'en cas de conflit de haute intensité, aucune nation n'est en état de tenir sur la durée de toute façon. Je crois me souvenir que les États-Unis on des stocks pour un mois de conflit avant d'avoir d'énorme problèmes de munitions du à la complexité des munitions utilisées dans un conflit moderne.

C'est certain. Leurs fameux croiseurs Aegis, qui comptent dans les 70 alvéoles verticales de missiles, quand ils ont tiré une salve complète, ils font quoi ? Et au prix où sont les missiles de croisière...

J'ai en tête le chiffre de 60 milliards de dollars pour le coût de la guerre du Golfe en 91. Mais payés en grande partie par les alliés. (Koweit, Arabie Saoudite, Allemagne...)

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juil 2021 12:55 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 1870
Pierma a écrit :
C'est certain. Leurs fameux croiseurs Aegis, qui comptent dans les 70 alvéoles verticales de missiles, quand ils ont tiré une salve complète, ils font quoi ?
Quand ils ont tiré tous leurs missiles, ils se trouvent dans la même désagréable situation que celle de l’archer du moyen-âge qui a tiré tous ses flèches. C’est ce qui est arrivé à l’armée Argentine dans la guerre des Malouines une fois qu’elle eut tiré ses cinq AM39 mettant ainsi hors de combat deux bâtiments britanniques.
Le système d’armes AEGIS est un système anti-navire et anti-aérien. Il n’y a pas beaucoup de pays susceptibles d’opposer des forces capables de saturer les défenses d’un croiseur AEGIS et l'industrie américaine a des capacités de production inégalées ailleurs.

En ce qui concerne les missiles de croisière, s’il n’en reste plus, l’US Air Force envoie les B 52 (ils sont toujours en service) avec des armes plus rudimentaires et moins coûteuses.

Du temps de la guerre froide, les armées occidentales, privilégiaient les performances des systèmes d’armes, éventuellement au détriment de la quantité, tandis que l’URSS escomptait aussi un effet de saturation : un missile un peu vieillot sera peut-être arrêté ou leurré par les protections de la cible, mais si on en lance cinq, il y en aura au moins un qui passera.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 16 Juil 2021 14:05 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 7980
Barbetorte a écrit :
Il n’y a pas beaucoup de pays susceptibles d’opposer des forces capables de saturer les défenses d’un croiseur AEGIS.

C'est vrai... %1

A noter que les marins appellent "duel d'artillerie" l'échange de missiles entre deux navires. Le monde change...

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Juil 2021 14:23 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 22 Mai 2021 20:18
Message(s) : 470
Si ce sujet sur le présent et futur force un peu la limite chronologique, on peut néanmoins dire que depuis 1945 l'armée française n'a pas cessé de participer à des guerres. Qu'elles aient été hors de sa métropole semble être la seule chose qui donne l'illusion que les moins de 80 ans n'ont pas connu la guerre (nous comptons des dizaines de milliers de jeunes vétérans pas du tout octogénaires).

Loïc a écrit :
Rl'Armée Française s'est réduite comme peau de chagrin

Oui mais elle s'est professionnalisée et considérablement modernisée. Nous sommes passés de ça:
Image
à ça:
Image

Pierma a écrit :
qui peut le plus peut le moins

Pas toujours, dans ce contexte. C'est justement le problème du combat contre les cellules terroristes. Nos frégates et nos avions de combat ne sont pas l'arme adaptée.

Pierma a écrit :
Heckler & Koch[/b], entreprise allemande à qui nous achetons nos fusils d'assaut depuis 2015)

On peut le regretter. H&K nous fournit depuis plus longtemps que 2015. Le PA HK Marine a remplacé l'arme de poing en dotation depuis plus de dix ans, au détriment du MAC français.

Loïc a écrit :
le général Burkhard estime que la France doit être prête à un conflit de haute intensité, État contre État.[/b]

La vision stratégique publiée l'an dernier par le général Burkhard l'était en tant que CEMAT, donc concernait l'armée de terre. Il est normal qu'il prépare à l'éventualité la plus mobilisatrice, a fortiori à présent Chef d'Etat Major des Armées, alors que les autres armées du monde montent également en effectifs.

Par contre, ce conflit serait Etats contre Etats, au pluriel avec des s. Dans le cas d'un conflit "de haute intensité" en particulier, nous faisons partie de l'OTAN, nous avons des alliés. Il serait quasi-impossible d'entrer en conflit seuls contre un autre Etat.

A écouter, cet entretien très intéressant où participe le général Burkhard:
https://www.franceculture.fr/emissions/ ... nos-armees


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB