Nous sommes actuellement le 16 Oct 2021 18:38

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
Message Publié : 27 Août 2021 15:40 
Hors-ligne
Tite-Live
Tite-Live

Inscription : 10 Jan 2021 20:16
Message(s) : 347
Je viens de lire De l’aigle impérial au drapeau rouge, de Piotr Krasnov.
Le quatrième de couverture indique qu’il fut publié [en russe] à Berlin en 1921-1922 et qu’il « rencontra dès sa parution un immense succès littéraire dans l’émigration russe. »
Le livre a connu des éditions dans différentes langues étrangères, dont le français.
Le livre que j’ai entre les mains a paru en 2017, dans une nouvelle traduction (ce n’est pas indiqué, mais j’ai vérifié).
Le livre contient une préface de quatre pages, contemporaine, due à un certain A. B. ; il contient aussi une postface de quarante pages, due à Nicolas Ross, dont internet m’apprend qu’il est un historien de l’émigration russe.
L’auteur, Piotr Krasnov (1869-1947), cosaque, militaire de carrière, fut général-major (général de brigade) dans la Grande Guerre, puis a pris part à la guerre civile comme ataman des cosaques du Don (le mot se prononce comme le français « donne »), et général d’infanterie (général d’armée) (dans wikipedia russe il est dit général de cavalerie (même grade, mais arme différente)).
Dans l’émigration il fut un écrivain prolifique. Il s’engagea dans le camp allemand dans la 2GM et, fait prisonnier par les Anglais fut livré par eux aux Soviétiques avec quarante mille cosaques (hommes, femmes et enfants), et fut condamné à mort et pendu. Dans la Russie actuelle, la condamnation fut confirmée, étant donné son engagement pro-allemand.

Malgré ses sept cents pages, le livre est assez maniable, pas trop lourd. J’aime beaucoup le papier et la typographie. En couverture figure un beau tableau de Malevitch, La charge de la cavalerie rouge, qu’on peut trouver un peu étonnant à cette place puisque le livre est à la gloire de la cavalerie blanche. Personnellement, cela ne m’a pas gêné. De plus j’apprends en écrivant ces lignes que Malevitch a peint ce tableau en 1932 ; à cette époque il n’était plus libre de son art ni de ses titres, et il luttait pour sa survie…

L’histoire court de 1894 à 1920. Elle est principalement celle d’un officier, Sabline. Au début cornette dans une unité d’élite (la Garde impériale), pendant la guerre commandant d’une division de cavalerie puis d’un corps d’armée, assassiné finalement par les bolcheviks à Petrograd. Un personnage qui combat dans l’armée des cosaques du Don permet de suivre la lutte de ceux–ci contre les Bolcheviks (quand on lit la biographie de Krasnov on comprend pourquoi c’est en vain que Sabline tente de rejoindre l’armée blanche du Don : s’il y était parvenu, il y aurait joué le rôle qui fut celui de l’auteur).
Dans un dernier chapitre, la fille de Sabline est prisonnière des tortionnaires de la Tchéka…

Le livre commence par les deux premiers amours de Sabline. J’ai trouvé ça très bon. Ces amours sont contrariées parce que les femmes lui sont inférieures socialement (et la seconde, opposée politiquement). C’est émouvant et on voit le milieu social militaire (avec aussi le point de vue de simples soldats), et l’environnement politique. Tout ça très bien amené car jouant un rôle décisif dans l’intrigue.
Ce qui suit jusqu’à la guerre n’est pas mal non plus. La scène du grand bal en 1905… Plus tard Sabline et son épouse approchent du couple impérial, près duquel se tient Raspoutine, qui jette son dévolu sur l’épouse aimée de Sabline…

La Guerre et la Révolution, qui occupent une grande partie de l’ouvrage, m’ont paru faibles et mon intérêt s’est progressivement tari.
J’ai repris intérêt lors de l’épopée blanche, et lors du dernier chapitre.

J’ai trouvé que, pour un livre politique, il manquait singulièrement de discussions politiques.

Par ailleurs, quand il est question de politique, il n’y a que deux camps : celui de l’auteur, qu’on peut dire de droite conservatrice, et le camp adverse, l’extrême-gauche. Entre les deux rien, ou à peu près. Pourtant il existait une droite libérale, favorable à la monarchie constitutionnelle (les Octobristes). Un parti démocratique (le parti constitutionnel-démocrate (K-D, « cadet »)). Et des partis socialistes qui s’opposèrent aux Bolcheviks lors de l’année cruciale. Tout cela soit n’est pas mentionné, soit est à peu près assimilé aux bolcheviks. Eux-mêmes assimilés au Mal.
Bref il y a le Bien, et comme ce monde est déchu, le Mal aussi : le socialisme (bolchevik).

On hésite un peu à porter un jugement sur cette façon de voir les choses. La postface m’apprend que l’auteur a également fait des romans pour la jeunesse. Alors, peut-être est-ce simplement puérilité ? Je crains cependant que ça ne soit pire : extrémisme de droite, qui ne conçoit ce qui n’est pas lui que comme diabolique ou abominable.

La position de l’auteur ? La postface m’apprend qu’il en était venu à penser que le meilleur d’une nation, c’est son armée (parce que les militaires sont prêts à donner leur vie). C’est assez ce qui apparaît dans le livre. Fidélité au souverain. Et tout est rendu plus facile et prend un sens si l’on a la foi chrétienne (les malheurs font chanceler la foi de Sabline).
En somme, peut-être : Nation-Armée-Souverain-Foi (on se souvient que la trinité de la droite russe était : Autocratie, orthodoxie, nation).

La postface apprend que le livre est beaucoup plus gros dans l’édition originale. Elle ne dit pas si les coupes pratiquées sont les mêmes que celles faites dans la première édition française.
Il y a dans le livre une anomalie. En 1916 il y a une brève discussion entre Sabline et son chef. L’un d’entre eux dit : paix séparée, réforme agraire, parlement. Tout le reste du livre indique que ce devrait être son chef qui soutient cette position, or c’est Sabline. J’ai imputé l’anomalie à une erreur de traduction (un « dit Sabline » erroné), mais c’est peut-être seulement une anomalie du fait de l’ampleur des coupes pratiquées.

Au total, un livre assez décevant pour un adulte, en tout cas pour moi. Mais peut-être est-ce un excellent livre pour un adolescent...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB