Nous sommes actuellement le 04 Août 2021 22:39

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 235 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 ... 16  Suivant
Auteur Message
Message Publié : 26 Sep 2009 5:06 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1447
Localisation : France
allmen67 a écrit :
Je retiendrai quand même une époque de grande liberté d'expression,

C'était au contraire l'époque la plus censurée avec celle de De Gaulle sous la Ve République : surveillance téléphonique illégale et censure de journalistes, d'artistes (Coluche et Le Luron privés d'antenne télévisée), de médias indésirables (presse et relais de signaux hertziens télévisés).
allmen67 a écrit :
une époque pendant laquelle le politiquement correct était encore l'exception, sans avoir à se retourner pour regarder si quelqu'un ne vous observe pas de travers si par malheur vous aviez osé dire quelque chose qui dépasse une idiote ligne jaune dans quelque domaine que ce soit d'ailleurs.

Non car j'en suis le fruit et la naissance des mouvements antiracistes allaient châtrer l'expression de l'extrême droit. Cela dit, Mitterrand n'y est pas pour grand chose, c'est plutôt la légèreté de certains juges qui ont bridé l'expression des opinions politiques et religieuses (excepté pour les critiques antichrétiennes).

En dehors de cela, je me souviens de quelques disputes politiques très vives entre adultes nés dans les années 1930 et avant (par exemple, coup de sang d'un sympathisant PCF contre un sympathisant RPR).
allmen67 a écrit :
Le tout, il est vrai dans une période de profonde crise économique (il suffit de songer aux démantèlements de toutes nos industries traditionnelles en particulier pendant la première moitié des années 80).

Cette ne resta française que parce que VGE a commencé à scléroser les institutions du travail. Tous les autres pays développés avaient gommé la crise de 1973 en quelques années.
allmen67 a écrit :
Le plus amusant reste la critique de la politique de relance alors même qu'actuellement on ne fait que ça à travers le monde.
On ne refera pas l'histoire mais qui sait si Mitterrand n'avait pas raison en fin de compte trop tôt dans un monde qui, à l'époque, ne rêvait déjà plus que d'amoindrissement du rôle de l'état.

C'est une caractéristique économique française depuis de Gaulle au moins : les gouvernements français de la Ve sont, sans exception, keynésiens, c'est-à-dire qu'ils croient à la relance de l'économie par un lâcher volontariste de subsides de l'Etat.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 5:22 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1447
Localisation : France
Ericdelprof a écrit :
Le choix fondamental ce sont les 10 jours de 1983 quand il a balancé entre un virage à gauche toute qui allait isoler la France et démantibuler la construction européenne (et pour aller vers quoi ?) et une politique néo libérale, monétariste, qui à terme allait améliorer les données de base de l'économie mais à un coût social énorme. Je pense qu'il a vraiment hésité mais finalement (en accord avec Fabius et Beregovoy) il a choisi la deuxième voie.

Il n'avait pas le choix : l'économie française fut sinistrée en deux ans par l'étranglement des entreprises et des capitaux. On allait vers la banqueroute argentine jusqu'à ce qu'il recule en 1983.

Le coût social énorme nous est resté (chômage mécaniquement créé par le smic et le Code du travail, prolongement des déficits sociaux avec l'allongement de la retraite et l'augmentation du chômage, sans compter une bonne partie d'un futur fardeau : une dette publique colossale et une masse morte de fonctionnaires sans utilité économique).

***

Politiquement, outre le népotisme exagéré et l'illégalité de la surveillance téléphonique ou l'inertie au Rwanda, on peut aussi lui reprocher l'opacité des meurtres déguisés en suicides à l'Elysée et le parti pris pro-yougoslave dans les guerres de Bosnie et de Croatie.

Ses grands succès politiques furent d'avoir anéanti politiquement le PCF, éventé la menace soviétique sur l'Europe de l'Ouest en contruisant une armée géopolitiquement adaptée (FAR, brigade franco-allemande) et enterré le vieux socialisme économique concret au profit du social-libéralisme.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 6:39 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 13 Mars 2006 10:38
Message(s) : 2476
Localisation : Lorraine
Citer :
Mitterrand est haie aujourd'hui car l'affaire de Mazarine, sa maladie ont mit en lumière l'opacité de l'état Français et l'asservissement de toutes les instances de la nation au pouvoir présidentiel.
[...]
On est aveuglé par cette espérance jusqu'au moment ou on réalise, à sa mort en voyant cette fille de 20ans dont on n'avait jamais entendu parler... ... Et il ne reste que de l'amertume.

8-| Franchement, « l’affaire » de Mazarine, comme vous l’appelez et sur laquelle vous focalisez, tout le monde s’en fout dans le bilan de Mitterrand ; si c'est seulement en l'apprenant que vous avez perdu vos espérances sur l'homme, on peut se poser des questions sur le niveau auquel vous placez votre analyse...
Et si sa maladie a posé question, il n’est pas le premier, ni le seul dans ce cas.
Citer :
le petit clamart

Qu’est-ce que Mitterrand a à voir avec le Petit Clamart ? Il aurait trempé dans la tentative d’assassinat de de Gaulle ? Alors là oui, il nous a bien menti ! Quel scoop ! lol

_________________
Tous les désespoirs sont permis


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 8:53 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Nov 2005 23:03
Message(s) : 1018
Localisation : Galaxie d'Andromède, Système solaire Zeta
De toute façon avec le bilan calamiteux de Giscard, comment pouvait-on revoter pour lui en 1981 ?

_________________
"L'histoire me sera favorable car j'ai l'intention de l'écrire". Winston Churchill.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 10:42 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1447
Localisation : France
Romeo a écrit :
De toute façon avec le bilan calamiteux de Giscard, comment pouvait-on revoter pour lui en 1981 ?

Sur le moment, à l'automne et l'hiver précédant l'élection, ça devait être le cas, les sondages lui donnant un avantage.

C'est la fin de la campagne qui eut raison de VGE, avec les envolées lyriques de Mitterrand (la menace des trois millions de chômeurs annoncés... et advenus quand même, promesse d'une guerre au capitalisme ensuite avortée) et la trahison de Chirac en faveur de Mitterrand (avec propagation de diffamations et calomnies du type diamants centrafricains, vote des chiraquiens pour Mitterrand).

Et après coup, VGE fut meilleur que Pompidou, plus moderniste (suspension des exécutions consécutives à la peine de mort, vote à 18 ans, concrétisation des luttes féministes), bien meilleur économiste que Chirac et Mitterrand mais probablement pas assez libéral pour effacer la crise de 1973.

Ses principaux torts furent de n'avoir pas réformé les redistributions sociales, de n'avoir pas libéralisé le droit du travail et la fiscalité (pour conserver l'avance économique des Trente Glorieuses), mais à l'époque l'opinion ne le lui reprochait pas. On pourrait rajouter aujourd'hui d'avoir ouvert les portes aux immigrés (via le regroupement familial) sans prévoir que l'assimilation républicaine s'effectuerait mal, mais Mitterrand et Chirac partagent de lourdes responsabilités dans ce gâchis.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 12:24 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 10 Juil 2009 19:57
Message(s) : 235
Geopolis a écrit :
Romeo a écrit :
De toute façon avec le bilan calamiteux de Giscard, comment pouvait-on revoter pour lui en 1981 ?

Sur le moment, à l'automne et l'hiver précédant l'élection, ça devait être le cas, les sondages lui donnant un avantage.

C'est la fin de la campagne qui eut raison de VGE, avec les envolées lyriques de Mitterrand (la menace des trois millions de chômeurs annoncés... et advenus quand même, promesse d'une guerre au capitalisme ensuite avortée) et la trahison de Chirac en faveur de Mitterrand (avec propagation de diffamations et calomnies du type diamants centrafricains, vote des chiraquiens pour Mitterrand).

Et après coup, VGE fut meilleur que Pompidou, plus moderniste (suspension des exécutions consécutives à la peine de mort, vote à 18 ans, concrétisation des luttes féministes), bien meilleur économiste que Chirac et Mitterrand mais probablement pas assez libéral pour effacer la crise de 1973.

Ses principaux torts furent de n'avoir pas réformé les redistributions sociales, de n'avoir pas libéralisé le droit du travail et la fiscalité (pour conserver l'avance économique des Trente Glorieuses), mais à l'époque l'opinion ne le lui reprochait pas. On pourrait rajouter aujourd'hui d'avoir ouvert les portes aux immigrés (via le regroupement familial) sans prévoir que l'assimilation républicaine s'effectuerait mal, mais Mitterrand et Chirac partagent de lourdes responsabilités dans ce gâchis.

Qu'entendez vous par" suspension des exécutions consécutives à la peine de mort"
Durant le septenat de VGE, il y a eu trois exécutions ( Ranucci, Carrein et Djandoubi) .
Avant cela , il avait fait usage du droit de grace à trois reprises
Tous les condamnés à mort en attente d'un pourvoir en cassation ou d'une grâce ont éte graciés par François Mitterrand ( un gracié le 25 mai 1981 , 6 autres le 10 octobre 1981 suite à l'abolition de la peine de mort )


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 12:55 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 26 Déc 2004 20:46
Message(s) : 1447
Localisation : France
bruyerois a écrit :
Qu'entendez vous par" suspension des exécutions consécutives à la peine de mort"

La dernière exécution en France date de 1977 et les dernières condamnations antérieures et ultérieures ne seront pas appliquées (grâces, peines commuées).


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 13:12 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Geopolis a écrit :
la menace des trois millions de chômeurs annoncés (avant 81)... et advenus quand même
Cest bien pire: il y avait 1,6 millions de chômeurs en Nov. 1980, 1.657.000 chômeurs en mars 1981. Barre avait stabilisé la situation économique, et Mitterrand avait promis de créer 1 million d'emplois par une politique de "développement de la consommation" délibérée. Dans les faits, le chômage sous Mitterrand montera à 3,1 millions en Déc. 1992. Record absolu de hausse. Les dépenses publiques sont augmentées de 27,5 % dès 81-82. Autre record.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 13:28 
Hors-ligne
Salluste
Salluste

Inscription : 10 Juil 2009 19:57
Message(s) : 235
Geopolis a écrit :
bruyerois a écrit :
Qu'entendez vous par" suspension des exécutions consécutives à la peine de mort"

La dernière exécution en France date de 1977 et les dernières condamnations antérieures et ultérieures ne seront pas appliquées (grâces, peines commuées).

Après Djandoubi , il n'y a eu que des commutations de la peine de mort en perpétuités, le condamné gracié en mai 81 (Philippe Maurice ) a eu la vie sauve en effet.
Dans l'attente de la promesse faite par Mitterrand si il était élu, un refus de grace aurait été désastreux pour la campagne de VGE, mais c'est Mitterrand qui prononça la grace .
VGE était en effet en porte faux vis à vis de l'opinion public et de ses trois refus de graces precedents.
Mitterrand a reglé le problème d'entrée en chargeant Badinter de mettre fin à la peine de mort .

nb:c'est Chirac qui a mit fin défenitivement à la peine de mort en le prévoyant par la constitution .
Mitterrand ne l'avait qu'abolie et donc retiré du cde pénale


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 14:25 
En ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14754
Localisation : Alsace, Colmar
Alain.g a écrit :
Geopolis a écrit :
la menace des trois millions de chômeurs annoncés (avant 81)... et advenus quand même
Cest bien pire: il y avait 1,6 millions de chômeurs en Nov. 1980, 1.657.000 chômeurs en mars 1981. Barre avait stabilisé la situation économique, et Mitterrand avait promis de créer 1 million d'emplois par une politique de "développement de la consommation" délibérée. Dans les faits, le chômage sous Mitterrand montera à 3,1 millions en Déc. 1992. Record absolu de hausse. Les dépenses publiques sont augmentées de 27,5 % dès 81-82. Autre record.


Regardez aussi le chiffre des emplois. Pendant toute la période de montée du chômage, le nombre d'emploi monte aussi pour atteindre son maximum juste avant la crise de 1993. Mais, on n'arrivais pas à créer suffisamment d'emplois pour palier l'augmentation de la population due au babyboom. Quand on veut discuter d'emplois et de chômage, il faut éviter de ne regarder que les chiffres qui vont dans le sens de nos propos. Il faut regarder les 3 courbes : celle du chômage, mais aussi celle des emplois et celle de la population générale. C'est seulement de l'étude des 3 courbes qu'on peut sortir quelque chose de pertinent. Et ça évite de répercuter les propos partisans qui furent dits à l'époque.
On n'est pas là pour avoir le débat politique de l'époque, on est là pour faire l'analyse historique de l'époque. Parce que si on désire se lancer dans un débat politique de cette période, je vais devoir changer de casquette et redevenir modérateur. Et ça m'embête quand je suis obligé de me retirer d'une discussion qui m'intéresse pour devoir la modérer.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 14:56 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 06 Fév 2009 16:01
Message(s) : 412
Narduccio a écrit :
Il faut regarder les 3 courbes : celle du chômage, mais aussi celle des emplois et celle de la population générale. C'est seulement de l'étude des 3 courbes qu'on peut sortir quelque chose de pertinent.

Très juste, mais au niveau de l'emploi il faudrait séparer emplois privés et emplois de fonctionnaires (+ entreprises de l'état). Une autre courbe à mettre en parallèle : la dette de l'état.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 15:35 
En ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14754
Localisation : Alsace, Colmar
ponceludone a écrit :
Narduccio a écrit :
Il faut regarder les 3 courbes : celle du chômage, mais aussi celle des emplois et celle de la population générale. C'est seulement de l'étude des 3 courbes qu'on peut sortir quelque chose de pertinent.

Très juste, mais au niveau de l'emploi il faudrait séparer emplois privés et emplois de fonctionnaires (+ entreprises de l'état). Une autre courbe à mettre en parallèle : la dette de l'état.


Pas séparer, quand Mitterand dit qu'il va augmenter le nombre d'emplois, il est évident pour pas mal de gens que cela va aussi passer par l'augmentation du nombre de fonctionnaires. Et comme en même temps, il y a dans son programme la volonté de nationaliser un certain nombre d'entreprises, tout le monde est d'accord que l'on va diminuer le nombre d'employés qui risquent de se retrouver sur le marché de l'emploi (les entreprises nationalisées ne débauchant que très peu).
C'est plus tard que l'on fera la différence entre emplois privés, sensés générer la richesse du pays et emplois de fonctionnaires sensés vivre au crochet de cette richesse, même si cela est une vision très partisane qui n'a aucun rapport avec la réalité. Il ne sert donc à rien de chercher à tripatouiller les chiffres pour leur faire dire ce que l'on veut.

Par exemple, qui penserait que la courbe du chômage s'est stabilisée entre le second semestre 1982 et la fin de l'année 1983 ? Et qu'elle n'a recommencé à augmenter ensuite sans que l'on comprenne toutes les raisons de la stabilisations, puis de la montée ?
Cfpage 95 et 96 de cet article sur la politique de créations d'emplois : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ofce_0751-6614_1984_num_7_1_979
Citer :
Cet article tente d'expliquer pourquoi et comment la faible progression du chômage entre la mi-1982 et les derniers mois de 1983 a été possible. Pour ce faire nous examinons les divers dispositifs de lutte contre le chômage mis en place par les pouvoirs publics au cours des années 1981-1983, en proposant une évaluation de leur impact sur la variation du chômage. D'après nos estimations, l'ensemble des mesures ont permis de freiner la hausse annuelle moyenne des demandeurs d'emplois de 150 000 personnes en 1981, 260 000 personnes en 1982 et 275 000 personnes en 1983. La politique « active » de l'emploi — créations d'emplois publics, réduction de la durée du travail, aides aux créations d'emplois et politique macroéconomique — a représenté 50 % des chômeurs évités en 1981, 72 % en 1982 mais seulement 37 % en 1983. La politique de formation et les dispositifs de cessation anticipée d'activité — garanties de ressources, contrats de solidarité — ont permis de freiner la hausse du chômage d'environ 60 000 personnes par an en 1981-1982 et 125 000 en 1983, soit respectivement 44 %, 24 % et 46 % du total des chômeurs évités. Les opérations menées par l'ANPE sur les chômeurs de longue durée ont permis d'éviter 15 000 chômeurs en 1982 et 45 000 en 1983. Même si ces évaluations restent de simples ordres de grandeur, elles montrent que les dispositifs de lutte contre le chômage ont eu un impact important. Toutefois, ils ont maintenant atteint leur effet maximum et il est à craindre que les mois qui viennent soient nettement moins favorables sur le front du chômage, sauf si tout ou partie des mesures qui ont été prises au cours de la période étudiée sont reconduites et amplifiées, en particulier la réduction de la durée du travail (y compris le développement du temps choisi).


Et ce n'est que lorsque la politique de créations d'emplois à atteint ses limites que le chômage à commencé de croitre ? Ce qui fait que le titres des articles lors des baisses du chômage de 2007-2008 ont permis de titre :
Citer :
Emploi - Le chômage n'a jamais été aussi bas depuis 1983

http://www.francesoir.fr/politique/2008/03/06/emploi-le-chomage-n-a-jamais-ete-aussi-bas-depuis-1983.html
Vous noterez, 1983, pas 1981 ....

Il y a bien eu création d'emplois publics et d'emplois privés. L'un n'a pas prospéré au dépend de l'autre, contrairement à ce que voudraient nous faire croire certains idéologues.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 17:10 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2008 14:42
Message(s) : 2320
[

Citer :
Ne venez pas me raconter que vous étiez au courant avant,
Si on n'aime pas Mitterrand aujourd'hui c'est qu'il nous a fait savoir ce que notre 'république' avait réellement dans le ventre.


Je n'étais pas au courant et je n'avais pas à l'être. A part ça je trouve que la question même est biaisée. Elle est trop personnalisée. En parlant de Mitterrand on pousse vers la monarchie républicaine. Il a eu des premiers ministres qui ont joué un grand rôle dans la détermination de la politique. Bien sûr au moment de la cohabitation mais même quand le premier ministre était socialiste ils avaient un rôle important. Ceci dit je pense qu'il faut laisser aux jeunes le soin de débattre doctement et historiquement de cette question sur une période que eux n'ont pas vécue. Pour moi je ne pourrai jamais oublier l'immense soulagement et l'euphorie de son élection. J'ai été déçue certes, mais seulement en partie. Et puis on pardonne beaucoup à un président qui est un puits de culture générale, qui parle dans un beau style et qui préfère Venise à Dysneyland.

_________________
Alceste

Que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants... ne soient pas des signaux de haine et de persécution...

La prière de Voltaire, Traité sur la tolérance, Chapitre XXIII


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 26 Sep 2009 20:18 
Hors-ligne
Georges Duby
Georges Duby
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Juil 2007 15:02
Message(s) : 7445
Localisation : Montrouge
Narduccio a écrit :
C'est de la manipulation des chiffres. Fin des deux septennats le nombre des chômeurs recherchant un emploi comportera 1 million de chômeurs en plus par rapport à 83 et 81 est bien plus bas que mars 81: 1,6 M de chômeurs chiffre de l'INSEE.
Les français, très conscients de l'échec économisques , étaient très remontés contre Mitterrand à la fin de son parcours, puisque sa côte de confiance descend alors à 22 % d' avis favorables, le taux le plus bas de la Vè République, très en dessous des 28 % de fin 1984, le record précédent. Ils ont d'ailleurs voté à droite lors de toutes les élections locales, régionales et européennes.
Quand F. Mitterrand termine son 2ème mandat, une partie de la gauche condamne sa présidence: ses méthodes, l'échec économique global, les affaires nombreuses de détournement des deniers publics, les écoutes des particuliers à des fins personnelles, un 2è ménage entretenu à l'Elysée aux frais de la République ....
Jospin se dissocie comme beaucoup d'autres dirigeants socialistes de l'homme qui a conduit le socialisme dans une impasse dont il ne se relèvera pas.
Désolé mais il faut bien répondre au sujet tel qu'il est posé: " que penser de ... "

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Sep 2009 10:14 
En ligne
Administrateur
Administrateur

Inscription : 15 Avr 2004 22:26
Message(s) : 14754
Localisation : Alsace, Colmar
Alain.g a écrit :
C'est de la manipulation des chiffres.


Je ne pense pas. Il y a ce que l'on croit et ce qui est. Vous êtes libre de croire ce que vous voulez. Moi, je préfère m'en tenir aux chiffres. Montée continue de 79 à 81. Une stagnation de fin 81-début82 à fin 83. Mais forte augmentation de la dette, puisque le coût net par chômeur évité en 1982 est d'environ 50 000 francs français de l'époque alors qu'on a calculé qu'un chômeur coûte moins de 40 000 francs. Le déficit public passe donc de 5 milliards de francs à 19 milliards de francs courants. Et on prend la décision de cesser les frais et de passer à une politique de rigueur économique. Et c'est à ce moment-là que le chômage explose. Sur les courbes, on voit bien le palier et puis la montée qui commence à 1983 et qui continue inexorable à partir de ce moment-là.

On aurait pu résorber le chômage, mais à quel coût et pendant combien de temps. Ensuite, tous les gouvernements, de gauche comme de droite, vont mentir au sujet du chômage. Ils vont tous prétendre qu'ils luttent pour le résorber, alors qu'en fait, ils font un minimum pour le garder dans des proportions acceptables. Parce qu'ils savent tous que la politique de financement du maintien de l'emploi est impossible à suivre. Mais, personne ne va annoncer cela au "petit peuple". Ce qui fait que les gens se font une image fausse de ce qui s'est effectivement passé. Le gouvernement Maurois a essayé de tenir les promesses faites par Mitterand lors de la campagne. Ils ont eu la lucidité de comprendre qu'ils n'arriveraient pas à les tenir et à changer à temps de politique. On aurait pu éradiquer le chômage pendant un temps, mais au prix de la faillite du pays. L'erreur a été de penser qu'une telle politique était possible sur le long terme.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable.
Appelez-moi Charlie


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 235 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 ... 16  Suivant

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Narduccio et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB