Forum Histoire - Passion Histoire
http://www.passion-histoire.net/

Les années Mitterrand
http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=50&t=15147
Page 10 sur 15

Auteur :  Alain.g [ 11 Août 2013 14:22 ]
Sujet du message :  Re: François Mitterrand et l'astrologie

Sir Peter a écrit :
Je crois que c'est Bonaparte qui demandait "Est-il au moins chanceux ?" quand il devait nommer quelqu'un à un poste important....
J'ai lu que c'était Talleyrand. Ayant eu l'intention de nommer à un poste diplomatique important un jeune homme qui lui avait été recommandé, il le reçoit et comme le jeune homme vient le remercier, il ajoute: c'est que jusqu'ici je n'avais pas eu beaucoup de chance. Talleyrand lui explique alors qu'on ne peut pas nommer dans un poste important quelqu'un qui n'a pas de chance.

Auteur :  Ulsikaz [ 11 Août 2013 15:57 ]
Sujet du message :  Re: François Mitterrand et l'astrologie

Citer :
Il visitait parfois les cimetières et assistait volontiers aux enterrements des amis comme tous les notables provinciaux.


Est-il vrai que Mitterand fleurissait encore la tombe du Maréchal Pétain lorsqu'il devint président ?

Citer :
François MITTERRAND, après avoir longtemps refusé de reconnaître officiellement cette responsabilité, fut contraint d'infléchir sa position.
En juillet 1992, alors qu'on se préparait à commémorer le 50ème anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, la presse révéla qu'il faisait déposer régulièrement depuis 1987,
chaque 11 novembre, une gerbe de fleurs sur la tombe du maréchal PETAIN à l'île d'Yeu.
Interrogé par les journalistes, l'entourage de président de la République expliqua cet hommage rendu au vainqueur de Verdun, comme faisant partie de la « tradition républicaine », une tradition à laquelle le président se serait conformé comme ses prédécesseurs
.

http://www.cndp.fr/crdp-reims/memoire/e ... sance1.htm

Auteur :  Isidore [ 11 Août 2013 15:58 ]
Sujet du message :  Re: François Mitterrand et l'astrologie

Il l'a fait faire oui. je me souviens de discussions à ce sujet au début des années 90.

Auteur :  Ulsikaz [ 11 Août 2013 16:00 ]
Sujet du message :  Re: François Mitterrand et l'astrologie

Merci Isidore.

Auteur :  Alain.g [ 11 Août 2013 16:50 ]
Sujet du message :  Re: François Mitterrand et l'astrologie

Sur un site:
" En réalité, comme l'expliquent Henry ROUSSO et Eric CONAN dans Vichy, un passé qui ne passe pas ( 1 ), le général de GAULLE n'avait fait déposer une gerbe de chrysanthèmes sur la tombe de Pétain qu'une seule fois, le 10 novembre 1968, à l'occasion du 50ème anniversaire de la victoire de 1918 marqué par un dépôt de gerbe sur la tombe de tous les généraux vainqueurs de la 1ère guerre mondiale, sans exception, un geste mal apprécié d'ailleurs par des nostalgiques de Vichy qui arrachèrent le ruban portant le nom du général de Gaulle.
Georges POMPIDOU fit déposer une gerbe lui aussi une seule fois sur la tombe de PÉTAIN, lorsqu'en février 1973, le cercueil du maréchal qui avait été enlevé par un commando d'extrême-droite voulant le transférer à l'ossuaire de Douaumont près de Verdun, fut ramené à l'île d'Yeu.
Valéry GISCARD D'ESTAING en fit de même en 1978 à l'occasion du 60ème anniversaire de l'armistice de 1918.
C'est donc bien François MITTERRAND qui a inauguré ce rituel en faisant déposer une gerbe sur la tombe de PÉTAIN le 22 septembre 1984 ( jour de sa rencontre-poignée de main avec le chancelier ouest-allemand, Helmut KOHL ) et le 15 juin 1986, à l'occasion du 70ème anniversaire de la bataille de Verdun, puis chaque année le 11 novembre à partir de 1987.
Pour calmer l'émotion de la communauté juive, le président MITTERRAND annonça sa participation à la commémoration de la rafle du Vélodrome d'Hiver le 16 juillet 1992, au cours de laquelle il fut sifflé et hué au cri de « Mitterrand à Vichy ! ».
Puis, devant l'ampleur des protestations que déclencha le dépôt d'une nouvelle gerbe à l'île d'Yeu, le 11 novembre 1992, il annonça un geste commémoratif à la mémoire des Juifs persécutés.
En février 1993, un décret a instauré le 16 juillet, date anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver à Paris en 1942, « Journée nationale
commémorative des persécutions racistes et antisémites », mais en précisant toutefois, qu'elles avaient été commises « sous l'autorité de fait dite " gouvernement de l'État français ( 1940-1944 ) " ».
À partir de novembre 1993, François MITTERRAND a renoncé à faire déposer une gerbe sur la tombe de PÉTAIN. "

Sur un autre site: " Selon une dépêche de l’AFP (2006), Jacques Chirac a brisé dimanche à Douaumont le tabou entourant Philippe Pétain, en reprochant au vainqueur de Verdun, sur les lieux mêmes de la bataille de 1916, d’avoir couvert “de sa gloire le déshonneur de la Collaboration” comme chef de l’Etat Français de 1940 à 1944. "

Auteur :  Jerôme [ 01 Avr 2021 12:38 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Un commentaire particulièrement hostile mais qui pose bien les Termes du débat (il est question du marché unique européen et du renoncement à une politique économique nationale) :

"Le sommet de son art aura été de cacher jusqu’au bout la véritable nature de son action, en ménageant avec soin l’idéologie dont il prenait le contrepied dans les faits. Nous aurons eu ainsi le maximum de dégâts avec le minimum de conscience » "

Chevènement est moins hostile dans ses mémoires mais arrive aussi à la conclusion que Mitterrand ne croyait pas vraiment au socialisme et s est rallié à la priorité européenne principalement pour ne pas a voir à l' avouer

Auteur :  Pierma [ 01 Avr 2021 18:51 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Jerôme a écrit :
Un commentaire particulièrement hostile mais qui pose bien les Termes du débat (il est question du marché unique européen et du renoncement à une politique économique nationale) :

"Le sommet de son art aura été de cacher jusqu’au bout la véritable nature de son action, en ménageant avec soin l’idéologie dont il prenait le contrepied dans les faits. Nous aurons eu ainsi le maximum de dégâts avec le minimum de conscience » "

Chevènement est moins hostile dans ses mémoires mais arrive aussi à la conclusion que Mitterrand ne croyait pas vraiment au socialisme et s est rallié à la priorité européenne principalement pour ne pas a voir à l' avouer

Je ne comprends pas : de qui est ce commentaire acide ? (Plus acide que Chevènement, si j'ai bien suivi...)

Auteur :  Vézère [ 06 Avr 2021 11:33 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Aussi cruel et ainsi tourné, je parie pour Michel Onfray.
Quand je lis la phrase, j'ai l'impression d'entendre sa voix dans ma tête.
Et comme j'ai entendu dire qu'il a pondu récemment un ouvrage sur Mitterrand... je suis très convaincu de mon intuition.
Je vais faire comme pour un quiz et m'interdire d'aller vérifier sur Google :mrgreen:

Auteur :  Liber censualis [ 06 Avr 2021 13:15 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Je pense qu'il vient effectivement du dernier livre d'Onfray : un livre qui porte de Gaulle au pinacle et voue Mitterrand aux gémonies.
Le chapitre sur l'Europe s’intitule : " L’Europe Le seigneur & le serf"...

Auteur :  Jerôme [ 10 Avr 2021 12:57 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Toutes mes excuses pour avoir omis le nom d Onfray.

Ceka dit sa critique faut sens quand on se souvient des engagements spectaculaires de Mitterrand en faveur de la rupture avec le capitalisme ! Un minimum d'explication aurait nécessaire car en ne disant rien il donnait raison à la droite !

Auteur :  Pierma [ 10 Avr 2021 16:09 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Je pense au fameux "tournant de la rigueur" de 83, qu'une partie de la gauche - la plus marxiste - continue à lui reprocher comme son péché originel, il faut se rappeler qu'on en était à la seconde dévaluation du franc, mais que Chevènement et Maurois, imperturbables et voulant "rompre avec le capitalisme" insistaient pour qu'on continue à aggraver le déficit et envisageaient froidement de sortir du "serpent monétaire européen".

Le plus étonnant est que Mitterrand semble avoir longuement hésité.

Après, Onfray peut faire des phrases, mais ses compétences économiques... (Je pense que c'est la nécessité de faire garantir le franc par l'Europe qui a conduit Mitterrand à choisir la voie européenne. Et ses successeurs tout autant.)

La figure de "la fille des années Mitterrand" chantée par Hoshi, qui rêve encore de révolution, reste très présente à gauche. (Il est vrai que la mondialisation ne nous a pas apporté que des satisfactions, :rool: mais je n'ouvre pas ce HS.)

Auteur :  Jerôme [ 10 Avr 2021 22:34 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Une analyse intéressante ici

https://www.franceculture.fr/politique/ ... taliste-ne

La phrase de Mitterrand au congrès d'Épinal :
"Celui qui n'accepte pas la rupture avec l'ordre établi, avec la société capitaliste. Celui-là, je le dis, ne peut pas être adhérent du Parti socialiste."

Auteur :  Liber censualis [ 10 Avr 2021 22:58 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Jerôme a écrit :
Une analyse intéressante ici

https://www.franceculture.fr/politique/ ... taliste-ne

La phrase de Mitterrand au congrès d'Épinal :
"Celui qui n'accepte pas la rupture avec l'ordre établi, avec la société capitaliste. Celui-là, je le dis, ne peut pas être adhérent du Parti socialiste."

Au congrès d Epinay :wink:

Auteur :  Jerôme [ 11 Avr 2021 8:50 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Liber censualis a écrit :
Jerôme a écrit :
Une analyse intéressante ici

https://www.franceculture.fr/politique/ ... taliste-ne

La phrase de Mitterrand au congrès d'Épinal :
"Celui qui n'accepte pas la rupture avec l'ordre établi, avec la société capitaliste. Celui-là, je le dis, ne peut pas être adhérent du Parti socialiste."

Au congrès d Epinay :wink:


Exact. Mille excuses

Auteur :  marc30 [ 12 Avr 2021 20:44 ]
Sujet du message :  Re: Les années Mitterrand

Jerôme a écrit :
Un commentaire particulièrement hostile mais qui pose bien les Termes du débat (il est question du marché unique européen et du renoncement à une politique économique nationale) :

"Le sommet de son art aura été de cacher jusqu’au bout la véritable nature de son action, en ménageant avec soin l’idéologie dont il prenait le contrepied dans les faits. Nous aurons eu ainsi le maximum de dégâts avec le minimum de conscience » "

Chevènement est moins hostile dans ses mémoires mais arrive aussi à la conclusion que Mitterrand ne croyait pas vraiment au socialisme et s est rallié à la priorité européenne principalement pour ne pas a voir à l' avouer



Cela n'est pas exact. Mitterrand a justifié ses choix en faveur d'une politique de rigueur par deux arguments successifs. Il a d'abord expliqué qu'il fallait tenir compte de la politique de Reagan, et notamment de la hausse du dollar. Ensuite, il a mis en avant l'engagement européen

Page 10 sur 15 Le fuseau horaire est UTC+1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
https://www.phpbb.com/