Nous sommes actuellement le 27 Fév 2024 15:20

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 05 Jan 2024 2:19 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 18 Avr 2022 11:53
Message(s) : 89
Bonjour à tous,

Je viens de lire un article au sujet de l’approvisionnement en poudre noire de la France aux insurgés américains qui représentait 90% de leurs ressources en poudre à canon, cette article insiste sur la pénurie de salpêtre qui touchait la France et surtout les insurgés, si ce problème est résolu pour la France, les insurgés américains vont devoir trouver d’autres approvisionnements et ainsi aboutir à un approvisionnement français, mais ma question va tourner autour du soufre l’un des composants de la poudre à canon qui il me semble, à cette époque, est issu de zones volcaniques actives (comme en Italie ) mais comment la France et les patriotes américains s’approvisionnaient-ils en soufre sans être sauf erreur géographique de ma part dans des zones volcaniques ?


Merci d’avance pour votre aide.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Jan 2024 10:24 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 01 Mars 2013 11:49
Message(s) : 81
Bonjour,
Je ne connais pas particulièrement la problématique de la guerre d'Indépendance et l'approvisionnement des insurgés, mais pour les poudreries françaises du 18e c'est le salpêtre qui faisait régulièrement défaut. Les quantités de souffre à disposition en Italie étaient inépuisables, facilement accessibles et stockables, même si il y eut par période des difficultés d’approvisionnement .

La fabrication de la poudre commence par la collecte des trois constituants : le salpêtre, le charbon de bois et le souffre. La poudre destinée à l’artillerie se compose à cette période de 75 % de salpêtre, 12,5 % de souffre et 12,5 % de poussière de charbon de bois.

Le charbon de bois est facile à obtenir, même si l’on utilise que certaines variétés d’arbustes. En France, on utilise exclusivement le bois de bourdaine, l’ordonnance du 4 avril 1686 en réserve l’exploitation et l’usage exclusif au profit des fabricants de poudre. En Allemagne, c’est plutôt le bois de coudrier qui est préféré.

Le soufre est importé en France à partir des mines des régions volcaniques du sud de l’Italie : Naples, Sicile… La matière brute "soufre de roche" est expédiée à Marseille, Aix où il est purifié pour obtenir de la fleur de soufre. Après purification, il est stocké sous forme de rouleaux appelés magdalons.

Le salpêtre est l'élément principal de la poudre, aussi le pouvoir royal s’est très vite emparé du contrôle de la récolte du salpêtre. Le salpêtre ou sel de pierre est un nitrate de potassium produit à partir par la dégradation des matières organiques par certaines bactéries qui se développent en milieu humide et en présence du carbonate de potassium, comme les murs de calcaire, de briques ou de mortier. Il se trouve de façon naturelle dans les zones humides des bâtiments telles que les caves, et encore plus s’il y a des excréments comme dans les écuries et les étables.
Les salpêtriers ont un pouvoir très important, ils peuvent visiter l’ensemble des maisons et bâtiment du Royaume. C’est un domaine où il n’y a pratiquement aucun passe-droit ou privilège, toutes les dépendances d’un cloître ou d’un château leurs sont accessibles. Et Paris, qui est la plus grande agglomération du royaume, est le premier centre de production de salpêtre de France. Quand les salpêtriers se déplacent, ils en informent les communautés et les magistrats, qui doivent les loger, les chauffer et leur fournir un local et du bois pour que les salpêtriers y installent leur chaudière pour « faire les cuites » ; c’est-à-dire purifier, filtrer, dégraisser et dessaler le salpêtre. Il faut au moins trois filtrations successives, certaines à chaud pour obtenir le précieux nitrate. Toute démolition de mur, de maison ou de bâtiment ne peut se faire tant que le salpêtrier ne soit passé récolter les matières salpêtrées. Les salpêtriers, leurs enfants et leurs ouvriers sont exemptés de milice ou du logement des gens de guerre, ils bénéficient de fort allègement sur certaines taxes comme la taille. Notons aussi que la purification du salpêtre produit un résidu : du sel de salpêtre, que les Édits qui règlent les gabelles du royaume appellent sel immonde. Afin d’en empêcher tout trafic, les salpêtriers son tenus de le submerger, c’est-à-dire de le déverser dans les rivières, sous peine d’être condamnés comme faux-saulniers.

La ferme des poudres, qui vend au Roi la poudre finie à un prix convenu, n’avait pas d’intérêt à développer la nitrification et la production de salpêtre en France qu’elle payait à un tarif réglementé. En cas de besoin elle préférait se fournir en salpêtre moins cher, importé des Indes en particulier. Pas plus, elle n’a soutenu la recherche et le développement de la production artificielle de salpêtre. À la différence d’autres pays comme l’Angleterre, en France la culture du salpêtre dans des nitrières ne sera exploitable qu’à partir de 1775-1780, après que le service des poudres et salpêtres soit mis en Régie (Lavoisier) . Durant la guerre de succession d’Autriche et la guerre de Sept Ans, il sera nécessaire d’augmenter l’importation de salpêtre des Indes, mais avec les difficultés croissantes d’approvisionnement par la perte de maîtrise de la mer.
Vers 1775, on sera obligé de faire venir de la poudre Hollande que la France payait alors très cher.

Cela ne répond pas directement à votre question, mais le soufre ne semblait pas être le facteur limitant de la production de poudre à cette période, et je ne trouve pas d'autre source d’approvisionnement que l'Italie dans les traités français sur la poudre du 18e siècle.

Peut être les zones volcaniques d’Amérique du sud ? Mais les insurgés avaient-ils des moulins de poudrerie ?

JL


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Jan 2024 11:08 
Hors-ligne
Marc Bloch
Marc Bloch

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 4352
Localisation : Versailles
Merci Chevert.

J'ai une interrogation sur le soufre d'Italie du Sud. Eu égard aux relations étroites entre l'Angleterre et le royaume des Deux Sicile, les exportations de soufre n'ont elles pas été bloquées à la demande de Londres ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Jan 2024 11:39 
Hors-ligne
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 27 Avr 2004 17:38
Message(s) : 10600
Localisation : Région Parisienne
Là ou il y a du gypse ou des pyrites, il y a du soufre. Il faut voir si les connaissances de l'époque permettaient d'isoler celui-ci.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Jan 2024 12:02 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 01 Mars 2013 11:49
Message(s) : 81
Au cours du 18e le sort des duchés de Naples et des Deux Sicile sont liés à ceux des Bourbons d'Espagne et des Habsbourg d'Autriche.
Après les jeux successoraux, les alliances, les guerres ... du début du 18e, on peut considérer qu'à partir de Charles de Bourbon en 1734 puis son fils Ferdinand 1er en 1759, quand son père devient roi d'Espagne et signe avec la France le pacte des familles, ces États italiens resteront des alliés de la France jusqu à la Révolution.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 05 Jan 2024 12:16 
Hors-ligne
Polybe
Polybe

Inscription : 01 Mars 2013 11:49
Message(s) : 81
A priori si l'on en croit l'encyclopédie on sait au 18e dissocier les élément de la pyrite dont le soufre.
https://books.google.fr/books?id=UhP95D ... on&f=false

Le problème ce sont les quantité nécessaires qui font préférer le soufre "natif" des volcans.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Jan 2024 13:22 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Déc 2011 12:34
Message(s) : 2208
Localisation : St Valery/Somme
Jean-Marc Labat a écrit :
Là ou il y a du gypse ou des pyrites, il y a du soufre. Il faut voir si les connaissances de l'époque permettaient d'isoler celui-ci.

La pyrite contient du sulfate SO4. Mais il est difficile a réduire par voie chimique. Par contre dans les station thermale le sulfure est oxydé en soufre par certaine bactéries comme les beggiotoa. Ces bacterie concentre le soufre. Il suffit de les récolter les boues au grifon des sources. Ces boues thermales étaient appelées boues d'arquebuses. Mais ce qui est etonnant c'est que ce ne semble pas étre à cause d'une utilisation dans la fabrication de la poudre mais plutot pour soigner les blessures provoquée par les coups d'arquebuse.
D'aprés mon prof d'hydrologie, une blessure de ce type évoluait rapidement en gangrène. Le fait de tartiner des boues thermales crée une sorte de barriere microbienne qui empèche les pseudomonas de se devellopper.

_________________
Lietz her heidine man. Obar seo lidan.
Thiot urancono. Manon sundiono.
(Il permit que les païens traversassent la mer, Pour rappeler aux Francs leurs péchés)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB