Nous sommes actuellement le 28 Jan 2023 7:16

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 
Auteur Message
Message Publié : 01 Nov 2022 20:53 
Hors-ligne
Plutarque
Plutarque

Inscription : 07 Jan 2014 19:14
Message(s) : 195
J'ai vu récemment ce film d'Henri Verneuil avec Gabin et Blier, parmi tant d'autres. C'est censé se passer à la fin des années 1950 mais j'ai été frappé par l'absence totale de référence à la seconde guerre mondiale, comme si elle n'avait jamais eu lieu, ni à ses conséquences. Aucune référence au nazisme, à ses horreurs, à la défaite de 1940, au gaullisme. On voit bien les débuts de la construction européenne puisque c'est le sujet de débat parlementaire qui provoque la chute de Beaufort, alias Gabin, mais par référence à la grande guerre comme si elle avait vraiment été "la der des der". Aucune guerre coloniale non plus. La France et le Royaume-Uni qui sont toujours les puissances arbitre de l'Europe, voire du monde. Rien sur les USA et l'URSS et encore moins de guerre froide. Rien de tout ça, pas même en arrière-plan. Et la troisième République qui survit encore en 1960, ce qui est somme logique s'il ne s'est rien passé vingt ans avant. Bref, une troisième qui continue dans un monde sans grosse tragédie.
Si quand même: une vague allusion au 6 février 34 et aux ligues d'extrème-droite.
Suis-je le seul à avoir cette impression que ce film se passe dans un monde parallèle?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Nov 2022 21:02 
En ligne
Marc Bloch
Marc Bloch

Inscription : 10 Fév 2014 7:38
Message(s) : 4089
Localisation : Versailles
Je ne suis pas un expert mais j y ai toujours vu un parfum année 30 ..Gabin ressemblant à Clemenceau ou à Briand...


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 01 Nov 2022 21:42 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 8662
J'y vois moi aussi des ressemblances avec le personnage de Clemenceau, mais je pense que ce film est avant tout une fiction.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 0:53 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7643
Localisation : Provinces illyriennes
Une fiction dans le contexte de la construction européenne, comme cela a été déjà écrit plus haut.
Dans une autre discussion, un discours de PMF de 1957 a été cité et le discours de Beaufort y ressemble beaucoup.
Une fiction bien ancrée en somme, mais à l'amarre choisie...

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 8:21 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Avr 2008 9:32
Message(s) : 1493
Localisation : région de Meaux
Duc de Raguse a écrit :
Une fiction dans le contexte de la construction européenne, comme cela a été déjà écrit plus haut.
Dans une autre discussion, un discours de PMF de 1957 a été cité et le discours de Beaufort y ressemble beaucoup.
Une fiction bien ancrée en somme, mais à l'amarre choisie...


" Vous allez faire l’Europe de la fortune contre celle du travail..." : le discours devant l'Assemblée nationale se révèle furieusement prophétique...

_________________
Le passé change parce que nous changeons


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 11:12 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7643
Localisation : Provinces illyriennes
Exactement !

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 14:08 
Hors-ligne
Pierre de L'Estoile
Pierre de L'Estoile

Inscription : 27 Déc 2013 0:09
Message(s) : 2070
Le personnage du président est inspiré de Georges Clemenceau. Outre que le caractère du personnage est proche de celui de Clemenceau, il y a deux détails révélateurs.

Le président maîtrise parfaitement l’anglais. C’était rare à l’époque. Clemenceau a voyagé aux Etats-Unis dans mes années 1920 où il a donné des conférences, prononcées en anglais.

Il possédait une Rolls Royce. Clemenceau aussi. Il en a même eu deux. La première lui avait été offerte par le roi d’Angleterre en 1917 qu’il a dû laisser à l’État après avoir quitté la présidence du conseil. La seconde était un cadeau de Basil Zaharoff, marchand d’armes grec richissime.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 19:13 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 20 Juin 2003 22:56
Message(s) : 7643
Localisation : Provinces illyriennes
Et le Premier ministre anglais serait Lloyd George ?

_________________
Un peuple sans âme n'est qu'une vaste foule
Alphonse de Lamartine


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 02 Nov 2022 22:29 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Avr 2008 9:32
Message(s) : 1493
Localisation : région de Meaux
Duc de Raguse a écrit :
Et le Premier ministre anglais serait Lloyd George ?

Je verrais plus macmillan pour le coup.
Mais je trouve qu il y a aussi du De Gaulle chez Beaufort. Le politique rejeté qui écrit ses mémoires en attendant qu on le supplie de revenir aux affaires.

_________________
Le passé change parce que nous changeons


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Nov 2022 0:57 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 28 Mai 2009 21:52
Message(s) : 1645
Localisation : Belgique
Il serait sans doute intéressant de retrouver le roman de Georges Simenon (Le Président, paru en 1958), dont le film est une adaptation...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pr%C3%A9sident_(roman_de_Simenon)

_________________
“La barbarie est l'état naturel de l'humanité, [...]. La civilisation n'est pas naturelle. Elle résulte simplement d'un concours de circonstances. Et la barbarie finira toujours par triompher.” ― Robert E. Howard


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 28 Nov 2022 17:40 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 1061
JPdeRouen a écrit :
J'ai vu récemment ce film d'Henri Verneuil avec Gabin et Blier, parmi tant d'autres. C'est censé se passer à la fin des années 1950 mais j'ai été frappé par l'absence totale de référence à la seconde guerre mondiale, comme si elle n'avait jamais eu lieu, ni à ses conséquences. Aucune référence au nazisme, à ses horreurs, à la défaite de 1940, au gaullisme. On voit bien les débuts de la construction européenne puisque c'est le sujet de débat parlementaire qui provoque la chute de Beaufort, alias Gabin, mais par référence à la grande guerre comme si elle avait vraiment été "la der des der". Aucune guerre coloniale non plus. La France et le Royaume-Uni qui sont toujours les puissances arbitre de l'Europe, voire du monde. Rien sur les USA et l'URSS et encore moins de guerre froide. Rien de tout ça, pas même en arrière-plan. Et la troisième République qui survit encore en 1960, ce qui est somme logique s'il ne s'est rien passé vingt ans avant. Bref, une troisième qui continue dans un monde sans grosse tragédie.
Si quand même: une vague allusion au 6 février 34 et aux ligues d'extrème-droite.
Suis-je le seul à avoir cette impression que ce film se passe dans un monde parallèle?

Vous n'êtes évidemment pas le seul et c'est bien entendu volontaire.

Pour moi, cela relève autant des nécessités de l'intrigue que d'une pratique généralisée dans le cinéma français des années 50.
Se prolonge ainsi la situation de l'Occupation: quand vous regardez le cinéma d'Henri-Georges Clouzot, qui croirait que l'assassin habite au 21, le Corbeau se déroulent en 42-43?
Je ne me souviens pas si Quai des Orfèvres (47) évoque la guerre, je crois bien que non.


Il faut regarder dans le détail pour identifier les exceptions, mais habituellement on dit que le premier film à parler de la guerre est La traversée de Paris (Autant-Lara, 1956) et reconnaissons que c'est par le petit bout de la lorgnette. Ensuite, La vache et le prisonnier (1959), qui est carrément une comédie.

Dans le cas du Président, il faut noter en outre que le réalisateur est Henri Verneuil, qui a justement un talent (c'est mon analyse personnelle) pour décontextualiser complètement ses films s'il en a besoin, en recréant un environnement pourtant ultra-réaliste.
Dans quel pays, sous quel régime se déroule I comme Icare ? Qu'est-ce que cette république du Hijar qui apparaît dans 100 000 dollars au soleil?
Et si vous visionnez Peur sur la Ville (1975) 1000 Milliards (1979) aujourd'hui, à part les écrans d'ordinateurs monochromes et les cols pelle à tarte, tout pourrait avoir été écrit ce matin.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Nov 2022 10:09 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart

Inscription : 19 Fév 2011 17:03
Message(s) : 1061
Barbetorte a écrit :
Le personnage du président est inspiré de Georges Clemenceau. Outre que le caractère du personnage est proche de celui de Clemenceau, il y a deux détails révélateurs.

Le président maîtrise parfaitement l’anglais. C’était rare à l’époque. Clemenceau a voyagé aux Etats-Unis dans mes années 1920 où il a donné des conférences, prononcées en anglais.

Il possédait une Rolls Royce. Clemenceau aussi. Il en a même eu deux. La première lui avait été offerte par le roi d’Angleterre en 1917 qu’il a dû laisser à l’État après avoir quitté la présidence du conseil. La seconde était un cadeau de Basil Zaharoff, marchand d’armes grec richissime.
Troisième détail: Beaufort a un portrait de Clémenceau dans sa chambre.
Quatrième détail: Beaufort est fils de médecin de campagne.
Cinquième détail: de magnifiques bacchantes.
Beaufort EST Clémenceau, cela ne fait aucun doute.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 29 Nov 2022 10:45 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Avr 2008 9:32
Message(s) : 1493
Localisation : région de Meaux
Vézère a écrit :
Barbetorte a écrit :
Le personnage du président est inspiré de Georges Clemenceau. Outre que le caractère du personnage est proche de celui de Clemenceau, il y a deux détails révélateurs.

Le président maîtrise parfaitement l’anglais. C’était rare à l’époque. Clemenceau a voyagé aux Etats-Unis dans mes années 1920 où il a donné des conférences, prononcées en anglais.

Il possédait une Rolls Royce. Clemenceau aussi. Il en a même eu deux. La première lui avait été offerte par le roi d’Angleterre en 1917 qu’il a dû laisser à l’État après avoir quitté la présidence du conseil. La seconde était un cadeau de Basil Zaharoff, marchand d’armes grec richissime.
Troisième détail: Beaufort a un portrait de Clémenceau dans sa chambre.
Quatrième détail: Beaufort est fils de médecin de campagne.
Cinquième détail: de magnifiques bacchantes.
Beaufort EST Clémenceau, cela ne fait aucun doute.

Sans compter les multiples saillies bien cassantes et bien senties qui rythment le film. Je pense effectivement que Gabin a campé une copie quasi conforme de Clemenceau (sans accent sur le "e" :mrgreen: ).

_________________
Le passé change parce que nous changeons


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB