Nous sommes actuellement le 19 Avr 2024 16:19

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 195 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 9, 10, 11, 12, 13
Auteur Message
Message Publié : 21 Juil 2020 16:43 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
L'ouvrage de Bernard Lewis sur la secte des Assassins a été réédité chez Les Belles Lettres, publié le 18 octobre 2019, 200 pages:Image Présentation de l'ouvrage:
Citer :
Au Moyen Âge, durant deux siècles, une secte islamique organisée en véritable internationale terroriste pratique l'assassinat politique sous toutes ses formes, se forgeant ainsi une réputation mondiale. Aujourd'hui encore, l'histoire des Assassins nous concerne, car elle est une première et fascinante représentation des péripéties tragiques qui, dans des contextes différents, se sont reproduites jusqu'à nos jours. Les idéologies sont autres, mais les lois du jeu politique étant constantes, le modèle reste le même. Au nom de la cause, la fin, déjà, justifiait les moyens.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 22 Juil 2020 4:44 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
L'ouvrage de Mehdi Ghouirgate, "L'ordre almohade (1120-1269) peut être intégralement consulté en libre accès via le site books.openedition.org. Navré de ne pas l'avoir mentionné auparavant. Sinon un ouvrage qui semble très intéressant de Sonja Brentjes mais en anglais et intitulé " Teaching and Learning the Sciences in Islamicate Societies (800-1700)" : Image Présentation de l'ouvrage et table des matières: http://www.brepols.net/Pages/ShowProduc ... 03574455-1

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 09 Nov 2020 23:29 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonsoir. Je tiens à signaler un ouvrage collectif sous la direction de Pascal Buresi intitulé " Histoire des pays d'Islam. De la conquête de Constantinople à l'âge des révolutions", publié en 2018 chez Armand Colin, 425 pages. Image Et voici son sommaire sur cairn: http://www.cairn.info/histoire-des-pays ... 618421.htm

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 21 Nov 2020 21:20 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonsoir. Voici un ouvrage de Jean- Charles Ducène intitulé "L'Europe et les géographes arabes du Moyen Âge". Publié en 2018, ouvrage qui renouvelle des travaux d'André Miquel sur la question de manière aboutie. Image La présentation de l'ouvrage et de son auteur: http://www.cnrseditions.fr/catalogue/hi ... moyen-age/ Ainsi que le compte-rendu de l'ouvrage sur le site de la revue d'histoire "Médiévales": http://journals.openedition.org/medievales/10982

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 24 Jan 2021 17:13 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1419
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
un livre "curieusement" édité à compte d'auteur, Bernard Lugan
frilosité des éditeurs ou sensibilité du sujet, crise de la presse et de l'édition sur fond de covid...?
à voir, cela semble malheureusement en dire long sur l'état du débat historiographique voire démocratique de certains sujets...
Esclavage l'histoire à l'endroit
présentation de l'auteur
https://bernardlugan.blogspot.com/2020/ ... lugan.html
Image
Tous les peuples ont pratiqué l’esclavage. Mais seuls les Blancs l’ont aboli. A travers la conquête coloniale, ils ont ensuite contraint ceux qui continuaient à le pratiquer à y renoncer. Or, seule la traite pratiquée par les Européens est criminalisée.

Le 10 mai 2001, en votant à l’unanimité la « Loi Taubira », les députés français ont ainsi imposé une vision à la fois idéologique et manichéenne de la traite esclavagiste. Cette loi ne dénonce en effet que la Traite pratiquée par les Européens, faisant l’impasse sur la traite arabo-musulmane laquelle ne prit fin qu’avec la colonisation.

Christiane Taubira a justifié cette singulière hémiplégie historique afin que « les jeunes Arabes (…) ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes » (L’Express, 4 mai 2006).

Par leur vote, les députés français ont donc effacé de la Mémoire collective des dizaines de millions de victimes. A commencer par ces innombrables femmes et jeunes filles berbères razziées dans ce que les conquérants arabes appelaient la « moisson berbère ». Ibn Khaldun évoquait à ce sujet les « belles esclaves berbères, de toison couleur de miel ». Et que dire des millions d’enlèvements d’Européens opérés jusque dans les années 1800 en mer et le long des rivages méditerranéens, à telle enseigne que l’on disait alors qu’ « il pleut des esclaves chrétiens sur Alger » ?

Cette loi fait également l’impasse sur le rôle des Africains eux-mêmes. Or, comme les Européens attendaient sur le littoral que leur soient livrés les captifs par leurs partenaires africains, il dépendait donc in fine de ces derniers d’accepter ou de refuser de leur vendre leurs « frères » noirs. La réalité historique est qu’une partie de l’Afrique s’est enrichie en vendant l’autre partie. Les captifs n’apparaissant pas par enchantement sur les sites de traite, ils étaient en effet capturés, transportés, parqués et vendus par des négriers noirs. Ce qui a fait dire aux évêques africains :
« Commençons donc par avouer notre part de responsabilité dans la vente et l’achat de l’homme noir… Nos pères ont pris part à l’histoire d’ignominie qu’a été celle de la traite et de l’esclavage noir. Ils ont été vendeurs dans l’ignoble traite atlantique et transsaharienne » (Déclaration des évêques africains réunis à Gorée au mois d’octobre 2003).

Or, par haine de tout ce qui est « Blanc », ceux qui se sont baptisés « décoloniaux », nient ces réalités historiques au profit d’une fausse histoire qu’ils introduisent au forceps selon des méthodes terroristes et qui est lâchement acceptée par des « élites » européennes entrées en dhimitude doctrinale. Le 19 juin 2020, le Parlement européen a ainsi voté une résolution surréaliste condamnant « l’utilisation des slogans qui visent à saper ou à affaiblir le mouvement Black Lives Matter et à en diluer la portée ». Le groupe LFI a même déposé un amendement visant à ne reconnaître comme « crime contre l’humanité » que la Traite européenne, et non « la traite des esclaves » en général, comme cela était prévu dans le texte initial.

Cette entreprise de subversion connaît des développements apparemment insolites. Ainsi, au mois de mai dernier, en Martinique, deux statues de Victor Schoelcher, l’homme du Décret du 27 avril 1848 abolissant définitivement l’esclavage, ont été renversées à Fort de France et à … Schoelcher. Or, il n’y a ni inculture, ni crétinerie dans ces crimes iconoclastes, mais tout au contraire une claire attitude politique : un Blanc ne peut en effet mettre fin à l’esclavage puisqu’il est par essence esclavagiste… Alors, si les statues du père de l’abolitionnisme ont été renversées, c’est afin que soient mises à leur place celles de personnalités noires « esclavagisées » selon le vocabulaire « décolonial », et qui auraient lutté contre l’esclavage.

Voilà donc les « décoloniaux » en plein complexe existentiel devenus les « esclaves de l’esclavage » selon la formule de Franz Fanon, lui qui refusait de se « laisser engluer par le déterminisme du passé ».

Ce livre remettant totalement à plat l’histoire de l’esclavage était donc une nécessité. Loin des nuées et des incessantes manœuvres culpabilisatrices, cet ouvrage enrichi de plusieurs dizaines de cartes et illustrations, d’une bibliographie détaillée et d’un index est le manuel de réfutation de cette histoire devenue officielle dont la finalité est de paver la route de la repentance afin de faire des Européens des étrangers sur leur propre sol.



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.bir-hacheim.com/esclavage-l ... nWzq2IyrA0

Le thème des traites négrières revient fréquemment dans les agendas politiques et médiathiques. Et systématiquement, on évoque seulement la traite trans-atlantique et de ce fait la traite européenne. Mais il y en eut d’autres, ce qui ne justifie en rien l’européenne d’ailleurs.

Tout l’ouvrage de Bernard Lugan vise à repositionner l’ensemble des traites, mesurer l’impact sur la population subsaharienne, repositionner le cadre et les spécificités des traites arabo-musulmanes, le rôle joué par les Africains eux-même dans la traite, les données réelles des traites atlantiques et enfin le rôle joué par les nations colonisatrices dans l’arrêt des traites. Il rappelle utilement également la mise en esclavage d’européens par les arabo-musulmans et le rôle joué par les ports de Salé, Alger, Tunis et Tripoli dans ce cadre.

Comme toujours, le texte est abondamment sourcé et le texte est complété par une bibliographie dense, un cahier couleurs de cartes et d’illustrations et un index des personnes. Un travail très professionnel d’auto-édition.

Esclavage, l’histoire à l’endroit. 196 pages. Auto-édité par Bernard Lugan au troisième trimestre 2020.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Jan 2021 5:13 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Loïc, Bernard Lugan est un africaniste plus que controversé. Comme le démontre l'article de wikipédia le concernant. En tant qu'africaniste et historien, ses travaux historiques ont été contestés en France par d'autres africanistes tels Catherine Coquery-Vitrovich. Le prendre comme référence est par conséquent plus que contestable. Oui la traite orientale fut effroyable mais il est malheureux de prendre Lugan comme une référence historique qui fait autorité sur la question.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 25 Jan 2021 6:21 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Il fallait lire Catherine Coquery-Vidrovitch. Navré pour l'erreur. L'ouvrage d'Olivier Pétré-Grenouilleau sur les traites négrières dans la collection Folio Histoire reste le meilleur sur la question en France d'un point de vue personnel. Il est très érudit et instructif.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2021 19:41 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonsoir, je tiens à signaler un ouvrage sur les trois premiers siècles d'al-Andalus de Philippe Sénac, éminent historien de l'Occident musulman médiéval, notamment des relations diplomatiques, politiques entre Al-Andalus et les Carolingiens. L'ouvrage va de 711 à la chute du califat omeyyade de Cordoue en 1031. Il comporte une bibliographie, une chronologie et un glossaire. L'ouvrage s'intitule "Al-Andalus. Une histoire politique VIIIe- XIe siècle. Image

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 11 Mars 2021 19:48 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Voici deux liens vers un compte-rendu de l'ouvrage de Philippe Sénac sur le site des clionautes tout d'abord: http://clio-cr.clionautes.org/al-andalu ... tique.html et un lien vers la présentation de l'ouvrage sur le site de l'éditeur: http://www.armand-colin.com/al-andalus- ... 2200625467

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 14 Mars 2021 1:35 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonsoir, je tiens à signaler un ouvrage de Gabriel Martinez-Gros qui s'intitule " De l'autre côté des croisades. L'Islam entre croisés et Mongols. XIe-XIIIe siècle". L'ouvrage est paru le 20/1/2021 et fait 300 pages. Image Présentation de l'ouvrage:
Citer :
Pour les historiens arabes les plus lucides, ce que nous appelons les Croisades entre dans le récit plus vaste de l'effondrement de l'Empire islamique. La grande offensive des "Francs" en Méditerranée constitue l'une des deux mâchoires de la tenaille qui prend en étau l'Islam aux XIIe-XIIIe siècle, et menace de l'anéantir. L'autre mâchoire, de loin la plus redoutée, se resserre a l'est avec les invasions mongoles. Au regard du gouffre de cette apocalypse orientale, les évènements de la part occidentale du monde islamique, où s'inscrivent nos Croisades, nous ramènent presque à l'ordinaire des temps. C'est donc à un décentrement du monde que nous invite Gabriel Martinez-Gros, en nous positionnant à Damas ou Bagdad, voire Pékin, et non plus seulement en regardant Jérusalem depuis Rome ou Paris. Ainsi se révèle, dans une perspective mondiale et par un historien nourri de sources aussi bien latines qu'arabes, ce que furent les Croisades, l'Empire de l'islam et la puissance mongole.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mars 2021 5:10 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonjour. Un ouvrage qui semble complet et donc intéressant va paraître le 22 avril 2021 sur le califat abbasside. Il s'agit d'un ouvrage de Tayeb El-Hibri qui s'intitule " The Abbasside Caliphate. A History", Cambridge university press. L'ouvrage traite de toute la période abbasside de 750 à 1258.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 27 Mars 2021 6:37 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Nouvelle tentative. Voici la présentation de l'ouvrage de Tayeb El-Hibri après traduction intitulé "The Abbasid Caliphate. A History":
Citer :
L'époque du califat abbasside (750-1258) a depuis longtemps été reconnue comme l'époque formatrice de la civilisation islamique avec ses différentes réussites dans les domaines de la science, de la littérature et de la culture. Cette histoire du califat abbasside de sa fondation en 750 et de son âge d'or sous Haroun Al-Rashid jusqu'à la conquête de Bagdad par les Mongols en 1258 examine le califat en tant qu'empirer et institution, et sonde son influence sur la culture islamique et la société. En étudiant de manière diversifiée les cinq siècles de la dynastie abbasside, Tayeb El-Hibri examine la résistance du califat en tant qu'institution, en tant que point central pour les définitions religieuses, et une source de légitimité pour les différentes monarchies islamiques contemporaines. L'étude revisite les idées "d'âge d'or" et de "déclin" avec une nouvelle grille de lecture, essaie de séparer l'histoire abbasside des mythes des Milles et Une nuits, et montre comment l'héritage des califes continue de résonner dans le monde moderne de manière directe et indirecte.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 13 Juil 2021 20:56 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 23 Déc 2004 18:02
Message(s) : 1419
Localisation : Généralité de Riom & Bourbonnais
Juifs et Musulmans en Egypte
Des origines à nos jours

Image
introduction et sommaire
https://www.tallandier.com/livre/juifs- ... en-egypte/

Plus vieille communauté juive du monde (en dehors d’Israël), les juifs d’Égypte ont joué un rôle crucial dans le développement économique, éducatif, intellectuel et culturel de leurs pays au travers des siècles.

La trace archéologique la plus ancienne d’une présence juive en Égypte date du milieu du VIIe siècle avant J.-C. Lorsque le pays passe sous domination romaine, toute vie juive cesse jusqu’à la conquête musulmane et l’instauration du califat omeyyade. Bénéficiant du statut de dhimmis, les juifs égyptiens connaissent des hauts et des bas. Enrichie par la venue de migrants du Proche-Orient, la communauté héberge les premiers adhérents de la secte des Karaïtes puis, à l’avènement des Fatimides et des Ayyoubides, entre le Xe et le XIIe siècles, accueille les rescapés des persécutions almohades d’Andalousie et du Maghreb. Cet « âge d’or » égyptien prend fin avec l’arrivée au pouvoir, au milieu du XIVe siècle, des Mamelouks. Réduit à quelques centaines de familles, le judaïsme égyptien se ranime avec l’arrivée d’émigrés judéo-espagnols en puis à la suite de la conquête du pays, en 1517 par les Ottomans.

L’expédition française de 1798 et l’accès au pouvoir en 1805 de Méhémet Ali ouvrent l’Égypte à l’influence européenne. À partir de la moitié du XIXe siècle, des milliers de juifs originaires du bassin méditerranéen, du Levant et d’Europe orientale s’installent en Égypte. Un processus qui s’étiole entre les deux guerres mondiales, victime de la montée du nationalisme égyptien, de l’aggravation de la question palestinienne puis de l’irruption d’Israël sur la scène internationale, de l’émergence des Frères musulmans, de la chute de la monarchie et de l’avènement du nassérisme –des événements qui sonnent le glas de la présence juive dans la vallée du Nil.


Iran une histoire de 4000 ans
https://www.google.fr/books/edition/Ira ... frontcover

Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 15 Juil 2021 10:02 
Hors-ligne
Eginhard
Eginhard

Inscription : 01 Déc 2007 12:34
Message(s) : 899
Bonjour. Je signale un ouvrage collectif qui est un recueil d'articles sous la direction de Dominique Valèrian intitulé " Les Berbères entre Maghreb et Mashreq (VIIe-XVe siècle)", il est en ligne depuis le 9 juin 2021 sur OpenEdition Books: https://books.openedition.org/cvz/25413

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Message Publié : 18 Mars 2024 22:38 
Hors-ligne
Jean Froissart
Jean Froissart
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 29 Jan 2007 8:51
Message(s) : 1397
Je compte m'acheter ce livre paru en 2023 : Michel Orcel, Naissance de l'Islam. Enquête historique sur les origines, Tempus, Perrin. Quelqu'un l'a t-il lu ou a un avis positif ou négatif ?

Image


Lisez.com a écrit :
Une enquête historique aux sources de l’islam.

L’islam n’a pas été fabriqué pour des raisons politiques par les habiles califes omeyyades, comme le suggère une certaine islamophobie savante. Mais comment est-il né ? Si la tradition musulmane répond à cette question par un récit circonstancié, pour nombre de chercheurs occidentaux la genèse du dernier monothéisme n’est pas moins obscure que celle du christianisme ou du judaïsme.
Relisant l’histoire à travers des documents peu connus, n’hésitant pas à confronter la tradition à la science laïque et aux découvertes récentes, Michel Orcel s’est lancé dans une enquête passionnante sur les cinq grandes énigmes historiques qui entourent la genèse de l’islam (622-692). Son travail jette un éclairage renouvelé sur l’existence et le rôle du Prophète ; sur la constitution du texte coranique ; sur les origines de La Mecque ; sur celles de la Kaaba païenne ; enfin, sur le Dôme du Rocher, mystérieux sanctuaire qui, presque interdit d’accès par le pouvoir hébreu, continue à rayonner sur la ville la plus sainte et la plus explosive du monde.

_________________
«Κρέσσον πάντα θαρσέοντα ἥμισυ τῶν δεινῶν πάσκειν μᾶλλον ἢ πᾶν χρῆμα προδειμαίνοντα μηδαμὰ μηδὲν ποιέειν»
Xerxès, in Hérodote,

L'Empereur n'avait pas à redouter qu'on ignorât qu'il régnait, il tenait plus encore à ce qu'on sût qu'il gouvernait[...].
Émile Ollivier, l'Empire libéral.
Image


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 195 message(s) ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 9, 10, 11, 12, 13

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 38 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB