Nous sommes actuellement le 02 Août 2021 22:50

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Algérie 1945-1954
Message Publié : 07 Août 2015 21:51 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 12 Nov 2009 21:20
Message(s) : 636
Localisation : 13
Que s'est il passé en Algérie entre les émeutes de Setif et la Toussaint 54 ?

Je Sais qu'un statut special a cherché à démocratiser le pays vers 1947 mais sans succès. Comment le Gouvernement français comprenait il la situation ? Et les pieds noirs ? Et les indigènes ?


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 12 Fév 2021 19:03 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1516
Localisation : Lorraine
Il semble que chacun "comprenait" les choses après 1945 comme avant.
En tous cas, rien de fondamental n'a changé de 1945 à 1954.
Je cite "Histoire de la guerre d'Algérie" par Bernard Droz et Evelyne Lever (1982, Editions du Seuil - Points Histoire - pp. 34-36) :

Citer :
[…] La seule innovation réelle du statut de 1947 résidait dans les tâches nouvelles qu'il confiait à l'examen de l'Assemblée algérienne : l'élaboration d'un nouveau régime communal, l'organisation du vote des femmes musulmanes, la définition d'un nouveau régime du culte musulman, l'extension de la langue arabe à tous les degrés d'enseignement. Il y avait là la reconnaissance implicite d'une spécificité algérienne qui rompait avec la conception coloniale de l'assimilation. Il est vrai que cette reconnaissance risquait de s'avérer purement formelle compte tenu de la majorité des deux tiers requise pour l'adoption de ces nouvelles mesures.

Tel quel, ce statut devait encore être appliqué. Or le gouverneur général Chataigneau faisait depuis longtemps l'objet de vives critiques de la part de la population française et de ses élus. Son libéralisme le rendait responsable, disait-on, des émeutes de 1945 et du résultat inquiétant des élections municipales d'octobre 1947 qui avaient vu le succès des listes du MTLD et de l'UDMA. Le ministre René Mayer, député de Constàntine et figure montante du radicalisme, obtint donc sa tête. Le Conseil des ministres désigna à sa succession le député socialiste Marcel-Edmond Naegel. Outre des qualités éprouvées d'administrateur, ce dernier apportait en Algérie la conviction inébranlable que le nationalisme algérien était aussi dangereux que le séparatisme alsacien coupable de compromission avec l’hitlérisme, et contre lequel il avait lutté. Aussi donna-t-il d'emblée quelques avertissements bien sentis aux messalistes et un gage de ses intentions en retardant de plusieurs mois l'élection de l'Assemblée algérienne.

Celle-ci eut finalement lieu les 4 et 11 avril 1948, au terme d'une campagne violente où il fut procédé à plusieurs centaines d'arrestations. Mais alors que le premier tour laissait pressentir une nette victoire du MTLD, une gigantesque opération de trucage dénatura totalement le scrutin du second tour. Le bourrage des urnes, l'arrestation préventive des assesseurs suspects et le quadrillage des douars par l'armée, aboutissaient à 1'«élection» de 41 candidats administratifs (sur 60), le MTLD obtenant 9 sièges et l'UDMA 8. L'administration reconnut implicitement l'ampleur de la fraude en affirmant qu'il s'agissait d'arracher l'électorat musulman aux mesures d'intimidation, d'ailleurs réelles, auxquelles s'étaient livrés des militants du MTLD. Mais elle n'en était pas moins déshonorée aux yeux de l'opinion française et internationale. Aux élections suivantes, celles de 1951 et de 1954, qui procédèrent au renouvellement triennal de l'Assemblée algérienne, des résultats plus mirifiques encore furent obtenus avec les mêmes méthodes. Une assemblée aussi docile ne pouvait guère aller de l'avant.
De fait, entre 1948 et 1956, année de sa dissolution définitive, elle ne se pencha pratiquement sur aucune des matières que le statut avait assignées à ses délibérations et se contenta de voter le budget que lui présentait l'administration. Celle-ci, du reste, s'enfonça dans la routine. Le gouverneur Naegelen comme son successeur Roger Léonard (jusqu'alors préfet de police) abandonnèrent l'essentiel des tâches de planification et de progrès social que Chataigneau avait tenté de lui insuffler. Et la tentative amorcée par le maire d'Alger, Jacques Chevallier, en vue de créer entre le nationalisme et les élus officiels une sorte de tiers parti musulman réformiste échoua à peu près totalement.

Dans ce morne climat, et à l'heure où la question des protectorats était mise à l'ordre du jour de l'Assemblée générale de l'ONU, on comprend mieux la sombre prophétie que Ferhat Abbas aurait formulée devant le maréchal Juin : "Il n'y a plus d'autre solution que les mitraillettes."


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 12 Fév 2021 19:27 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 8000
Dans le camp nationaliste, on peut noter en parallèle que suite aux massacres de 45, Krim Belkacem a commencé, de sa propre initiative, à structurer des cellules en Kabylie, puis à passer au maquis en 47, avec immédiatement des actions armées.

(J'ai lu quelque part que certains historiens considèrent tout simplement que la guerre d'Algérie a commencé en 45. De fait, pour ce futur dirigeant du FLN, le choix initial était fait. Il serait intéressant de savoir si d'autres militants ont suivi ailleurs cette trajectoire précoce ?)

Wiki a écrit :
Démobilisé le 4 octobre 1945, il revient vivre à Draâ El Mizan où il occupe le poste de secrétaire auxiliaire de la commune.

Krim Belkacem adhère au PPA et commence à implanter des cellules clandestines dans douze douars autour de Draâ El Mizan, armé d'un pistolet-mitrailleur Sten. Les autorités françaises se rendant compte de son influence sur la population le convoquent le 23 mars 1947 pour « atteinte à la souveraineté de l'État ». Après avoir pris l'avis du PPA, il prend le maquis (sous le pseudonyme de Si Rabah) avec Moh Nachid, Mohamed Talah, Messaoud Ben Arab. Des menaces et des mesures de rétorsion sont exercées sur son père qui refuse de livrer son fils. En représailles, il dresse une embuscade contre le caïd (son propre cousin) et le garde-champêtre. Le garde-champêtre est tué. En 1947 et 1950 il est jugé pour différents meurtres et condamné à mort par contumace.

Il devient responsable du PPA-MTLD pour toute la Kabylie, et à la tête des 22 maquisards qui composent son état-major il multiplie les contacts directs avec les militants et la population, il réussit à entraîner au moins 500 éléments dans son maquis à la veille de l'insurrection de novembre 1954.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Krim_Belkacem

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 12 Fév 2021 20:05 
Hors-ligne
Philippe de Commines
Philippe de Commines
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 30 Juil 2003 21:44
Message(s) : 1516
Localisation : Lorraine
Pierma a écrit :
Dans le camp nationaliste, on peut noter en parallèle que suite aux massacres de 45, Krim Belkacem a commencé, de sa propre initiative, à structurer des cellules en Kabylie, puis à passer au maquis en 47, avec immédiatement des actions armées.
[...]
Il serait intéressant de savoir si d'autres militants ont suivi ailleurs cette trajectoire précoce ?)

Il devait y en avoir pas mal, car en 1946, Krim était membre du PPA-Parti du Peuple Algérien (clandestin).
Le PPA, fondé par Messali Hadj, existait depuis 1937.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 13 Fév 2021 14:36 
Hors-ligne
Hérodote
Hérodote

Inscription : 10 Jan 2021 16:53
Message(s) : 29
Ce qui est bizarre est que les Français n'aient pas pu assurer de "poches" en Algérie ou ailleurs dans la région; un peu comme Ceuta et Melilla que les Espagnols possèdent au Maroc, ou bien le Gibraltar britannique au sein de l'Espagne.

Sinon, à une époque de décolonisation, où même les peuples n'ayant jamais eu d'état comme en Afrique subsaharienne se voyaient octroyer l'indépendance, l'Algérie ayant une longue histoire arabo-berbère n'allait pas continuer à rester comme elle l'était.

Les Français ont suivi la mauvaise et gourmande politique d'essayer de conserver tout et à tout prix, coûte que coûte, et l'esprit chauvin similaire à celui des gars de l'AOS semble avoir dominé la partie française jusqu'à l'intervention gaulliste. Alors qu'une politique stratégique visant à conserver un minimum, comme par exemple les îles comme Djerba où les villes fortement occidentalisées comme Oran, auraient bien pu marcher.

Plus généralement, hormis les Anglais, tout le monde a un peu perdu lors du processus de décolonisation.
Les Portugais aussi ont perdu beaucoup, comme dans le cas de leurs îles au large de l'Afrique. Dû au fait d'avoir emmené des Africains sur les archipels de Sao Tomé-et-Principe ainsi qu'au Cap-Vert, ils ont dû concéder l'indépendance à ces territoires d'outre-mer. Aujourd'hui, le Brésil semble être plus influent que le Portugal dans ces pays-là.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 13 Fév 2021 15:09 
Hors-ligne
Grégoire de Tours
Grégoire de Tours

Inscription : 08 Mai 2020 12:38
Message(s) : 406
Localisation : En Mayenne
Lorsque ce que l'on finira par appeler la guerre d'Algérie démarre, le 1er novembre 1954, l'heure n'est pas du tout, en France, à la décolonisation. Madagascar s'y est essayée en 1947, avec le résultat que l'on sait. En Indochine, on a bien reconnu officiellement le 2 juillet 1949 la création d'un état du Viet Nam réunissant la colonie de Cochinchine et les protectorats du Tonkin et de l'Annam, sous l'autorité de l'Empereur Bao Daï, état supposé indépendant et associé à la France, mais on a continué de s'y battre jusqu'à la défaite militaire finale en 1954.

Alors en novembre 1954, il n'est pas question de laisser l'histoire se répéter. L'Algérie c'est la France, dont elle forme trois départements ; qu'elle devienne indépendante, que le million de Français de souche qui y demeurent soient dirigés, loi du nombre, par les neuf millions de "français de souche nord-africaine" comme on désignait officiellement les autochtones qui forment le reste de la population, c'est proprement inenvisageable.
Je résume là le ressenti de l'époque ; j'étais alors en âge et en situation de capter et de comprendre l'atmosphère dominante du moment.


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 13 Fév 2021 20:41 
Hors-ligne
Polybe
Polybe
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 25 Jan 2018 0:02
Message(s) : 106
Localisation : Liège
« Je vous ai donné la paix pour 10 ans, si la France ne fait rien, tout recommencera en pire et probablement de façon irrémédiable. »

Mots du général Raymond Duval qui a réprimé l'insurrection de Sétif.

J'ai péché la citation sur wiki mais je pense l'avoir lue dans "Les fils de la Toussaint" d'Yves Courrière

A mon humble avis, il n'a pas eu tout à fait tort.

Belle soirée.

_________________
Du voyage où notre seule gloire
C'était d'avoir vingt ans

S. Lama


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message : Re: Algérie 1945-1954
Message Publié : 16 Fév 2021 21:46 
Hors-ligne
Modérateur Général
Modérateur Général
Avatar de l’utilisateur

Inscription : 10 Fév 2009 0:12
Message(s) : 8000
Lynives a écrit :
« Je vous ai donné la paix pour 10 ans, si la France ne fait rien, tout recommencera en pire et probablement de façon irrémédiable. »

Mots du général Raymond Duval qui a réprimé l'insurrection de Sétif.

J'ai péché la citation sur wiki mais je pense l'avoir lue dans "Les fils de la Toussaint" d'Yves Courrière

A mon humble avis, il n'a pas eu tout à fait tort.

Belle soirée.

L'avenir lui a donné raison. Pour un général responsable d'une terrible répression, c'était faire preuve d'une grande lucidité sur les limites de cette méthode.

_________________
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu. (Chamfort)


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  





Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction et support en françaisHébergement phpBB